Linkedin Ads : 5 raisons de vous lancer

Pour une entreprise qui opère sur un marché B2B, LinkedIn Ads offre des opportunités publicitaires uniques. Mais même si c’est un réseau social professionnel, la publicité sur LinkedIn n’est pas une opportunité uniquement réservée aux entreprises B2B. Les entreprises B2C peuvent grâce à la publicité LinkedIn bénéficier de nombreux avantages…

À titre d’exemple, voici une publicité diffusée récemment sur LinkedIn par l’enseigne automobile Seat :

linkedin-ads-seat-france-arone-style-business

Cet article vous présentera les raisons pour lesquelles la publicité LinkedIn peut être un excellent levier de croissance pour votre entreprise.

Nous verrons ensuite quelques bonnes pratiques à respecter si vous souhaitez vous y lancer.

Raison 1 : L’opportunité de cibler des audiences sur des critères liés à la vie professionnelle

Créé en 2002 (2 ans avant Facebook), LinkedIn compte plus de 600 millions de personnes inscrites (dont 19 millions en France).

Comparé aux autres réseaux sociaux, sur LinkedIn, les utilisateurs y renseignent des informations propres à leur vie professionnelle.

Cela vous permet ensuite de cibler des audiences en fonction de critères comme :

  • Le secteur d’activité de l’entreprise ;
  • La taille de l’entreprise ;
  • Un métier : directeur marketing, responsable RH, managing director, ingénieur… ;
  • Des compétences : finance, management de projet, développement commercial… ;
  • Fonction dans l’entreprise : comptabilité, achat, administration… ;
  • Expérience professionnelle et niveaux hiérarchiques : directeur, manager, jeune diplômé…
linkedin-ads-criteres-ciblage-audience

En bref, les critères de ciblage de LinkedIn Ads sont uniques. LinkedIn vous offre une précision que d’autres leviers d’acquisition digitaux ne peuvent vous offrir.

Par exemple, si vous êtes une entreprise qui propose des services dédiés à une industrie et à un métier précis, vous aurez la possibilité de cibler uniquement des personnes qui peuvent être intéressées par vos produits.

Pour en savoir plus sur les capacités de ciblage du réseau social, retrouvez un article qui vous apprendra comment cibler la bonne audience sur Linkedin.

Raison 2 : La possibilité de faire du remarketing avec LinkedIn Ads…

En plus de cibler une audience sur des critères professionnels, vous pourrez faire du remarketing. Autrement dit, vous pourrez diffuser des publicités LinkedIn auprès des personnes qui sont allées récemment sur votre site web.

Pour cela, vous devrez installer sur votre site le LinkedIn Insight Tag (l’équivalent du Pixel Facebook).

Et le principal avantage de faire du remarketing sur LinkedIn est de toucher une seconde fois (ou plus) des personnes qui ont montré un intérêt pour votre entreprise.

Mais ces personnes n’ont pas encore converti (elles n’ont pas encore acheté votre produit, fait de demande de devis, de souscription à vos services…).

Vous vous adressez donc à une audience réchauffée. Car en se rendant sur votre site, ces personnes confirment un besoin potentiel pour vos produits ou services.

Forcément, les chances de convertir une audience comme celle-ci sont plus importantes. Vous obtiendrez de bons résultats sans nécessairement dépenser un budget conséquent.

Raison 3 : … et de construire une réelle stratégie d’acquisition digitale

Avec LinkedIn Ads, vous pouvez à la fois conquérir de nouvelles audiences et cibler ceux qui vous connaissent. Et cette capacité vous permet de construire des stratégies full funnel.

tunnel-conversion

Vous pouvez par exemple :

  • Attirer un trafic froid (mais qualifié) sur votre site en mettant en avant des articles de votre blog ;
  • Cibler les lecteurs de ce blog en leur proposant de s’inscrire à votre prochain webinar ;
  • Proposer aux personnes ayant consulté votre blog et assisté à votre webinar (donc ceux qui ont un fort intérêt) d’acheter vos produits, de prendre rendez-vous avec une personne de votre équipe, de souscrire à votre dernière offre.

Vous pouvez aussi intégrer LinkedIn dans une stratégie d’acquisition plus globale.

Il s’agit alors de multiplier les points de contact via les leviers d’acquisition les plus pertinents pour votre entreprise : Google Ads, Youtube Ads, Facebook Ads…

Vous pouvez capter l’intérêt d’une audience froide grâce à votre référencement naturel ou à une campagne sur le réseau de recherche de Google.

Une fois que l’intérêt de cette audience est capté, s’il est encore trop tôt pour qu’elle convertisse, vous pouvez recibler ces internautes avec des publicités sur LinkedIn. Cela vous permettra pour les rassurer, les informer et répondre à leurs potentielles objections.

Dans le sens inverse, la publicité LinkedIn peut vous permettre de capter l’attention d’une audience professionnelle. Vous pouvez ensuite recibler cette audience sur Facebook Ads avec un appel à l’action plus engageant : réserver une démo, demander un devis…

Ce ne sont que deux exemples. Si vous êtes en B2B, le processus de décision de vos prospects est certainement long. En utilisant la publicité sur LinkedIn, mais aussi d’autres leviers (newsletter, Google, Facebook…), vous aurez l’opportunité de proposer des solutions à votre prospect tout au long de sa réflexion.

Raison 4 : La capacité à considérer la publicité LinkedIn comme un investissement (et non comme une dépense)

En faisant de la publicité sur LinkedIn (mais cet argument est vrai pour tous les autres leviers d’acquisition digitaux), vous serez en mesure d’analyser et de connaître réellement l’impact de vos campagnes sur votre activité.

Cela, vous ne pouvez pas réellement le faire lorsque vous décidez de faire de la publicité sur des médias plus classiques comme la presse, la télévision, la radio… Vous y dépensez beaucoup d’argent, mais c’est compliqué d’évaluer concrètement ce que cela vous rapporte.

Vous serez en mesure d’évaluer la visibilité que vous apportent vos LinkedIn Ads, le trafic vers votre site web… Mais vous pourrez également analyser des indicateurs qui auront un impact direct sur la croissance de votre entreprise, comme :

  • Le nombre de nouveaux prospects attribuables à vos campagnes
  • Votre coût par prospects ;
  • Le CA réalisé sur votre site web grâce à vos publicités LinkedIn.

En bref, vous aurez la capacité d’évaluer un réel et tangible retour sur investissement pour vos campagnes de publicité LinkedIn. Et cela à deux impacts majeurs :

  • D’un côté, vous pouvez arrêter les campagnes qui ne vous apportent pas de retour sur investissement ;
  • De l’autre côté, vous saurez quelles sont les campagnes rentables pour vous et vous pourrez les scaler.

Cette capacité d’analyse vous permettra de considérer la publicité LinkedIn comme un réel investissement en la faveur de la croissance de votre entreprise (et non pas comme une simple dépense).

Raison 5 (bonus) : Des données uniques sur votre audience (même si vous ne dépensez pas de budget sur LinkedIn Ads)

Grâce à l’Insight Tag de LinkedIn, vous pourrez accéder à des données uniques sur les visiteurs de votre site web.

Ainsi, vous aurez la capacité d’analyser les visiteurs de votre site sur des critères professionnels. En d’autres termes, vous saurez si les personnes qui viennent se renseigner sur votre site sont plutôt des directeurs ou des managers, quelle est leur fonction, l’industrie dans laquelle ils travaillent…

Ces données vous ne les aurez pas ailleurs. Elles seront complémentaires de celles que vous pouvez récolter avec Google Analytics. Et elles vous permettront de mieux connaître votre audience-cible.

Cela aura un impact sur l’ensemble de vos actions de communication, marketing et commerciales.

Et tout cela est gratuit !

Il y a donc plusieurs bonnes raisons de considérer LinkedIn Ads comme un levier de croissance pour votre entreprise :

  • L’opportunité de cibler des audiences sur des critères liés à la vie professionnelle ;
  • La possibilité de faire du remarketing et d’avoir un impact sur chacune des étapes de votre tunnel de conversion ;
  • La capacité à mesurer vos résultats et l’impact réel sur votre croissance.

Vous devez considérer la publicité LinkedIn comme un investissement pour le développement de votre entreprise et non pas comme une simple dépense marketing.

Vous comprenez désormais les opportunités que peut offrir LinkedIn Ads pour votre entreprise.

Avant de vous lancer et afin de mettre toutes les chances de votre côté, découvrez nos 5 bonnes pratiques pour des campagnes de publicités performantes sur LinkedIn.

Source: Webmarketing & co’m

Pinterest lance un guide marketing pour les fêtes 2020

Noël, c’est dans exactement 90 jours ! Et cette semaine, Pinterest a lancé son dernier guide marketing pour les fêtes afin d’aider les entreprises à exploiter les épingles et maximiser leurs performances de vente pendant les fêtes…

Préparez dès maintenant votre stratégie marketing pour les fêtes

Après avoir publié une nouvelle liste des principales tendances observées, Pinterest publie un guide marketing qui comprend des liens vers une gamme de ressources et d’outils, y compris :

  • Des rapports de recherche précédents ;
  • Des études de cas ;
  • Des informations sur la personnalité du public, etc.

Ce guide décrit cinq étapes clés à suivre pour définir sa stratégie d’épingle de vacances.

En plus de cela, Pinterest a publié un nouveau guide marketing pour les vacances 2020 . Il décrit les principales statistiques d’utilisation et présente son approche marketing pour les vacances 2020.

Pinterest, un réseau social à exploiter

Comme tous les réseaux sociaux, Pinterest a connu et connaît encore une utilisation accrue en 2020 en raison du confinement pour limiter la propagation du COVID-19. La différence dans le cas de Pinterest est qu’il est plus spécifiquement axé sur le e-commerce.

Pinterest a donc soi-disant remplacé les boutiques physiques, offrant ainsi aux utilisateurs un moyen de découvrir des produits et des options adaptées à leurs intérêts spécifiques.

Ce point clé a permis au réseau social d’atteindre jusqu’à 416 millions d’utilisateurs actifs et de se développer plus rapidement que Facebook, Snapchat et Twitter.

En outre, les recherches sur les vacances sur Pinterest ont augmenté de 77%. Les recherches liées aux « Idées cadeaux de Noël », « Recettes de vacances » et « Noël » ont quant à elles été multipliées par 3.

Source: Webmarketing & co’m

Le danger des marketplaces pour les gros sites e-commerce

Déjà plus de 50 ans que le premier centre commercial pointait le bout de son nez dans le nord de la France. Avec, il a amené une révolution dans la manière qu’ont les Français de consommer. Même si aujourd’hui sa version physique décline, il n’a pas dit son dernier mot. L’évolution des usages et la digitalisation des canaux de consommation ont fait apparaître les marketplaces (places de marché), redistribuant ainsi les rôles des sites marchands. Quel risque cela représente-t-il vraiment pour les sites e-commerce ?

Qu’est-ce-qu’une marketplace ?

Avant tout, commençons par un petit rappel.

Une marketplace est un site e-commerce sur lequel des vendeurs vont proposer leurs produits aux internautes. En d’autres termes, les places de marché mettent en relation acheteurs et vendeurs, prenant une commission sur la vente au passage. Il s’agit d’un échange de visibilité. Elles mettent en relation à la fois des consommateurs entre eux (C2C), des consommateurs et des entreprises (B2C) ainsi que des entreprises entre elles (B2B).

Il est aussi important de distinguer les différents types de Marketplace :

  • La marketplace “neutre”, comme eBay ou Etsy, qui ne propose que des biens et services provenant de tiers ;
  • La marketplace “hybride”, comme Amazon ou La Redoute, e-commerçante elle-même, qui ouvre ses portes à d’autres afin qu’ils puissent tirer profit de sa visibilité.

eBay est la pionnière sur ce marché. Lancée en 1996, elle a révolutionné le genre. De nombreux acteurs du e-commerce n’ont pas hésité à la suivre sur ce chemin, à raison. Alibaba, Rakuten (anciennement price-minister) ou encore Amazon ont pris ce cap au début des années 2000, évangélisant le concept au plus grand nombre et gagnant ainsi considérablement en visibilité et revenus. C’est pourtant seulement au milieu des années 2010 que l’on remarque une intensification du marché avec à la fois l’apparition de nouveaux acteurs du Retail, tel que Fnac ou La Redoute, mais aussi de nouveaux segments comme BlaBlaCar ou Airbnb.

Désormais, ce sont les géants du social, comme Facebook, qui s’y attaquent. C’est pourquoi les marketplaces réagissent et redéfinissent leur stratégie :

  • Se spécialiser pour lutter ;
  • Se diversifier pour fidéliser ;
  • Se tourner vers le B2B pour préparer l’avenir.

Créer une marketplace est donc devenue monnaie courante. De nombreux sites e-commerce n’hésitent plus à modifier leur approche business pour proposer, en plus de leurs produits, des produits d’autres vendeurs sur leur site. 23% des sites leaders ont désormais une marketplace. 1  Cela crée une nouvelle compétition, mais également un danger pour les gros sites e-commerce. Et c’est ce que rappelle Mirakl, qui permet aux distributeurs d’accélérer leur croissance e-commerce en offrant plus de produits et services à leurs clients. Une marketplace pour tous, mais à quel prix ?

