Twitter interdit les contenus manipulés, les tweets trompeurs seront identifiés par un label

À partir du 5 mars 2020, Twitter lance de nouvelles règles contre les médias susceptibles de tromper les utilisateurs du réseau social. Un label sera apposé sur les tweets pour prévenir les twittos, certains contenus pourront être supprimés de la plateforme.

Voici le type de label que Twitter pourra apposer sur un tweet en cas de média falsifié ou trompeur. Crédits photo : Twitter.

Alors que les élections américaines 2020 approchent, les réseaux sociaux continuent de déployer leur arsenal pour lutter contre la désinformation. Après Facebook, qui a récemment interdit les deepfakes, Twitter entre à son tour dans la dance. Le réseau social, qui teste une fonctionnalité pour limiter ou bloquer les conversations, publie de nouvelles règles pour exclure les contenus artificiels ou manipulés : les montages audio, vidéo et les images éditées. L’objectif : faire de Twitter un espace plus sécurisé pour les conversations.

« Vous ne pouvez pas partager de manière trompeuse des médias artificiels ou manipulés qui sont susceptibles de causer des préjudices », explique Yoel Roth, responsable de l’intégrité chez Twitter. Si des tweets peuvent menacer la sécurité physique ou la vie privée d’une personne ou d’un groupe, s’ils peuvent causer des dommages et comporter des risques de violence de masse ou de troubles civils généralisés, ils pourront être retirés de la plateforme.

Les nouvelles règles imposées par Twitter

Une série de règles, qui seront appliquées à partir du 5 mars 2020, ont été annoncées par Twitter. Parmi la plus significative, un label sera apposé sur un tweet pour prévenir les utilisateurs du réseau social s’ils sont en présence d’un média modifié ou fabriqué de manière significative et trompeuse. Le tweet sera accompagné d’un avertissement pour prévenir les twittos au moment de retweeter ou de liker le message altéré.

Pour aller encore plus loin, Twitter va réduire la visibilité du tweet sur son réseau et empêchera qu’il soit recommandé, c’est-à-dire qu’il remonte dans les suggestions de tweets qui pourraient intéresser les utilisateurs. La plateforme prévient également qu’elle pourra fournir des explications ou des précisions supplémentaires, dans un Moment Twitter ou sur une page spécifique, avec le contexte du tweet en question.

Les critères pour déterminer si un média a été modifié de manière trompeuse

Pour déterminer si un média a été modifié ou fabriqué de manière trompeuse, trois facteurs seront pris en compte par Twitter :

  • La modification du contenu altère fondamentalement sa composition, sa séquence, son rythme ou son cadrage ;
  • L’ajout ou la suppression d’information visuelle ou auditive, comme de nouvelles images vidéo, des données doublées ou des sous-titres modifiés ;
  • Le contenu, qui représente une personne réelle, a été fabriqué ou simulé.

Si des tweets répondent à ces critères, le label sera activé et, dans certains cas, Twitter pourra aller jusqu’à la suppression du tweet comportant le média manipulé.

Le contexte du tweet manipulé sera examiné

Le contexte du tweet sera lui aussi évalué, pour savoir si le média artificiel ou manipulé « pourrait entraîner une confusion ou un malentendu, ou suggérer une intention délibérée de tromper les personnes sur la nature ou l’origine du contenu, en prétendant faussement par exemple qu’il représente la réalité ».

Pour cela, Twitter analysera les 4 éléments suivants :

  • Le texte du tweet qui accompagne ou fait partie du média suspecté par le réseau social comme étant un contenu trompeur,
  • Les métadonnées associées au média,
  • La biographie sur le profil de l’auteur du tweet suspecté,
  • Les sites web affichés sur le profil de l’auteur ou dans le tweet qui a partagé le média visé.

Ces nouvelles règles ont été établies à partir des résultats d’une enquête ouverte au public à l’échelle mondiale et menée par Twitter en automne dernier. Plus de 6 500 réponses ont été récoltées, des experts de la société civile et du monde universitaire ont également été mis à contribution.

Parmi les conclusions de cette enquête, les utilisateurs de Twitter avaient alors reconnu que le réseau social devait donner plus d’informations sur les contenus manipulés, et que ces derniers devaient être supprimés s’ils étaient susceptibles de causer des dommages. Les nouvelles règles lancées par le réseau social répondent aux besoins de ses utilisateurs. Reste à savoir dans quelle mesure Twitter parviendra à les faire respecter. Réponse à partir du 5 mars 2020.

Recevez par email toute l’actualité du digital

Source: blogdumoderateur.com

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>