Les dangers de la marketplace pour les sites e-commerce

95 % des internautes ont déjà acheté sur une marketplace, parfois même sans le savoir.2

Les marketplaces ont pris du pouvoir et représentent aujourd’hui une source de chiffres d’affaires complémentaire pour les e-commerçants. Selon la FEVAD, 35% des sites leaders vendent sur les places de marchés et 32% parmi les e-marchands TPE/PME. Pour 63% d’entre eux, ce canal représente même plus de 10% de leur chiffre d’affaires.

Cela se ressent : la part de marché  des marketplaces est de 15% en 2019, soit une hausse de 14% en 1 an.

Aujourd’hui, 40% du chiffre d’affaires d’Amazon, avec plus d’un tiers des produits vendus, est réalisé au travers de sa marketplace. Leur poids dans le chiffre d’affaires des e-commerçants comme Amazon, Fnac, Cdiscount, Rakuten, ou La Redoute s’accroît tous les ans et contribue désormais à une très large part de leur revenu.

Cela se révèle dans le top de pénétration des sites e-commerce (tous des places de marché) :

  • 1. Amazon (26 121 000 clients) = 53,7%
  • 2. Fnac (13 115 000 clients) = 27 %
  • 3. Cdiscount (8 835 000 clients) = 18,2%
  • 4. Veepee (6 610 000 clients) = 13,6%
  • 5. E.leclerc (5 4040 000 clients) = 11,1%

Comment cela se fait-il ?

Il est difficile de rivaliser face au large choix de produits

Les marketplace réunissent en un seul endroit autant de vendeurs et donc de produits qu’elles le souhaitent. À l’inverse d’un e-commerçant, pour qui chaque nouveau produit affiché représente un coût, les marketplaces regroupent un nombre conséquent de produits à la vente sans avoir à en gérer la logistique.

“L’arme de destruction massive d’Amazon, c’est surtout sa place de marché qui lui permet de devenir un ‘one stop shop’ comme Walmart l’est devenu dans les années 80 et ainsi conquérir et fidéliser de nombreux clients.”

Bill Simmons, CEO de Walmart

La concurrence accrue des prix

Un large choix de produit amène forcément une compétition plus grande entre les vendeurs. À ce jeu-là deux stratégies : différenciation ou guerre des prix. Il est donc important ici de prendre en considération la concurrence sur la marketplace. Si le commerçant vend les mêmes références que ses concurrents, il risque de devoir choisir la seconde option. De nombreux e-commerçants ne peuvent se permettre de brader leur prix pour gagner des clients supplémentaires. Pour eux, cela signifie vendre à un prix plus bas, sur lequel la marketplace leur prendra une commission.

Le danger est aussi externe. Si le consommateur final sait pouvoir trouver le même produit à un prix inférieur sur une marketplace plutôt que sur le site, alors il privilégiera forcément la première option.

Une audience plus grande

Pourquoi de nombreux e-commerçants succombent tout de même à l’appel de la marketplace ? La visibilité. Les marketplace ont un visitorat important et qualifié, dépassant les millions de visiteurs. Il est difficile – voire impossible – pour un e-commerçant de rivaliser avec ça. Cela demanderait des investissements trop importants, qu’il ne pourra jamais amortir.

Le fait de devenir soit même acteur de la marketplace

Beaucoup voient en la marketplace un eldorado représentant peu de risques et de grandes opportunités de vente, malheureusement à tort. Cela concerne principalement les marketplaces “hybride”.

Tout d’abord, vendre sur un site externe, ne permet pas de construire la réputation de la marque. Les acheteurs sur une marketplace achètent un produit pour le prix, les avis, la disponibilité … Il est donc impossible de fidéliser des clients acquis sur une marketplace.

De plus, si pour quelque raison, la marketplace décide d’évincer la marque, elle peut dire adieu à une partie de ses revenus. Enfin, les e-commerçants sont une étude de marché offerte. Si l’un de leurs produits ou services décolle à la vente, la marketplace “hybride” proposera bientôt le sien. L’e-commerçant sera une solution de repli pour la marketplace en cas de rupture de stock, et ce sans risque ou coût supplémentaire pour cette dernière.

Les freins à l’achat sont diminués

Tout comme la concurrence des prix, le danger pour les e-commerçants peut être double.

Du point de vue du consommateur final, les marketplaces sont une option simple, rapide et sécuritaire. Le sentiment de confiance vis-à-vis du paiement est supérieur à un site e-commerce classique. De plus, elles sont nombreuses à proposer des fonctionnalités et services améliorant l’expérience client. Amazon est par exemple connu pour sa livraison express en moins d’une heure. C’est d’ailleurs sur cette notoriété que le site s’appuie pour imposer de lourdes conditions de vente pour les vendeurs ainsi que des livraisons longues pour ceux qui n’utilisent pas sa plateforme logistique.

Ce point est néanmoins à nuancer, car il est plus dur pour une marketplace de garantir cela qu’un site e-commerce classique. Les marketplaces peuvent également se prendre à leur propre jeu, car en jouant sur leur image, les consommateurs finaux les associent aux produits et à l’expérience d’achat qu’ils ont vécue.

Faut-il que les leaders du e-commerce ouvrent leur marketplace ?

Ouvrir une marketplace à tout de même quelques inconvénients.

Le premier étant le casse-tête commercial. Lorsque vous êtes à la fois une marketplace et que vous avez un réseau de distribution physique, la question de priorité commerciale se pose. Faut-il privilégier le e-vendeur ou le magasin ?

Le deuxième concerne le procédé. Le business model d’un site e-commerce et d’une marketplace sont différents. Il faut avoir des vendeurs fiables, les qualifier, les gérer, les motiver tout en générant du trafic à un coût bas. Cela devient indispensable pour une place de marché.

Je me permets de l’illustrer avec un cas similaire à celui de skeelbox.

Pour un site e-commerce classique, si le coût d’acquisition par visite est de 1 €, le taux de transformation de 1%, le panier moyen est de 200 € et la marge commerciale de 50 %, la vente vous rapporte alors 50 €.

Maintenant, la marketplace a aussi un coût d’acquisition par visite de 1 €, un taux de transformation de 1%, un panier moyen à 200 € et une commission de 15%. Elle récupère donc sur la vente 30 €. Enfin, plutôt, elle perd 70 €, puisqu’elle doit également payer les coûts d’acquisition à hauteur de 100€.

Basculer sur le modèle marketplace demande donc un trafic élevé et une belle notoriété. À la clé, ce sont donc de belles opportunités pour les leaders du e-commerce à condition toutefois de bien en maîtriser les risques.

Source: Webmarketing & co’m

Toutes les marques ont besoin d’une réorientation marketing en temps de crise

La transformation numérique a débuté au cours de la dernière décennie. Mais c’est aujourd’hui la crise du COVID-19 qui a été le catalyseur le plus important de cette transformation…

Les entreprises les mieux préparées à la crise ont enclenché leurs plans de continuité des activités, en y incluant leurs activités marketing. Et la politique de communication d’une entreprise après une crise ne peut plus être la même qu’avant en raison des changements que le monde a subis.

Lorsqu’il s’agira de planifier à nouveau l’année 2020, les premiers éléments qui seront supprimés seront des coûts considérés comme non essentiels à la survie de l’entreprise. Et le marketing en fera partie.

Cependant, l’arrêt de tous les coûts liés au marketing pourrait causer des torts qui vont bien au-delà de la promesse d’économies budgétaires à court terme, et en ce sens il est important de réfléchir à des stratégies sur la manière de faire survivre et prospérer votre entreprise, même en cas de pandémie.

Que vous soyez en charge d’une entreprise internationale ou d’un petit magasin local, il existe encore des domaines où le marketing peut et doit jouer un rôle majeur.

La transformation numérique en matière de marketing peut se résumer à faire passer le bon message aux bonnes personnes au bon moment. En fin de compte, il s’agit de savoir où se trouvent vos clients, ce qu’ils pensent et de leur envoyer un message qui les touche ; tout en reliant ce message à vos propres offres.

En ces temps d’incertitude, il s’agit simplement de distiller le bon contenu dans le bon contexte avec un copywriting adapté ; et ceci est valable dans n’importe quelle autre période. Mais aujourd’hui, le contenu et le contexte changent, car les besoins des clients ont changé et évolué.

Les marques qui changent sont comme les êtres humains : elles sont les mieux à même à s’adapter aux nouvelles circonstances, à prospérer dans l’adversité et à trouver leur chemin même lorsqu’aucun ne semble se dessiner.

Vous devez considérer cette période, et ce quel que soit votre domaine d’activité, comme si votre marque disposait d’un caractère saisonnier, mais qu’elle se situe à présent hors de la haute saison.

Un peu à l’image d’un vendeur de glace en plein mois de décembre.

L’image de marque et le marketing, même pour les produits saisonniers comme les glaces ou les pneus neige, ne cessent jamais d’être d’actualité. Même si votre produit ou votre offre n’est actuellement pas ou moins demandé, vous devez quand même prendre soin de votre marque. Et ce sont seulement les priorités et les messages qui doivent changer.

La basse saison est le moment idéal pour se préparer à la haute saison. Elle est parfaite pour faire passer des messages sur vos valeurs et pour essayer de tester certaines idées pour lesquelles vous n’auriez pas le temps ou les ressources lorsque vous êtes occupé lors de la haute-saison.

L’expérience client se fait de manière non visible à hauteur de 60 à 90 %. Cela signifie que vos clients sont en contact avec votre marque bien avant que vous ne le sachiez. Ils cherchent, ils s’informent, ils se font une opinion ; et ce dans un silence radio complet. La prise de décision commence beaucoup plus tôt que les marques ne le pensent et une fois qu’elle est réalisée, il est beaucoup plus difficile de la renverser.

J’ai rassemblé les domaines potentiels sur lesquels les marques peuvent se concentrer le temps qu’un retour à la situation normale des affaires s’instaure à nouveau. Ceci parce que vous ne pouvez pas vous octroyer le luxe de perdre des clients potentiels, surtout en période difficile.

Une relation avec le service client exceptionnelle

L’interconnexion mondiale actuelle nous permet d’avoir une connaissance immédiate ce qui se déroule dans le monde et nous en apprenons autant sur les aspects négatifs que sur les aspects positifs.

De nos jours, personne ne peut se couper réellement des informations. Même si vous coupez toute source d’informations pendant quelques heures ou quelques jours, votre curiosité naturelle finira par vous pousser à y revenir. Il est essentiel d’être informé, mais cela signifie aussi que nous sommes avides de bonnes nouvelles et d’informations positives.

Les marques peuvent contribuer à une positivité globale de multiples façons :

  • Vous pouvez lancer une initiative caritative, même si elle ne sera bien sûr pas dans les mêmes proportions que celles qu’effectuent Microsoft ou Facebook ;
  • Vous pouvez par exemple produire des visières comme l’a fait Lego ;
  • Coca-Cola a annoncé l’annulation de toutes ses activités publicitaires afin de pouvoir conserver ses employés ;
  • De nombreuses entreprises de formation proposent des formations gratuites ;
  • Les sociétés de télécommunications offrent des données mobiles gratuites à leurs clients pour faciliter le travail à distance.

Il existe une multitude de façons de communiquer autour de votre contribution.

Et il est possible que les médias en fassent la publicité, mais en publiant un message vous-même à ce sujet auprès de vos clients vous le rendez plus puissant et plus efficace.

Parlez de vos valeurs plutôt que de vos offres

L’intérêt de la relation client et des initiatives marketing est qu’elles permettent de parler de vos valeurs plutôt que de vos offres. Prenez-le comme une période creuse dans le cas de la vente d’un produit saisonnier. Vous devez être présent et visible, mais vous ne devez pas être trop insistant pour inciter les gens à acheter vos produits et services.

Comprendre les contraintes budgétaires des gens et comprendre comment ils réduisent les dépenses non essentielles vous permettra d’obtenir un impact positif à long terme si vous parvenez à énoncer vos valeurs de manière cohérente et à les soutenir par tous les moyens possibles en ces temps difficiles.

C’est le moment de joindre le geste à la parole et de montrer vos valeurs :

  • Si vous continuez à parler de transparence, c’est le moment d’admettre que vous avez aussi peur ;
  • Si votre valeur fondamentale est l’innovation, appuyez-la en essayant de trouver une solution innovante à la situation actuelle ;
  • Si vous apportez une place essentielle à la relation client, c’est le moment de vous soucier de vos clients et de leur montrer qu’ils comptent même s’ils n’achètent pas.

L’effort que vous investirez maintenant ne sera pas oublié. Vous resterez ancré dans l’esprit de vos clients, d’une manière non intrusive et solidaire.

Maîtrisez votre présence en ligne

Pendant que vous étiez occupé à mesurer les résultats de vos campagnes marketing, vous avez peut-être oublié d’adapter votre site web et son contenu à l’optimisation pour les moteurs de recherche, le SEO.

Vous avez peut-être mis à jour vos campagnes marketing sur les moteurs de recherche il y a quelque temps, et elles ne sont plus à jour depuis. Vous manquiez peut-être de temps pour effectuer ces mises à jour, ce qu’il vous est désormais possible de faire.

Vous pouvez utiliser ce temps pour revoir les différents canaux que vous utilisez et faire les ajustements nécessaires pour les optimiser.

Contenu, contenu et encore contenu !

Vous devriez déjà avoir mis en place une excellente stratégie en matière de contenu, mais si c’est un aspect que vous repoussiez à plus tard, il n’y aura pas de meilleur moment pour commencer que maintenant.

En temps de crise, les gens ont tendance à lire davantage et à passer plus de temps en ligne. Si vous avez des messages importants à faire passer, vous pouvez profiter de cette attention particulière pendant cette période, avec la promesse que cette attention pourrait perdurer lorsque la vie reviendra à la normale.

Même si votre marque est une marque non axée sur le numérique, il est possible de trouver un aspect qui parlera à vos clients. Se soucier d’eux, les comprendre, les soutenir dans leur combat quotidien peut être très utile.

Proposer des cours en ligne, des webinaires ou des conférences en ligne peut constituer un excellent moyen de vous rendre visible de nos jours, même s’il ne s’agit pas de votre activité principale.

La création de contenu exige de la créativité et si vous ne disposez pas des ressources adéquates en interne, vous trouverez des indépendants dans tous les domaines dont vous pourriez avoir besoin. Des milliers d’experts en stratégie digitale, rédaction de contenu ainsi qu’en réseaux sociaux sont impatients de travailler pour vous.

Communication directe

Si vous ne menez actuellement pas de campagnes marketing, vous avez également le temps de mettre en place vos actions en ligne afin de cibler directement vos clients.

La mise en place de newsletters ou de campagnes de marketing par emails parmi bien d’autres exemples prend généralement du temps.

Et vous disposez justement de ce temps pour planifier, essayer, tester et ajuster.

N’oubliez pas que dans la période plus calme actuelle, votre objectif est de rester visible et de vous préparer à relancer vos activités lorsque la vie économique reviendra à la normale.

D’ici là, faites en sorte de rester en tête des préoccupations de vos clients et tenez-les informés de vos valeurs.

Restez positif

En tant que marque responsable, il est très important de rester crédible et calme.

Vous devez vous tenir à l’écart des théories conspirationnistes et de la négativité.

Même s’il peut être tentant de surfer sur les vagues virales de certaines nouvelles informations, assurez-vous de rester une source d’information authentique.

Restez également positifs. Les nouvelles négatives sont partout ; nous en sommes tous lassés même si elles constituent une sorte de dépendance ; nous revenons toujours pour en savoir davantage. C’est une bouffée d’air frais que d’entendre des nouvelles positives et de partager des histoires saines et agréables.

L’utilisation du numérique constitue pour vous une formidable opportunité de transformer votre stratégie marketing pour répondre aux circonstances et aux défis actuels.

Une fois cette période d’incertitude terminée, vous pourrez vous retourner et envisager cette période passée comme une opportunité et non comme une perte pour votre activité.

Source: Webmarketing & co’m

Comment choisir le bon fournisseur de messagerie électronique ?

Les fournisseurs de services de messagerie sont plus que de simples expéditeurs – lors du Sommet digital 2020 de la Certified Senders Alliance, on a pu bénéficier des compétences des experts du secteur.

Depuis que le premier courrier électronique a été envoyé il y a plus de 30 ans, il est devenu une partie intégrante du marketing mix de presque toutes les grandes marques et aussi des petites et moyennes entreprises. Pourtant, le email marketing est devenu depuis longtemps bien plus que le simple envoi régulier d’une newsletter à la plus grande liste de distribution possible.

Les campagnes automatisées avec des courriels personnalisés offrent au destinataire exactement les informations qu’il souhaite, et le reporting qui indique à l’expéditeur quels destinataires ont été intéressés par quels articles de la newsletter est une pratique courante aujourd’hui.

Cela fait désormais des années que les marques n’envoient presque plus leurs propres mails, car les spécialistes du marketing comptent sur les fournisseurs de services email pour envoyer leurs courriels. Les exigences des services marketing des entreprises sont aussi variées que les services offerts par les fournisseurs.

Alors, comment trouver le bon fournisseur pour sa stratégie d’email marketing ? La Certified Senders Alliance (CSA) a rassemblé quelques conseils pour pouvoir le choisir.

La première étape dans la recherche du bon fournisseur de messagerie est une analyse minutieuse de votre stratégie de mail marketing précédente. Qu’est-ce qui va bien, qu’est-ce qui va moins bien, qu’est-ce que je veux changer dans mes campagnes à l’avenir ? Vous  contentez-vous d’envoyer des newsletters régulièrement, des courriels transactionnels ou souhaitez-vous des campagnes personnalisées à plusieurs niveaux ?

Orientez-vous sur un cas d’utilisation concret et analysez-le complètement. C’est la meilleure façon de voir ce dont vous avez vraiment besoin. Créez ensuite un profil d’exigences qui peut être très utile lors du choix d’un fournisseur.

Voici quelques points que vous devez absolument prendre en compte lors du choix d’un fournisseur de services de messagerie.

Gestion des adresses

Dans l’email marketing, les adresses de vos destinataires sont votre atout le plus important et la qualité et l’actualité des adresses électroniques contribuent de manière significative au succès du canal. Ils doivent donc être traités avec les soins appropriés.

En tant que marque, vous serez responsables de l’enregistrement et du désenregistrement conformes à la loi. Cependant, veuillez vous assurer que le fournisseur de votre choix traite les données dans le respect de la loi et qu’il fournit les installations techniques appropriées pour pouvoir mettre en œuvre ces processus en toute sécurité juridique.

L’inscription à une newsletter, par exemple, doit toujours se faire par le biais d’un Double-Opt-In (DOI). Les inscriptions doivent également être enregistrées et doivent pouvoir être récupérées à tout moment. Une gestion minutieuse des bounces et des plaintes garantit la réputation à long terme de votre marque et donc la délivrabilité de vos mails.

Les courriels adaptés au groupe cible respectifs ont une condition de base pour un marketing par mail réussi. Par conséquent, vous devez également segmenter vos listes de diffusion pour différents envois en fonction de certains critères tels que l’âge, le sexe ou les intérêts. Vérifiez dans quelle mesure votre fournisseur de messagerie soutient cette exigence.

Personnalisation et automatisation

Que les messages doivent être adressés personnellement devrait aller de soi, mais la personnalisation va bien au-delà. Par exemple, vous pouvez fixer des délais de livraison individuels ou envoyer des recommandations de produits individuelles en fonction du comportement des utilisateurs.

Il est également possible de mener des campagnes en plusieurs étapes, entièrement automatisées et déclenchées. Globalement, vous devez essayer d’intégrer votre fournisseur de messagerie autant que possible dans votre stratégie de gestion, par exemple en le connectant aux systèmes CRM et CMS ou à votre planification des ressources.

Analyses, tests, rapports

Un objet du message bien écrit peut avoir une influence significative sur le taux d’ouverture des courriels. Mais vous ne saurez si un objet est bon qu’après l’avoir essayé. Différentes procédures de test sont possibles, du simple test A/B au test complexe avec plusieurs variantes de mails. Cela vous permet d’optimiser vos envois en ce qui concerne le taux d’ouvertures, de clics ou de conversion.

Après avoir envoyé votre newsletter, vous voulez naturellement savoir si elle a atteint le destinataire et s’il l’a lue. Presque tous les fournisseurs de services de messagerie offrent à cet effet des fonctions étendues de rapport et d’analyse. Réfléchissez donc attentivement aux chiffres dont vous avez besoin pour évaluer vos envois.

Service et support

Le plus beau courriel est bien sûr inutile s’il n’atteint pas son destinataire. Assurez-vous donc que votre fournisseur de services e-mail attaché une grande importance au thème de la délivrabilité et prend des mesures appropriées, comme la certification par la Certified Senders Alliance (CSA).

Assurez-vous également que le fournisseur de votre choix utilise les procédures d’authentification habituelles telles que SPF, DKIM et DMARC. En plus, on peut utiliser la norme BIMI et afficher le logo de la marque de l’expéditeur dans la boîte de réception, ce qui donne une confiance supplémentaire au destinataire.

Plus le fournisseur de services e-mail vous propose et met en œuvre une configuration IP et de domaine dédié, plus il est possible de surveiller et d’influencer la délivrabilité et la réputation des courriers électroniques dans la boîte de réception.

Une autre question importante est la protection des données. Les violations du règlement général sur la protection des données (RGPD), qui est en vigueur depuis le 25 mai 2018, sont soumises à des sanctions sévères. En ce qui concerne le RGPD, vous êtes bien sûr le premier responsable. Vous devez vous assurer que votre fichier d’adresses est propre et ne contient que des adresses qui ont été collectées conformément au RGPD. Vous devez également conclure un contrat avec votre fournisseur de messagerie pour le traitement des données.

Des cours de formation et de perfectionnement sur l’envoi de courriers électroniques, sur la délivrabilité, la gestion des données et l’automatisation ne sont pas obligatoires, mais ils constituent un transfert constant de connaissances et peuvent vous aider à accroître le succès de votre marketing par mail.

Un service d’assistance à la clientèle rapide et fiable aide en cas de problème.

En fin de compte, c’est vous qui décidez, selon votre budget,les caractéristiques à inclure dans votre profil d’exigences.

Un coup d’œil sur la plateforme emailvendorselection.com peut également aider à décider pour ou contre un fournisseur particulier. Plus de 400 y sont répertoriés de nombreux conseils utiles.

Pour en savoir plus sur les dernières technologies, les tendances (par exemple, BIMi, le courriel du futur) et les réglementations légales en matière d’email marketing, visitez les webinaires gratuits du Sommet digital de la CSA.

Sous la devise « Bridging the Gap », l’accent sera mis sur les différentes attentes de toutes les personnes impliquées dans l’envoi d’un courriel. Une session se penchera également sur les responsabilités entre le fournisseur de messagerie et la marque. Le Sommet digital de la CSA réunit virtuellement les principaux experts mondiaux de l’industrie du courrier électronique. Pour plus d’informations et le programme complet, rendez-vous sur : https://summit.certified-senders.org/

Pour plus d’informations sur la Certified Senders Alliance, sa certification et une liste des fournisseurs certifiés, visitez : https://certified-senders.org/

Source: Webmarketing & co’m

Covid-19 : Infiniti, Kia et VW misent sur la communication digitale

Avec les salons automobiles et la plupart des autres événements annulés en raison de la pandémie, les constructeurs automobiles misent sur la communication digitale pour lancer leurs nouveaux produits. La semaine dernière, trois constructeurs automobiles VW, Kia Motors et Infiniti ont proposé des vidéos dévoilant leurs nouveaux modèles de véhicules…

Chez les constructeurs automobiles, l’avantage de la communication digitale est donc qu’un événement ou un lancement de produit peut être découvert et redécouvert non seulement par les médias, mais aussi par le grand public.

Kia Motors America  par exemple a dévoilé son SUV Sorento 2021 en ligne la semaine dernière dans une vidéo. Bien que principalement destiné aux médias, rien n’empêche les consommateurs de visiter le site Kia Media. Alors que le constructeur avait déjà anticipé cette affinité des consommateurs pour le digital, le site comprend des images qui auraient pu provenir directement d’un spot télévisé.

De son côté, Volkswagen a également dévoilé le tout nouveau SUV électrique ID.4 virtuellement sur YouTube. La vidéo de 15 minutes, mise en ligne le 23 septembre dernier, a déjà obtenu plus de 180 000 vues sur YouTube uniquement !

[embedded content][embedded content]

Enfin, Infiniti a dévoilé son modèle de luxe QX60 2020 dans le monde entier sous forme numérique via une présentation multimédia immersive. Elle présentait en même temps le nouveau siège social mondial du constructeur à Yokohama, au Japon.

[embedded content][embedded content]

Le film de présentation peut également être visionné sur les différents réseaux sociaux : Facebook,  Instagram,  LinkedIn, et Twitter.

Selon les statistiques :

  • Les vidéos sont +267% plus efficaces en marketing par rapport aux autres contenus ;
  • 45% des internautes regardent également plus d’une heure de vidéo chaque jour, sur YouTube, mais également sur Facebook ;
  • L’achat augmente de 144% grâce à des tests, des reviews et/ou des présentations en vidéo.

Vous l’aurez compris, miser tout sur la communication digitale, principalement la vidéo promotionnelle, pour vous faire connaitre 😉

Source: Webmarketing & co’m

Comment se renouveler en tant qu’entrepreneur ?

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais beaucoup d’entrepreneurs ne se renouvellent pas. Ils se répètent dans les sujets qu’ils abordent et leur communication n’évolue pas. Résultat : on ressent un ennui et un désintérêt à les suivre. Je vous explique ici pourquoi il est primordial de se renouveler en tant qu’entrepreneur…

Pourquoi se renouveler en tant qu’entrepreneur ?

Il y a sûrement des entrepreneurs que vous avez arrêté de suivre : sauriez-vous me dire pourquoi ? Inversement, il y a des entrepreneurs que vous suivez depuis le début de manière fidèle : savez-vous pourquoi ?

Être entrepreneur, ce n’est pas être un prof de fac qui ressasse les mêmes cours année après année. Au contraire, quand on est entrepreneur, le renouvellement est essentiel pour le développement de notre activité, car la concurrence est rude pour fidéliser notre audience et notre clientèle. Les réseaux sociaux évoluent en continu et les lecteurs (potentiels clients) se font encore plus sélectifs.

De même, la création d’entreprise est facilitée notamment grâce au statut juridique de la micro entreprise. Il est donc indispensable d’innover, d’être créatif, de surprendre. Non seulement vous allez vous démarquer de la concurrence, mais vous allez prouver à votre audience que vous êtes capable de changement tout en sortant de votre zone de confort. C’est l’idéal pour aller plus loin dans votre branding. Alors, vous attendez quoi ?!

entrepreneur

Comment se renouveler en tant qu’entrepreneur ?

Il existe de nombreuses façons de renouveler et il y en a certainement qui vous conviennent selon votre caractère et vos objectifs du moment. Vous pouvez par exemple :

  • Varier les sujets sur lesquels vous vous positionnez : si vous êtes spécialisé dans la thématique de l’organisation et que vous ne parlez que d’organisation, vous aurez vite fait le tour des sujets que vous pouvez aborder. Pensez à élargir votre ligne éditoriale pour communiquer sur des sujets moins techniques et plus entrepreneuriaux : votre retour d’expérience en tant qu’entrepreneur, votre travail sur vous-même, vos relations clients… C’est cette dimension 360 de votre ligne éditoriale qui suscite un intérêt chez vos lecteurs ;
  • Etre à l’écoute du monde qui vous entoure : pour me renouveler, je m’inspire de mon quotidien. Mes relations clients, ce qu’il se passe dans ma vie personnelle, ce que j’apprends de l’aïkido… tout est matière à exploiter ! Je vous conseille d’être ultra réceptif à ce qui se passe autour de vous et d’exploiter ces conversations, ces échanges et situations qui pourront apporter une belle valeur ajoutée à votre audience, qui restera ainsi fidèle à vos contenus.

Après avoir lu cet article, avez-vous le sentiment de vous répéter ? De vous épuiser dans vos sujets ? Y a-t-il des sujets sur lesquels vous n’osez pas encore vous exprimer ?

Source: Webmarketing & co’m

7 Conseils pour Rédiger du Contenu Web Convaincant (sans se prendre la tête)

C’est une erreur courante. Même les rédacteurs web expérimentés la commettent. Quoi donc ? De penser que les internautes aiment lire. Qu’ils arrivent sur le web avec le même état d’esprit que quelqu’un qui ouvre un bon bouquin. Or, c’est faux. Totalement faux. Parce que le contenu web est totalement différent du contenu écrit. Le contenu web est scanné. Pas lu.

Vos visiteurs recherchent des informations ou des produits. Ils prennent des décisions rapides sans réfléchir.

Alors, comment persuader les internautes d’agir s’ils ne lisent pas votre texte ?

Laisse-moi vous expliquer…

Voici 7 conseils pour rédiger du contenu web convaincant.

Prêt ?

1. Mettez vos informations les plus importantes en premier

L’écriture pour le web est complètement différente de l’écriture d’un essai ou d’un article version papier.

Un essai pourrait ressembler à ceci :

  1. Présentation du sujet ;
  2. Aperçu de la littérature en rapport avec le sujet ;
  3. Présentation des arguments, contre-arguments ;
  4. Enfin, votre conclusion.

Sur un site web, vous devez faire le contraire : vos points les plus importants toujours en premier. C’est la meilleure façon d’hameçonner un internaute.

Une fois qu’ils ont compris ce que vous faites, ce que vous proposez, et si ça les intéresse, alors ils décideront s’ils veulent aller plus loin.

Les journalistes appellent cette façon d’écrire la pyramide inversée. Dans les articles de journaux, les informations les plus intéressantes passent avant les détails et les informations générales.

Pyramide Inversée SEO

Même si vous ne lisez que le premier paragraphe d’un article de journal, vous comprenez toujours la situation dans son ensemble.

C’est la même chose sur votre site web. Vos prospects veulent d’abord avoir une vue d’ensemble. En gros :

  • Que faites-vous?
  • Ou que pouvez-vous faire pour eux ?

2. N’essayez pas d’être trop intelligent ou trop original

Sur le web, il est rare qu’un lecteur lise chacun des mots de votre article. Il n’a pas le temps. Il est pressé. Il a déjà envie d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.

Pour rédiger du contenu web plus convaincant, usez et abusez des phrases simples.

C’est d’ailleurs ce que prône Steve Krug, consultant en utilisabilité web pour Apple, Lexus, et j’en passe :

« Quand je tombe sur une page web, ça doit être évident, explicite. »

Une formulation trop pompeuse oblige à réfléchir. Or l’internaute ne réfléchit pas, il chasse l’information. Alors, gardez vos articles aussi limpides que possible.

Gardez toujours en tête ce conseil : écrivez comme si vous vous adressiez à un enfant de 12 ans.

3. Rédiger du contenu web convaincant : écrivez pour les scanners

Comment optimiser le taux de conversion de vos pages de capture ?

Combien de personnes lisent une page web ? Pour de vrai ?

Presque personne !

« Ce que font la plupart des internautes, c’est de jeter un coup d’œil sur chaque nouvelle page, de scanner une partie du texte et de cliquer sur le premier lien qui attire leur intérêt ou qui ressemble vaguement à ce qu’ils recherchent. » (Steve Krug)

Les recherches montrent en effet que seulement 16% des personnes lisent un contenu mot à mot. La plupart des gens scannent.

Alors, comment écrire pour les scanners ?

Voici une liste de questions à vous poser :

  • Le titre de votre article résume-t-il bien ce dont vous allez parler ?
  • Vos sous-titres résument-ils vos points clés ?
  • Avez-vous utilisé des puces concises et contenant des informations clés ?

Assurez-vous que votre lecteur comprenne votre texte en scannant simplement votre page.

4. Utilisez des mots familiers

« En tant que lecteurs du net, nous sommes à nouveau des chasseurs-cueilleurs – mais cette fois, au lieu de balayer l’horizon à la recherche de proies, nous scannons les pages à la recherche de mots clés. Quand nous voyons ces mots, nous cliquons, nous agissons. » Gerry McGovern

Imaginez que vous vouliez vous envoler pour l’Australie pour les vacances et que vous recherchez un vol pas cher.

Quels termes allez-vous taper dans Google :

  • Vol économique Australie ?
  • Vol à bas prix Australie ?
  • Vol pas cher Australie ?
rédiger du contenu web convaincant

Bingo !

La plupart des gens recherchent « vol pas cher Australie ».

Conclusion : nous essayons parfois de paraître scientifiques, fantaisistes ou dotés d’un savoir hors-norme. Mais ça, votre lecteur s’en fiche. Il recherche des mots familiers (=mots-clés), parce qu’ils indiquent qu’il est au bon endroit.

C’est là que le SEO fait son entrée. Pour rédiger des articles bien optimisés en rédaction web :

  • Répondez aux questions que se posent les clients potentiels ;
  • Discutez d’un seul sujet pour chaque page ;
  • Incluez des liens internes et externes vers des pages pertinentes ;
  • Utilisez des expressions et des mots que vos clients potentiels recherchent ;
  • Mais surtout : soyez utile.

Je vous explique ici comment rechercher des mots clés gratuitement.

5. Écrivez pour les paresseux

En d’autres termes, rendez votre texte facile à lire :

  • Utilisez des paragraphes courts (quatre phrases maximum) ;
  • Utilisez des phrases courtes – douze en moyenne ;
  • Zappez les mots inutiles ;
  • Evitez le jargon ;
  • Evitez la voie passive ;
  • Evitez les répétitions inutiles ;
  • Adressez-vous directement à vos lecteurs – utilisez le mot vous ;
  • Raccourcissez votre texte.

À quel point votre texte doit-il être court ?

Steve Krug recommande de vous débarrasser de la moitié des mots, puis de vous débarrasser de la moitié de ce qui reste. C’est peut-être un objectif trop exigeant, mais essayez quand même.

Lancez-vous un défi et rendez votre texte le plus court possible.

6. Répondez à la question « Et alors? »

Votre contenu ou votre page de vente concerne votre produit, votre service ou votre entreprise.

N’est-ce pas ?

Est-ce pour cela que vous devez écrire un roman sur le sujet ?

Pas tout à fait.

Pour rédiger un contenu web convaincant et donner envie au lecteur de le lire, vous devez parler aux lecteurs. Leur expliquer pourquoi votre produit ou service les rend plus heureux, plus riches ou plus productifs.

Et pour vous aider, il y a une astuce de copywriting très simple à utiliser : c’est de répondre à la question « Et alors ? » Cette astuce fonctionne dans n’importe quel secteur :

  • Nos voitures possèdent un régulateur de vitesse. Et alors ? Vous n’êtes pas obligé de surveiller votre vitesse tout le temps. Et alors ? Vous pouvez vous sentir en sécurité ;
  • Nous surveillons vos serveurs. Et alors ? Vos serveurs ne tomberont pas en panne. Et alors ? Votre personnel peut continuer à travailler sans interruption ;
  • Je conçois des sites web à conversion élevée. Et alors ? Vous pouvez convertir plus de visiteurs Web en prospects et en affaires.

La rédaction web persuasive se connecte aux désirs de vos clients, tels que se sentir en sécurité, gagner du temps, réduire les coûts, développer votre entreprise ou devenir plus heureux et en meilleure santé.

Comment améliorez-vous la vie de vos clients ? Quels problèmes, pépins et tracas pouvez-vous résoudre ?

Chaque fois que vous partagez des détails sur votre service ou les fonctionnalités de vos produits, demandez-vous « Et alors? ».

7. Faites une bonne impression visuelle

L’attrait visuel de votre site a un impact sur la lisibilité de votre texte.

Comment rendre votre site visuellement attrayant ?

  • Remplacer le texte par des photographies ou des vidéos ;
  • Rédiger dans une police lisible ;
  • Mettre l’accent sur les citations de clients (ou d’experts) pour ajouter de la crédibilité ;
  • Jouer avec les surlignages, le texte gras , les MAJUSCULES ou l’ italique ;
  • Décomposer un long titre en un titre avec un sous-titre ;
  • Changer les paragraphes en puces.

Plus important encore : désencombrer. Réduisez l’impression de surcharge et ajoutez des espaces blancs. Non seulement cela rendra votre site plus facile à lire, mais cela augmentera également votre confiance perçue (source: Social Triggers ).

Je serais ravie de vous dire qu’il est facile de rédiger du contenu web convaincant. Mais la vérité, c’est que cela demande de la pratique. Ne considérez pas vos lecteurs comme des universitaires qui aiment lire des textes difficiles et compliqués. Ne soyez pas verbeux. Rendez plutôt votre texte aussi simple que possible.

De même, soyez clair dans votre positionnement. Sachez qui vous êtes et ce que vous faites. Si votre positionnement est clair, il est beaucoup plus facile de se démarquer et de créer du contenu qui plaît.

Voilà le secret : Être clair. Être spécifique. Être audacieux.

Source: Webmarketing & co’m

Ads locales : un levier de conversions Online-to-Offline efficace pour augmenter vos revenus

Ads Locales : le secret des campagnes à moindres coûts pour atteindre vos objectifs Drive-to-Store

Une révolution publicitaire se dessine…  Google et Uberall vous expliquent comment tirer parti de l’opportunité que présentent les ads locales.

Spoiler : elles sont plus ciblées, moins onéreuses et programmables pour des centaines d’établissements en quelques clics… mais pourquoi sont-elles si attrayantes ?

Rendez-vous le 22 Octobre à 11 heures pour en savoir plus !

Vous y découvrirez :

  • Pourquoi s’appuyer sur une stratégie marketing globale ne suffit plus pour gagner des clients à l’Ère du ‘Near Me’
  • Le comportement des consommateurs français sur Google pendant la pandémie
  • Comment établir de bons KPI et mesurer les retombées de vos campagnes Online-to-Offline selon Google
  • Pourquoi les ads locales représentent une opportunité en or pour les entreprises de tous les secteurs confondus
  • Comment lancer et gérer des campagnes d’ads locales pour des centaines d’établissements en quelques clics

Assistez à la présentation de Google et Uberall. Rendez-vous le jeudi 22 octobre à 11 heures. 

Je m’inscris !

Article écrit en collaboration avec Uberall

Source: Webmarketing & co’m

Webmarketing et e-réputation : liens et interdépendance

L’e-réputation est l’expression employée lorsque l’on parle de la réputation qu’a une marque, une personne, une entreprise, un produit, etc. sur internet. Elle inclut ainsi les avis, les commentaires, et les échanges à votre sujet sur les réseaux sociaux, votre site, les forums… Vu la démocratisation de ces différents médias en ligne, l’e-réputation constitue donc un véritable baromètre avec lequel vous avez la possibilité de mesurer votre degré de popularité, qu’elle soit positive ou négative, auprès des internautes.

En se penchant sur ses caractéristiques, il semble logique d’affirmer que l’e-réputation est étroitement liée au webmarketing, et notamment aux pratiques marketing mises en œuvre dans l’entreprise. En effet, elle peut être un élément fondamental à la rentabilité du site de votre entreprise, mais peut aussi se définir comme étant un objectif à atteindre.

L’e-réputation : l’un des plus grands objectifs d’une stratégie webmarketing

Avoir une bonne e-réputation signifie avoir le maximum d’avis, de retours positifs et de commentaires positifs sur votre entreprise sur les réseaux sociaux, les forums, votre site, etc. Dès lors que vous mettez en œuvre votre transformation digitale, et donc une stratégie de communication allant dans ce sens (incluant des pratiques webmarketing), vous affirmez votre présence en ligne et faites le nécessaire pour véhiculer une certaine image de marque auprès des internautes.

Le but consiste en pratique à faire en sorte que l’image que vous cherchez à renvoyer corresponde à celle qui sera perçue par les internautes. Moins il y a de décalage, plus vous pourrez considérer votre objectif comme étant atteint. Dans ce cadre, il est possible d’avancer que l’e-réputation est un objectif à atteindre.

Mais un tel résultat ne peut être poursuivi qu’avec une définition en amont d’un public cible, et de nombreux indicateurs fiables permettant de mesurer l’efficacité des actions menées à cet effet.

Une stratégie de communication digitale réussie du point de vue de l’e-réputation est donc une stratégie qui permet non pas seulement d’être « visible » en ligne, mais avant tout d’être « visible en bien » par les internautes. Faute de quoi, au mieux, vous resterez invisible, et au pire vous jouirez d’une mauvaise réputation.

L’importance de l’e-réputation est telle que des professionnels en la matière peuvent être sollicités par l’entreprise pour assurer le succès de votre réputation en ligne. Entre autres prestations, ces derniers donnent ainsi des conseils pour gérer son e-reputation et ainsi réussir son action marketing en ligne à tous les niveaux.

L’e-réputation est un levier stratégique

L’e-réputation est un concept complexe, dans le sens où il est à la fois un but et un outil qui peuvent être utilisés pour optimiser les stratégies de communication et de marketing mises en œuvre par l’entreprise. Il constitue surtout un levier pour le webmarketing, même s’il peut être intégré à d’autres stratégies.

L’e-réputation au service du webmarketing

Le webmarketing est un terme qui désigne toutes les pratiques pouvant être mises en œuvre pour optimiser la rentabilité de votre site web. En se référant à cette définition, nous ne pouvons que considérer l’e-réputation comme étant une de ces pratiques, communément appelées « leviers ».

Effectivement, 80% des internautes se renseignent sur la marque, le produit ou le service avant de procéder à l’achat, et ce sur la base des avis, commentaires, et autres notes donnés par les utilisateurs. Cette réalité traduit bien le rôle que joue l’e-réputation de votre entreprise sur vos ventes !

La gestion de l’e-réputation est l’un des savoir-faire spécifiques qui sur le long terme, permettent d’attirer de nouveaux clients sur le site. Vous devez donc veiller à l’intégrer à votre stratégie de web-marketing globale pour obtenir des résultats probants.

En se basant sur votre e-réputation, vous pouvez par exemple évaluer l’impact d’une première action de communication sur vos médias sociaux (publicité, événement, offre promotionnelle…). Vous pourrez mesurer concrètement le retour sur investissement, et si besoin, procéder à des ajustements pour que vos communications soient plus percutantes au niveau de vos clients.

Les autres stratégies de communication qui utilisent l’e-réputation

L’e-réputation peut également être utilisée comme un levier pour booster d’autres stratégies de communication dans l’entreprise. Il est tout à fait possible de se servir de ce qui se dit autour de votre entreprise ou de votre marque pour optimiser votre stratégie de communication « corporate ». Si vous voulez être perçu comme une entreprise ayant des valeurs écologistes, faites en sorte que les publications des internautes à votre propos aillent dans ce sens.

De même, la gestion de votre réputation numérique vous permet aussi de contrôler les rumeurs qui se propagent sur votre entreprise en ligne. Cela peut d’ailleurs s’étendre aux avis et commentaires négatifs, ainsi que les messages contradictoires qui peuvent émaner de vos concurrents.

Enfin, la gestion de votre e-réputation doit être mise en commun avec l’élaboration d’une stratégie de communication de crise. En jouissant d’une bonne image, vous pouvez atténuer les impacts négatifs d’une situation de crise (trolling, bad buzz, pluie de commentaires négatifs…), ou au moins, obtenir le bénéfice du doute. Cela vous permettra de mieux appréhender le problème par la suite.

L’importance de conjuguer bonne gestion d’e-réputation et stratégie de webmarketing

Le webmarketing permet d’attirer du public sur votre site et de fidéliser vos clients, et en l’associant avec une bonne gestion de l’e-réputation, ces résultats n’en seront que meilleurs.

Pour animer votre site

Pour susciter l’intérêt du public et être bien référencé sur les moteurs de recherche, votre site doit être alimenté régulièrement en contenus de qualité. Plus vos publications sont qualitatives et originales, plus elles susciteront de l’intérêt pour le public, et c’est de cette manière que vous bénéficierez d’une bonne réputation. Vous pourrez même être cité comme référence !

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle cette tâche doit être confiée à des professionnels : community manager, rédacteur web, etc.

Pour augmenter rapidement le trafic du site

Communiquer autour de vos activités par le biais de votre site internet vous permet d’augmenter votre trafic. Si le webmarketing est bel et bien utile pour cela, une partie de cette fréquentation peut être obtenue par le seul biais d’une bonne réputation numérique. Vous avez donc tout intérêt à l’intégrer dans vos actions marketing.

Source: Webmarketing & co’m

5 idées pour faire connaître son site Internet

On ne peut plus le nier : les sites internet font partie de notre quotidien. Tout le monde a besoin d’Internet pour pouvoir étudier, travailler et faire ses recherches. Sur 10 personnes, on peut affirmer que seuls deux d’entre elles ne l’utilisent pas…

Aussi, les nombreuses entreprises qui n’ont pas de site internet ont fait faillite, car les gens s’informent désormais de la crédibilité et des services d’une société en ligne. Pourtant, il est de plus en plus difficile de faire connaître son site web, car depuis la création d’Internet, leur nombre ne cesse de s’agrandir.

Pour y remédier, il existe certaines règles, notamment en marketing pour votre site.

Inscrire votre site sur les annuaires généralistes, thématiques ou locaux

C’est ici que tout commence : s’inscrire sur un annuaire en ligne est la première étape à franchir pour faire connaître son site internet. L’inscription sur un annuaire permettra à votre site d’être répertorié avec les milliers de sites qui existent. Il suffira de taper le domaine de votre site pour le faire apparaître.

Toutefois, il faut d’abord que votre site soit optimisé en SEO.  Selon votre type de site, vous pouvez choisir entre un annuaire généraliste et un annuaire thématique. Les annuaires généralistes sont ceux qui se trouvent la plupart du temps sur Internet. Ils sont classés par domaines d’activités et facilitent les recherches.

Les annuaires thématiques quant à eux sont différents, car il en existe beaucoup. Ils s’accordent avec un thème particulier comme : l’annuaire pour le sport, le tourisme, etc. Tout ce que vous avez à faire est donc de bien choisir le domaine qui correspond à votre site. Si votre site est en rapport avec le tourisme par exemple, vous pouvez l’inscrire sur un site d’avis Tripadvisor.

Contacter les influenceurs qui sont en rapport avec votre domaine

Dans ce paragraphe, on parle surtout de marketing pour votre site internet. Contacter les influenceurs est l’une des stratégies les plus efficaces pour faire connaître votre site, comme pour faire de la pub sur des articles, des marques ou autres domaines.

Les influenceurs sont des personnes qui sont déjà connues sur le web. En général, ce sont des youtubeurs, des blogueurs qui bénéficient d’une bonne réputation. Pour faire pencher la balance dans votre côté, l’idéal est donc de créer un partenariat avec un influenceur.

Il faut aussi bien choisir l’influenceur, si votre site parle de technologie, vous devrez rechercher un influenceur qui travaille dans ce domaine. Il fera la promotion de votre site à votre place et ainsi, celui-ci gagnera en notoriété dans les réseaux sociaux et les blogs. Plus l’influenceur est connu, plus les gens se référeront à ses recommandations et conseils.

Faire de vos clients des ambassadeurs de votre marque

La 3e stratégie à entreprendre pour faire connaître votre site internet est de transformer vos clients en ambassadeurs. Concrètement, il faut adopter un système de parrainage client pour gagner plus de notoriété. Le principe du parrainage consiste à rémunérer vos clients lorsqu’ils amènent de nouveaux clients sur votre site internet.

Il s’agit d’un système de marketing afin d’agrandir la popularité de votre site, une campagne publicitaire à couts réduits. Ce concept ne peut donc fonctionner qu’aux dépens de votre premier client. Si celui-ci est fidèle et passionné par le domaine d’activité de votre site, vous pourrez connaître une grande réussite, car il sera votre porte-étendard.

Ce premier client amènera ensuite de nouveaux clients qui eux amèneront à leur tour d’autres clients de leurs entourages par le « bouche-à-oreille » ou directement sur le web via des forums de discussion ou même des sites de parrainage. Autrement dit, le client en parle à ses proches, ses proches en parlent à d’autres et ainsi de suite.

Créer et partager des communiqués de presse

Les communiqués de presse sont une manière efficace pour promouvoir sa notoriété. Pour cela, il faut s’adresser aux journalistes et médias qui sont intéressés par votre domaine pour qu’ils se chargent de publier vos informations.

Il faut leur présenter votre site internet, vos activités et l’objectif que vous essayez d’atteindre avec ce site. Proposez-leur vos articles pour qu’ils puissent créer des rubriques qui pourraient susciter l’intérêt des lecteurs pour votre site. N’oubliez pas les médias locaux si vous avez une activité recevant du public (boutique, commerce, salle de sport, etc.).

Être présent sur les forums de discussion

L’inscription sur des forums de discussion est gratuite, simple et rapide. C’est le moyen le moins coûteux pour faire connaitre votre site internet, car vous aurez accès au public. Néanmoins, tout comme les autres étapes de promotion, vous devez choisir le bon forum qui s’accorde avec votre thématique.

Il faut aussi que le forum que vous voulez choisir soit actif et populaire, car il n’y a aucun intérêt à s’inscrire sur un forum où les gens ne passent qu’une fois par semaine par exemple. Après cela, vous devez être hyperactif sur le forum, partager et présenter le contenu de votre site pour que les membres commencent à s’y intéresser. Cela nécessite beaucoup de temps certes, mais le résultat sera positif si vous vous y mettez à fond.

Conclusion

Naturellement, il existe de nombreuses approches pour promouvoir votre site Web en plus des conseils présentés. La stratégie la plus efficace dépendra en grande partie de votre environnement concurrentiel et des ressources à votre disposition : temps, compétences, taille de l’équipe, etc.

La promotion d’un site Web ou d’une entreprise ne doit pas nécessairement se faire uniquement sur Internet. Elle peut également se faire en dehors de ce support, ce qui n’est probablement pas aussi efficace que de le faire en ligne. Néanmoins, cela peut vous ramener de nouveaux prospects ou visiteurs qui n’auraient pas connu votre site d’une autre manière.

Pour promouvoir un site Web en dehors d’Internet, il suffit d’inclure votre adresse et une invitation à le visiter sur votre support : brochures, dépliants, cartes de visite, affiches et flyers, autocollants sur les véhicules de votre entreprise ou votre propre voiture, t-shirts ou casquettes publicitaires des employés, divers produits (stylos, porte-clés, almanachs…) que vous donnez à vos clients.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà eu des impacts positifs grâce à l’une de ces stratégies, ou une méthode que je n’ai pas mentionnée ?

Source: Webmarketing & co’m

Pourquoi faut-il adopter le marketing digital en 2020 ?

Vous avez recours à des moyens de publicité traditionnels dont vous n’êtes pas satisfaits ? Bonne nouvelle pour vous, le marketing digital va vous permettre d’atteindre vos objectifs. Voici cinq raisons d’opter pour le digital pour votre société…

 

1. Une audience plus large et plus ciblée

Grâce au marketing digital, l’audience que vous voulez atteindre n’a pas de frontières. Vous avez accès à un public du monde entier et vous choisissez la plateforme que vous voulez utiliser pour promouvoir votre entreprise.

De plus, avec les moyens de communication qui sont à votre service sur Internet, vous avez la possibilité de cibler votre clientèle en fonction de leur genre, de leur position géographique, leurs centres d’intérêt et bien d’autres critères. Vous avez donc accès à une multitude de personnes dans le monde entier pour cibler une population très précise.

2. La connaissance de vos clients

Encore une fois, grâce aux outils de communication dont vous disposez, vous avez la possibilité de connaître votre audience, avant même qu’elle ne se transforme en client. Vous pouvez même demander directement l’avis à votre audience et adapter vos produits, pour communiquer vos solutions, votre proposition et votre stratégie de communication en fonction de leurs réponses.

3. Une mesure immédiate des résultats

Vous ne pouvez pas évaluer ce que vous pouvez améliorer ? Le marketing digital, contrairement aux moyens traditionnels, vous permet de déterminer très précisément combien de personnes ont vu votre annonce, quel pourcentage de consommateurs ont acheté votre produit ou votre service après l’avoir vu.

Le marketing digital vous permettra ainsi de modérer et de modifier votre stratégie en fonction des résultats apportés.

4. Un meilleur rendement

Étant donné que vous avez la possibilité de promouvoir votre activité uniquement aux personnes qui seraient susceptibles d’être intéressées en fonction des centres d’intérêt ou d’autres critères, vous augmentez raisonnablement le rendement de vos publicités. Comparé aux méthodes traditionnelles où encore une fois, vous n’avez pas la possibilité de cibler l’audience à laquelle vous vous adressez, le marketing digital vous apporte des outils très puissants qui vous permettront de faire connaître votre entreprise, tout en économisant de l’argent.

5. Et enfin, une évolution constante

Le monde d’aujourd’hui est en évolution constante. Celle-ci se passe sur Internet, aucune publicité à la radio ou à la télévision ou sur les affiches publicitaires. En vous engageant dans le marketing digital, vous savez que vous pouvez faire évoluer votre stratégie de communication en fonction des changements de la société de demain. Alors si vous voulez faire connaître votre activité en 2020, vous devez vous poser la question suivante : par où dois-je commencer ?

Il faut d’abord comprendre
à qui vous vous adressez et quelle est votre proposition, réfléchissez bien à
ces deux points, puisqu’ils sont la base de votre stratégie de communication.
Quel est votre produit ? Quelle est votre valeur ajoutée pour votre client ? À
qui vous adressez-vous ? Quelle est la tranche d’âge ? Leur zone géographique ?
Quels sont les problèmes qu’ils ont pu rencontrer ?

Grâce à ces cinq conseils, vous allez pouvoir propulser votre entreprise au sommet et vous ne pourrez plus vous passer du marketing digital, une des méthodes importantes dans le marketing sur internet, afin d’élargir votre clientèle en France, mais également à l’étranger.

A propos de l’auteur

Thierry Gibralta : Il aide les entrepreneurs à se faire connaître et à faire découvrir leurs activités. Il fait des vidéos sur sa propre chaîne YouTube : GIB MEDIA. Chaque mardi, il explique le fonctionnement du marketing digital qui permet aux entrepreneurs de faire grandir l’image de marque de leur entreprise.

Site Facebook Instagram LinkedIn

Source: Webmarketing & co’m

Pinduoduo, le nouveau player du e-commerce chinois

Le monde du e-commerce en Chine ne cesse de se réinventer, mais une chose ne change pas, Alibaba reste le vainqueur incontesté de cette course aux consommateurs chinois. Les choses sont un peu différentes lorsque l’on regarde la répartition des ventes par plateformes en omettant Alibaba. JD.com longtemps principal concurrent de Tmall (avec 25% des parts) s’est récemment fait détrôner par Pinduoduo…

 

Mais Pinduoduo, c’est quoi exactement ?

Pinduoduo : le « Liddle » du e-commerce ?

Pinduoduo voit le jour en septembre 2015 et connait un début à succès avec plus un volume de transaction atteignant les 1 milliard de yuan en tout juste un an et enregistrant plus de 100 millions d’utilisateurs actifs. 200 millions en 2 ans, etc. L’application cible alors les villes de second et troisième rang moins riche que les mégalopoles que sont Shanghai, Canton et Pékin. Retenez ce point, il est important. Pinduoduo cumule en 2019 418.5 millions d’utilisateurs actifs.

Profil utilisateurs :

  • 63.3% des utilisateurs ayant effectué un ou plusieurs achats sur la plateforme ont entre 25 et 40 ans ;
  • 67.8% des acheteurs actifs sont des femmes ;
  • 9.3% des acheteurs sont des étudiants.

Une application e-commerce hors du commun

Interface d’une boutique et chat utilisateurs

Taobao, Tmall et JD dominant déjà très largement les villes de premier rang avec une majorité de classe moyenne à riche, Pinduoduo a su tirer son épingle du jeu en ciblant une partie de la population jusque-là délaissée par les grands groupes d’e-commerce.

La clé de son succès ? Offrir aux gens la possibilité de grouper afin d’acheter en gros et obtenir les prix les plus bas possible. Non seulement c’est pour l’utilisateur une manière de se faire plaisir tout en restant dans ses moyens, mais cela encourage aussi l’engagement et le travail d’équipe, valeurs fortes en Chine. Ce genre de modèle est populaire en Chine, et est connu sous le nom de Social e-commerce.

Le Social e-commerce en Chine

Les efforts des uns et des autres sont bénéfiques au groupe. Le social e-commerce peut prendre différents aspects comme avec RED (little red Book/ Xiaohongshu). Avec l’application RED, le social passe par des revues utilisateurs précises et réelles. On retrouve l’idée de groupe, de communauté s’entraidant, partageant des informations pour obtenir le meilleur deal.

Cet aspect communautaire est absolument à prendre en compte en se lançant dans le commerce en Chine, mais aussi le B2B. L’importance de la communauté est bien sûr culturelle et politique (taoïsme/communisme), mais aussi très liée à la peur de l’arnaque ultra rependue dans la société chinoise.

Vendre sur Pinduoduo

Mini Game in-app permet de gagner un coupon de réduction et pousse l’utilisateur à interagir avec l’application, la communauté Pinduoduo.

Pinduoduo, maintenant deuxième plus gros joueur du e-commerce game chinois, a dans un effort d’agrandir son audience commencé à s’ouvrir aux marques étrangères en facilitant leur entrée. L’enregistrement se fait en 2 semaines. Plutôt pas mal non ?

Les frais d’inscription sur Pinduoduo sont ridicules comparé au millier de dollars à investir sur Tmall ou JD par exemple. Une caution entre 10,000RMB à 50,000RMB selon l’industrie est demandée. Les commissions sur vente n’existent pas sur Pinduoduo.

Pinduoduo dispose également d’un modèle C2B permettant ainsi l’élimination des agents de distribution ayant pour conséquence un prix de vente toujours bas.

Les Outils Marketing de Pinduoduo

L’application dispose d’outils marketing intéressants pour ses vendeurs. Pinduoduo et Tencent, par exemple, ont un partenariat permettant aux vendeurs et potentiels acheteurs de facilement partager des liens sur Wechat.

Une entreprise déjà en Chine et présente sur d’autres plateformes e-commerce pourra mentionner son nombre de ventes totales cumulé sur toutes les plateformes. Probablement une des fonctionnalités les plus intéressantes de la plateforme : plus une boutique a de ventes, plus son taux de conversion sera élevé (on en revient à la confiance assez difficile à obtenir en Chine).

Publicité Pinduoduo sur Wechat. Cliquer sur la publicité ouvre l’accès à un mini programme où il est possible de gagner un coupon de réduction.

Pinduoduo : Un Marketing Social Smart

En termes de marketing, Pinduoduo préférera du social marketing en encourageant ses utilisateurs à partager leurs offres via wechat, etc. Une fois encore, nous pouvons retrouver l’aspect social de la plateforme.

Un concept intelligent prenant pleinement avantage de l’envie presque viscérale des consommateurs à toujours trouver le meilleur deal. Une envie à la base du marketing de Pinduoduo et qui lui permet d’engager toujours plus de nouveaux utilisateurs.

Pinduoduo en résumé

Côté utilisateurs :

  • Achat de groupe pour avoir des prix réduits ;
  • Produit gratuit si assez de vos contacts commencent à suivre le compte officiel de Pinduoduo sur Wechat à partir de votre compte ;
  • Coupons de réduction valide sur une période très courte pour pousser à l’achat rapide ;
  • Option négocier prix avec l’aide de ses amis ;
  • Enveloppe rouge sur Wechat pour inciter à inviter des amis à télécharger l’app ;
  • Loteries : payez un petit montant (0.01RMB), invitez un ami et obtenez une chance de gagner un produit gratuit.

Côté Vendeur :

  • Message service client automatique personnalisable ;
  • Paiement Automatique ;
  • Frais d’entrée entre 10 000 et 50 000 RMB ;
  • Pas de commission sur les ventes ;
  • Cross border (pas d’intermédiaire).

Source: Webmarketing & co’m

Guide étape par étape pour avoir 20k abonnés Instagram

Vous cherchez à obtenir des abonnés sur Instagram ? Vous êtes au bon endroit… Instagram est naturellement un endroit idéal pour que les entreprises de toutes formes et de toutes tailles puissent se faire connaître. Cependant, il n’est pas facile de fidéliser un public engagé sur l’application. Bryan, l’un des rédacteurs d’InstaSchool, explique dans ce guide détaillé comment obtenir des abonnés sur Instagram… Alors, c’est parti !

Contenu :

Étape 1 : Passer de 0 à 100 abonnés sur Instagram

Étape 2 : Passer à 1 000 abonnés Instagram

Étape 3 : Passer à 5 000 abonnés Instagram

Étape 4 : Atteindre les 10 000 abonnés Instagram

Étape 5 : Atteindre 20 000 abonnés Instagram et plus

Si vous avez fini par cliquer sur cet article, je vais
supposer que vous vous souciez de faire croître votre compte Instagram. La
question « Comment avoir des clients sur Instagram ? » est une
question qui préoccupe tous les spécialistes
du marketing
.

Malheureusement, la majorité des articles publiés sur le
sujet sont soit trop vagues, soit trop spécifiques à un cas particulier et
présentent pour la plupart quelques idées à faible impact et/ou qui prennent
beaucoup de temps.

En outre, ces stratégies de croissance d’abonnés Instagram doivent être mises à jour presque aussi souvent qu’Instagram met à jour son algorithme. Il y a de fortes chances que les conseils partagés en 2017 soient dépassés depuis longtemps, parce que, eh bien, Instagram a beaucoup changé au cours des deux dernières années.

Chez InstaSchool, nous faisons du marketing pour
Instagram
depuis quelques années maintenant. Pendant ce temps, nous avons eu
le temps de tester des quantités ridicules de méthodes différentes pour faire
croître nos comptes et ceux de nos clients.

Grâce à ces expériences, nous avons compilé un ensemble de
moyens universels et efficaces pour attirer des clients sur Instagram. En
essayant de les organiser d’une manière ou d’une autre, nous avons élaboré ce
guide étape par étape pour développer une base d’abonnés qualifiés, plus
précisément : le chemin vers 20 000 followers.

Mais avant de s’y atteler, il est temps de faire un rapide
rappel à la réalité : il n’existe pas de stratégie miracle qui vous permette
d’atteindre soudainement le cap des 1 000, 10 000 ou 20 000 abonnés.

Lorsqu’il s’agit de savoir comment attirer des abonnés sur
Instagram, le timing est primordial. Oui, il existe une série d’activités que
vous pouvez faire pour augmenter votre nombre d’abonnés instagram. Cependant,
le fait de les mettre toutes en œuvre soudainement ne va pas vous apporter des
résultats significatifs, car l’efficacité de chaque action change après avoir
atteint un certain seuil d’abonnés.

Par exemple, il ne sert à rien d’acheter un post pour votre
compte pour 100 euros à un grand influenceur alors que vous avez 10 abonnés.
Oui, vous pourriez obtenir quelques followers de cette façon, mais le prix par abonnés
serait déraisonnablement élevé. Ce serait beaucoup plus efficace si vous avez
déjà établi une identité forte, si vous êtes à la pointe de l’information et si
vous cherchez à accélérer l’effet boule de neige.

Bon, assez de bavardages, passons au guide proprement dit :
Comment avoir des abonnés sur instagram…

Étape 1 : Passer de 0 à 100 abonnés sur Instagram

Bon, vous avez maintenant un tout nouveau compte et vous devez
créer cette dynamique initiale
et obtenir des abonnés sur Instagram.

Si vous avez déjà une entreprise ou une marque avec une
communauté quelque peu établie, alors obtenir ce premier public ne devrait pas
être un si grand défi. Envoyez un email d’information à vos clients existants,
en les invitant à vous suivre sur Instagram.

N’oubliez pas que lorsque vous voulez que les gens fassent
quelque chose, vous devez leur donner une incitation. Dans ce cas, une remise
sur vos produits aux 100 premiers followers pourrait très bien fonctionner.

Si votre liste d’adresses électroniques est suffisamment
longue, vous pouvez diviser l’offre de manière à ce que les 100 premiers
clients bénéficient d’une réduction de 30 %, les 100 suivants de 20 %, et ainsi
de suite, pour ne pas décourager ceux qui auraient pu ouvrir l’email plus tard
de vous suivre. Avant d’envoyer l’email, assurez-vous que vous avez déjà
quelques publications intéressantes pour donner une idée de votre marque.

10
bonnes résolutions pour une stratégie d’email marketing réussie en 2020.

Si vous ne disposez pas d’une communauté de clients/abonnés,
vous pouvez vous tourner vers vos amis, votre famille ou vos collègues
et leur demander de vous suivre. C’est l’une de mes techniques préférées, car
vous pouvez obtenir une base initiale de followers assez facilement, même sans
poster de contenu (cependant, je vous suggère quand même d’avoir au moins un
post pour commencer). Si vous êtes l’une de ces personnes avec une grande
famille, de nombreux amis, vous pourriez atteindre cette centaine de followers
assez rapidement.

De plus, si vous avez un site web, vous pouvez capter
n’importe quel visiteur du site en ajoutant un bouton « Suivez-nous sur
instagram », pour être sûr que votre public sache où vous vous trouvez sur
les réseaux sociaux !

Une fois cette première étape franchie, il est temps de
choisir une stratégie pour avoir des abonnés sur Instagram et faire passer
cette base à au moins 100 followers.

Stratégie 1 : « Quelque chose se prépare… »

Il est préférable que vous ayez une nouveauté à partager, un
nouveau site web, un produit, un cadeau, etc.

Créez une photo de profil attrayante, ainsi qu’une
biographie engageante. N’ayez pas peur d’y ajouter des émojis si cela peut
intéresser votre public.

Si vous avez un lien vers votre page d’accueil, votre page
d’abonnement email ou littéralement tout autre lien de marque qui pourrait
potentiellement étendre la relation avec vos abonnés, ajoutez-les aussi !

Même si vous n’avez pas encore lancé votre site correctement, cela ajoute de la crédibilité à votre marque, cela montre à votre public que vous êtes sérieux au sujet de votre entreprise et que vous avez fait l’effort supplémentaire d’acheter un nom de domaine. Idéalement, vous devriez avoir au moins une page « à venir » avec une capture de prospects.

Mais ne vous en faites pas : votre page Instagram ne se
développe pas nécessairement plus vite si elle contient un lien dans votre
biographie.

Lorsque vous écrivez une biographie sur Instagram, veillez à
être très clair sur le sujet de votre compte. Si vous envisagez de lancer une
activité de e-commerce, dites-le. Si vous donnez des conseils marketing gratuits,
faites-le savoir. Peut-être lancez-vous un concours pour les 100 premiers abonnés
? Ils devraient le savoir. Donnez aux gens une incitation à vous suivre, même
si vous n’avez rien de prévu pour le moment.

Si vous voulez aller plus loin (et vous devriez toujours le faire), publiez au moins un post qui transmet votre image de marque. Trouver une idée de publication sur instagram.Cela vous aidera à gagner des abonnés sur Instagram, car cela permet aux followers potentiels de savoir ce que vous faites, quel genre de publications ils peuvent attendre de vous et de les enthousiasmer pour votre marque à venir !

A screenshot of a cell phoneDescription automatically generated

Pour « Le slip Français », ils ont créé ceci :

Image de marque ☑️ Description de la marque ☑️
Incitation ☑️ Site Web☑️

Malheureusement, le simple fait d’ouvrir un compte ne vous
aidera pas à trouver des abonnés sur Instagram. Recherchez des comptes qui se
trouvent dans votre niche ou dans une niche similaire à la vôtre et qui ont
déjà un nombre important de followers
(je n’irais pas plus loin que des
comptes ayant plus de 10 000 abonnés). Une fois que vous avez identifié ces
comptes, commencez à suivre au moins 10 d’entre eux, et assurez-vous de suivre
également une cinquantaine de leurs abonnés.

Si vous voulez aller plus loin (et vous devriez le faire),
vous pouvez vérifier les comptes de ces 50 abonnés avant de les suivre, pour
vous assurer qu’ils correspondent bien à votre public cible.

Voici l’essentiel : assurez-vous d’interagir avec les
comptes que vous suivez régulièrement ! Comme leurs derniers messages, laissez
des commentaires sur eux, répondez à leurs stories Instagram et/ou écrivez-leur
un message direct dans lequel vous vous présentez en une phrase, mentionnez que
vous avez créé un nouveau compte et que vous seriez honoré de les voir parmi
vos premiers abonnés [insérez l’encouragement dont vous avez parlé dans votre
biographie].

L’approche personnelle du message direct, combinée à un
engagement régulier, est une excellente tactique pour avoir des abonnés sur
Instagram, surtout si votre compte n’est pas trop important et que vous pouvez
encore traiter tous vos DMs. Vous devriez faire tout cela dans les phases
ultérieures également, mais c’est particulièrement crucial lorsque vous êtes
encore qu’un nouveau compte.

Stratégie 2 : « Une étoile montante »

Si, par contre, rien de vraiment important n’est de prévu
sur votre planning entreprise ou si vous souhaitez développer une marque
personnelle
(mannequins, photographes, conférenciers, etc.), alors optez
pour celle-ci.

Tout ce dont nous avons parlé dans la stratégie 1 est
toujours utile. Vous devez travailler sur votre biographie, expliquer qui vous
êtes et en quoi consiste votre compte, contacter d’autres comptes dans votre
domaine et nouer le dialogue avec leurs abonnés.

La différence majeure ici est que vous devez construire
votre feed AVANT
de faire le travail de sensibilisation. N’oubliez pas que pour
avoir des abonnés, vous ne cherchez pas à convertir les gens à votre offre
directement, vous souhaitez les conduire vers vos publications.

Voici la grande question :

Combien de posts devriez-vous publier avant de commencer à
faire de la publicité sur Instagram ? À mon avis, au moins 9 à 12 posts
seraient un bon point de départ.

Cela signifie que lorsqu’une personne se retrouve sur votre profil, le contenu est suffisant pour vous représenter et/ou représenter votre marque. Gardez à l’esprit que vos publications doivent se compléter pour créer une grille cohérente et nourrir un feed instagram harmonieux.

Il est très important d’avoir une belle mise en page.
Oui, chaque image individuelle contribue à susciter l’engagement de vos abonnés
Instagram actuels qui voient les posts dans leur fils d’actualité.

Toutefois, l’aspect général de la grille est l’un des
éléments les plus importants (sinon le plus important) pour vous aider à
attirer des abonnés sur Instagram. Elle montre que vous prenez votre marque au
sérieux et leur fait savoir qu’ils peuvent s’attendre à un contenu de qualité
similaire de manière constante.

Les comptes qui utilisent des palettes de couleurs
cohérentes et qui font un effort supplémentaire pour planifier leur
alimentation auront des abonnés sur Instagram plus rapidement que ceux qui n’en
font pas !

Si vous décidez d’utiliser 12 posts initiaux, je vous
suggère de les publier dans un délai de 2 à 3 jours au moins. Cela dépend de la
fréquence à laquelle vous prévoyez de publier à l’avenir, mais je pense
personnellement qu’avoir les 12 publications publiées en une journée ne semble
pas du tout organique. (Cependant, c’est juste ma préférence personnelle, et si
vous êtes très impatient de commencer, alors allez-y et publiez-les tous
immédiatement).

Dans chaque post, incluez différents hashtags pour rendre
vos premières publications plus accessibles aux éventuels followers. Il est
important de montrer un bon engagement sur vos posts dès le début.

Je suggère de choisir de petits hashtags qui ont peu de trafic
(peut-être 1k-20k), ainsi que des hashtags très populaires (10mil+). Il y a de
fortes chances que vous commenciez à avoir des abonnés Instagram rien qu’avec
cette activité ! La chose la plus importante à retenir est que vos hashtags doivent
être pertinents par rapport au contenu de votre post. Pour plus de conseils sur
les hashtags, consultez le site :

À retenir :

  • Créez une biographie attrayante avec une incitation à suivre une offre, les posts, ou les deux ;
  • Communiquez régulièrement avec les personnes et les marques susceptibles d’être intéressées par votre contenu ;
  • Travaillez sur vos premiers postes afin de développer votre propre style/mise en page ;
  • Faites des recherches sur les hashtags de plus en plus populaires, choisissez autant de hashtags pertinents que possible et utilisez-les sur vos posts.

Pour aller plus loin…

Étape 2 : Avoir 1 000 abonnés Instagram

Une fois que vous aurez obtenu cette première impulsion, la
stratégie suivante vous donnera vraiment un coup de pouce supplémentaire
pour attirer des abonnés
sur Instagram. Voici ce que vous devez faire :

  1. Identifiez certains grands comptes (plus de 50 000 abonnés) qui sont similaires au vôtre ou qui appartiennent au même secteur et qui ont le même public cible que vous ;
  2. Vérifiez si leurs followers sont réels (quelques bons outils pour cela : Fameaudit, SocialAuditPro) ;
  3. Si la majorité de leurs abonnés sont réels, ouvrez leur liste de followers et commencez à suivre ces comptes (je suggère personnellement de suivre les comptes qui ont une vraie photo de profil, au lieu d’un logo) ;
  4. Commencez à vérifier qui ne vous suit pas et désabonnez-vous de ces comptes. Il existe de nombreuses applications pour Android / iOS / WEB dans ce but précis, il suffit de faire une recherche.

Idéalement, au moins 20 % des personnes que vous avez
commencé à suivre devraient vous suivre en retour
. Plus vous avez de
followers, plus votre ratio de followers par rapport aux abonnements sera
« sain », plus votre feed est attrayant et plus le pourcentage de
follow-back sera élevé.

Les gens sont plus enclins à suivre les comptes Instagram qui ont :

  • L’air vrais ;
  • Plus d’abonnés que d’abonnements ;
  • Beaucoup d’abonnés ;
  • Un feed de posts bien conçu.

En plus de la stratégie d’abonnement, vous devriez commencer
à interagir avec des comptes influents (tant qu’ils ne sont pas des concurrents
directs).

Tout d’abord, activez les notifications pour ces comptes.
Chaque fois qu’ils publient quelque chose, soyez le premier à l’apprécier et à
laisser un commentaire. Il y a déjà trop de commentaires du type « C’est
tellement vrai », « C’est un drogué », « C’est super  » à
cause des robots d’engagement. Ils sont devenus très faciles à repérer et la
plupart des utilisateurs d’Instagram savent qu’ils ne sont pas authentiques :

Les commentaires génériques de ce type proviennent souvent
de comptes utilisant un suiveur ou un robot d’engagement et ne comptent donc
pas comme un véritable engagement.

A screenshot of a cell phoneDescription automatically generated

Essayez donc d’écrire quelque chose en rapport avec la
légende ou le poste, plus vous êtes humain, mieux c’est ! Posez des questions
spécifiques ou ajoutez votre propre opinion. Cela prouvera aux autres
utilisateurs d’Instagram dans votre communauté que vous êtes réellement
intéressé.

Pour atteindre 1000 followers, je vous suggère de combiner
la stratégie « follow/unfollow » avec les stratégies de l’étape
précédente !

Deuxièmement, lorsque vous commencez à atteindre la barre des 1000 followers, il est bon de commencer à réfléchir à la programmation de vos posts Instagram. Cela vous donnera plus de temps pour créer du contenu, vous engager auprès de votre public et continuer à attirer des abonnés sur Instagram.

Photos, vidéos, posts sur le carrousel, légendes, premiers
commentaires peuvent tous être programmés à l’avance, de sorte que vous n’ayez
plus jamais besoin de vous précipiter pour des posts de dernière minute.

À retenir :

  1. Identifiez les comptes clés qui sont similaires au vôtre et suivez-les ;
  2. Activer les notifications pour ces comptes ;
  3. Laissez un commentaire dès qu’ils publient ;
  4. Suivez leurs vrais abonnés.

Étape 3 : Passer à 5 000 abonnés sur Instagram

Maintenant que vous disposez d’une bonne base pour la
croissance, il est temps d’accélérer encore plus. Je ne dis pas que vous
devriez arrêter de faire ce que vous faisiez auparavant. Je pense que ces
méthodes sont excellentes
même si vous avez passé le cap des 20 000 abonnés.
Toutefois, l’ajout d’autres méthodes à partir de ce point pourrait donner les
mêmes résultats, voire meilleurs, avec moins d’efforts.

  • Tout d’abord, vous devriez commencer à utiliser les groupes d’engagement ;
  • Deuxièmement, envisagez d’investir dans la publicité. Si vous souhaitez créer une marque (et pas seulement afficher des photos de votre chat), les publicités Instagram vous seront très utiles à ce stade ;
  • Troisièmement, commencez à programmer vos annonces Instagram ; Une fois que vous avez atteint ce stade, chaque minute que vous investissez dans votre Instagram compte.

Pour diffuser des annonces sur Instagram, vous devez
passer à un compte professionnel.  Si
vous ne l’avez pas encore (ou si vous ne savez pas si vous l’avez ou non), il
existe un moyen très simple de l’activer :

  1. Allez dans votre profil et cliquez sur le bouton « Paramètres » à côté de « Modifier le profil ;
  2. Faites défiler vers le bas jusqu’à ce que vous voyiez « Passer au profil de l’entreprise » (si vous avez déjà un compte d’entreprise, vous trouverez « Passer à nouveau au compte personnel ») ;
  3. Cliquez dessus et suivez les instructions pour créer un profil d’entreprise (pour votre information, vous aurez besoin d’une page Facebook dont vous êtes l’administrateur).
Switch to business profile

Où passer à un profil d’entreprise

Vous pouvez promouvoir vos publications existantes ou
lier votre compte à Facebook et créer une publicité à partir du panneau du
gestionnaire de publicités de Facebook. Essayez différentes options de ciblage,
et voyez laquelle permet de gagner des abonnés sur Instagram le plus rapidement
ou d’augmenter l’engagement (en fonction du post et de l’objectif).

Je vous suggère de faire de courtes vidéos publicitaires et
de choisir Instagram Stories comme emplacement publicitaire. Ce placement est
encore relativement sous-utilisé, ce qui donne probablement un meilleur rapport
qualité-prix que les posts réguliers.

Si vous avez besoin d’aide pour faire passer les annonces,
engagez un freelance ou, diable, envoyez-nous même un message sur notre telegram, et je
vous donnerai une brève introduction !

Enfin, si vous avez établi des relations avec des
influenceurs Instagram, ne les oubliez pas…

Les personnes influentes sont aussi de vraies personnes ! Si
vous souhaitez approcher un influenceur pour lui demander de travailler
ensemble, intéressez-vous vraiment à ce qui se passe dans sa vie. Si vous
n’êtes pas timide, enregistrez une courte vidéo de vous en guise
d’amorce de conversation, et envoyez-la-leur comme message direct. Vous vous
distinguerez ainsi des autres personnes avec lesquelles ils pourraient avoir
des conversations.

Si vous sélectionnez plusieurs comptes comme destinataires,
veillez à ne pas créer une conversation de groupe, mais à la leur envoyer
séparément. Sinon, cela ne semble pas très personnel.

Le monde des influenceurs est un peu intimidant si vous êtes
encore en train de construire votre marque et d’essayer de gagner des abonnés
sur Instagram, alors consultez les
meilleures formations marketing
pour apprendre tout ce que vous devez
savoir.

À retenir :

  1. Rejoignez et utilisez les groupes d’engagements ;
  2. Passez des annonces pour attirer du trafic vers votre profil et vos posts ;
  3. Établir des relations de qualité avec des influenceurs.

Étape 4 : Atteindre les 10 000 abonnés Instagram

Le passage des 10 000 abonnés Instagram est magique ✨

Ce chiffre est si grand qu’il ne tient pas dans l’espace
dédié, il est donc réduit à 10k.

De plus, vous avez l’énorme avantage de pouvoir ajouter des
liens à vos stories Instagram pour donner vie à votre
storytelling sur instagram
. C’est une occasion extraordinaire de commencer
à monétiser votre compte Instagram. Voici un article sur la façon dont vous
pouvez le faire par e-mail : Comment
monétiser Instagram avec une stratégie d’email marketing ?

Continuez à faire tout ce que vous avez fait jusqu’à présent
pour obtenir des abonnés sur Instagram. Bien sûr, si quelque chose semble ne
pas donner de résultats, alors arrêtez de le faire et concentrez-vous sur les
choses qui ont le plus d’impact
! Vous devriez revoir votre stratégie de
marketing Instagram à chaque étape de ce guide pour vous assurer que vous
restez sur la bonne voie !

Comme vous avez une base de clients assez solide, vous
devriez réfléchir à des moyens de les faire participer à la promotion :

Étiqueter un ami

L’un des meilleurs moyens d’inciter les gens à promouvoir
votre contenu est de leur demander simplement de marquer leurs amis.
Cela peut en fait être fait avec n’importe quelle publication que vous publiez.
Cela fonctionne bien avec des contenus à forte charge émotionnelle :
citations, vidéos drôles et/ou inspirantes, articles sur les animaux, etc. Dans
la légende de votre message, vous pouvez inclure quelque chose comme « Taguez
un ami », « Taguez quelqu’un qui vous inspire », « Taguez
quelqu’un qui devrait faire ceci », etc.

Mais le contenu doit être vraiment bon. C’est la clé ici. Si
ce n’est pas émotionnellement émouvant, il est peu probable que les gens taguent
les autres !

A screenshot of a cell phoneDescription automatically generated

Organiser un concours

Offrez un prix que vos abonnés ne peuvent pas refuser ! Il peut s’agir de livres, de gadgets, de chapeaux, de chemises, de cartes-cadeaux Amazon, d’un produit que vous vendez, etc. Je ne vais pas entrer dans les détails, alors voici un article sur la façon d’organiser un concours Instagram, au cas où vous seriez intéressé.

À retenir :

  1. Encouragez vos abonnés à devenir des ambassadeurs de la marque ;
  2. Créer des posts où ils peuvent « taguer un ami » ;
  3. Organisez un concours pour augmenter votre portée.

Étape 5 : atteindre 20 000 abonnés Instagram (voire plus)

Comme pour les étapes précédentes, tout ce que nous avons
couvert auparavant peut sûrement être utilisé pour développer votre compte et
vous aider à obtenir des abonnés sur Instagram.

Toutefois, je voudrais vous faire part de mes dernières
suggestions qui, à mon avis, ont donné de bons résultats, surtout lorsque vous
avez développé votre compte et que vous avez plus de 10 000 abonnés.

Comme je l’ai dit, le fait que votre compte a plus de 10 000
abonnés Instagram est magique. Cela renforce la crédibilité et vous
n’êtes certainement plus un compte aléatoire de plus.

Cela étant dit, vous devriez commencer à penser à créer une
voix en dehors d’Instagram. Le fait d’avoir plus de 10 000 followers ouvre des
possibilités de monétisation et vous devriez en profiter et vous concentrer
sur le développement de toute votre présence en ligne plutôt que sur un simple
compte Instagram
.

Je veux dire par là que vous pouvez le faire, mais c’est
vraiment une question de finalité.

Commencez à considérer votre Instagram comme une entreprise.
Quel est le problème que vous résolvez ? Quelle est la valeur de votre offre ?
Qu’est-ce que vos abonnés « obtiennent » de vos publications ?

Lorsque vous avez identifié ces éléments, cherchez où votre
public potentiel se trouve et commencez à leur apporter de la valeur.

Voici quelques idées sur ce qu’il faut faire :

  • Répondez aux commentaires pertinents sur YouTube ;
  • Aidez les personnes sur Reddit ;
  • Répondez aux questions pertinentes de Quora ;
  • Parlez avec des personnes sur les groupes Facebook pertinents ;
  • Postez du contenu sur les forums pertinents ;
  • Rédigez des articles pour des blogs que votre public pourrait suivre.

Ce ne sont là que quelques exemples de la manière dont vous
pourriez faire circuler le trafic de votre profil et avoir plus d’abonnés sur
Instagram. Comme l’a dit Warren Buffet, « Ne dépendez jamais d’un seul flux
de revenus ». Alors, pourquoi devriez-vous dépendre uniquement de
l’algorithme de classement d’Instagram pour obtenir des abonnés sur Instagram ?

Cela peut sembler beaucoup de travail au début. Mais une
fois que vous avez pris le coup, cela devient relativement facile. Vous
pouvez aussi externaliser la plupart de ces tâches.
Avant de vous remettre à
regarder le dernier clip de Taylor Swift, laissez-moi vous donner une dernière
méthode : les mentions.

Vous pouvez vous mettre d’accord sur différentes façons de
faire les mentions. Il peut s’agir, par exemple, de posts réguliers, de post
vidéo ou de posts dans des stories.

A screenshot of a cell phoneDescription automatically generated

Il y a une raison pour laquelle je ne les ai pas encore
mentionnés. D’après ma propre expérience, se faire mentionner quand son compte
est encore petit, peut être coûteux et tout à fait inutile.

Bien sûr, vous pouvez faire S4S (shout for shout)
avec quelqu’un qui a un contenu et une taille similaires, même si vous n’avez
tous les deux que 100 abonnés. Mais à mon avis, cela n’a pas beaucoup de sens
de commencer à promouvoir d’autres comptes alors que votre propre compte n’en
est encore qu’à ses débuts. Je trouve que c’est un peu rebutant pour vos abonnés.

Cependant, si vous avez établi une relation étroite avec
quelqu’un et que son contenu vous touche, vos abonnés se sentiront eux aussi
plus organiques. Sinon, 10k serait un bon point de départ pour se mettre à mentionner.

Vous pouvez essayer de conclure une sorte d’accord, mais la
plupart du temps, vous devrez payer pour des mentions. Consultez différents
comptes
pour vous faire une idée de leur valeur. Une mention provenant d’un
compte ayant 100 000 abonnés peut vous coûter environ 50 euros. De plus, le
nombre de nouveaux abonnés que vous recevrez d’une mention dépend de votre
contenu, de votre biographie, du nombre d’abonnés, du ratio d’abonnés par
rapport au nombre d’abonnements, etc. (voir l’étape 2).

À retenir :

  1. Établissez une présence en ligne en dehors d’Instagram afin d’attirer en permanence du trafic vers votre compte ;
  2. Collaborez avec d’autres comptes Instagram pour les mentions.

Pour conclure

C’est ainsi que l’on gagne des abonnés sur Instagram ! Selon les statistiques, Instagram compte aujourd’hui plus d’un milliard
d’utilisateurs actifs par mois. C’est une preuve sociale massive que les gens
aiment vraiment.

Par conséquent, elle attire un nombre croissant de marques, d’entreprises et de travailleurs indépendants qui veulent accroître leur présence et utiliser Instagram comme un canal pour augmenter leurs ventes. Bien qu’il soit plus difficile que jamais de se démarquer, je suis convaincu qu’avec l’aide de ce guide et de votre propre créativité, vous serez en avance sur vos concurrents en un rien de temps !

Beaucoup de spécialistes du marketing ne seront probablement
pas d’accord avec moi sur ce point, mais j’ai récemment remarqué que le fait de publier plus de contenu ne fait pas nécessairement croître votre compte plus
rapidement
. S’engager avec d’autres Instagrammeurs le fait.

Au début, je postais deux fois par jour, tous les jours. Une
semaine, je ne postais qu’environ deux fois, mais j’étais très actif sur la
plateforme, laissant des commentaires et des préférences partout, rejoignant
des utilisateurs avec lesquels j’aimerais collaborer à l’avenir, etc.

Le résultat ?

Mon engagement est resté plus ou moins le même, mais j’ai
gagné plus d’abonnés quotidiens que jamais auparavant.

La morale de l’histoire est que si vous avez un emploi du
temps serré, ne stressez pas trop pour poster plus de contenu. Postez quelques publications
par semaine, mais faites en sorte que ces posts soient absolument géniaux.
Utilisez des images/vidéos de haute qualité et écrivez des légendes plus
longues qui sont engageantes et utiles !

Pour rendre le processus de création de contenu moins accablant
au cours d’une semaine déjà bien remplie, prévoyez quelques heures au moins
une fois par semaine pour préparer une tonne de contenu Instagram programmé à
l’avance
. Ce petit « hack » m’a aidé à rester sain d’esprit comme
rien d’autre, et la qualité de mon contenu n’a pas non plus eu à souffrir de
mon emploi du temps chargé.

J’espère que cette lecture vous a été utile et qu’elle vous a donné de nouvelles idées et plus concrètes sur la façon de gagner des abonnés sur Instagram. Si vous avez des questions à un moment donné ou si vous voulez partager vos succès, vous pouvez toujours m’envoyer un message sur le channel telegram.

Bonne chance, amusez-vous bien !

A propos de l’auteur

InstaSchool, la formation sur mesure tout-en-un qui vous permet de démarrer, gérer et développer votre compte instagram.

Site webChannel Telegram 

Source: Webmarketing & co’m

Être en première page de Google, un danger pour votre image !

Un titre provocateur plus qu’affirmatif. Vouloir être en première page de Google reste une ambition louable pour votre réussite, même si cela peut aussi vous conduire à vous perdre. A vouloir tout miser sur le SEO et le référencement, vous pouvez oublier en chemin votre originalité, et cela peut poser question…

Optimiser son référencement naturel passe par un contenu de qualité

Vous pouvez adopter la stratégie marketing de votre choix, mais votre production de contenu sera toujours à la base de votre référencement. Les techniques SEO changent certes avec le temps, mais un contenu de qualité attire les prospects et séduit les moteurs de recherche. Il peut s’agir de textes, de vidéos, d’infographies… mais la prime à la qualité, offerte par les algorithmes de Google et consorts, reste d’actualité.

Pour s’en convaincre, il suffit de garder en mémoire que Google, avant même d’être un moteur de recherches, reste une entreprise comme les autres, dont l’objectif principal est la satisfaction client, en l’occurrence des Internautes recherchant une réponse à leurs requêtes.

Aussi, en propulsant un contenu de qualité, Google soigne son efficacité (et par la même occasion votre visibilité). Je ne vais pas me lancer dans un nième débat sur la définition de la qualité du contenu, mais je veux juste vous mettre en garde sur les risques que vous prenez à vouloir toujours être en première page Google.

Être en première page de Google, un risque pour votre image de marque

Je ne m’intéresse ici qu’à la rédaction web, à laquelle je me consacre depuis plus de 10 ans désormais, mais mes propos pourraient être adaptés à toute autre forme de contenu. Vouloir être en première page de Google est une ambition légitime, et pour y parvenir, vous allez utiliser tous les outils à disposition.

Des balises (méta description, titre…) reprenant le mot-clé principal, choisi avec soin, un texte ordonné et structuré (balises H1, H2, H3…, des aides à la lecture, des mises en gras, en italique…) et un univers lexical savamment étudié.

Pour chacune de ces tâches, vous disposez d’outils toujours  plus puissants pour vous aider dans votre mission. Mais à force de vouloir tout utiliser pour optimiser votre rédaction web, vous risquez de perdre non pas votre âme mais le sens du message que  vous voulez porter.

L’originalité, un critère différenciant appelé à prendre de l’importance

Je m’explique. Admettons que je souhaite me positionner sur la requête « Être en première page de Google » (personnellement, je vous dirai que c’est une erreur… 😊). Je vais utiliser un outil me précisant l’univers lexical de cette notion pour bien séduire les moteurs de recherche. Je me retrouve alors avec une liste de mots, parmi lesquels je vais devoir en choisir 20, 25 ou 30. Seulement, mon ambition, au départ, était de dénoncer les erreurs récurrentes et souligner qu’une démarche originale était plus propice à atteindre l’objectif souhaité.

Je ne voulais pas parler du « référencement local » ni même des « liens internes » mais parce que je veux que mon article soit accessible par le plus grand nombre, je vais devoir inclure les notions de « liens nofollow », de « techniques de référencement »… autant de thématiques que je souhaitais éviter dans un article que je voulais avant tout original.

C’est le danger de vouloir toujours tout optimiser, puisqu’à la fin de la course, mon texte sera certes bien optimisé mais fera la part belle à ce qui a déjà été écrit, filmé et scanné sous toutes les formes. En revanche, si j’avais écrit sans aucun de ces outils, mais juste en suivant mon raisonnement, mon article aurait été relayé à la 10 ou 11ème page de Google quelques jours après sa publication.

Mais si j’étais dans le vrai en donnant une prime non plus à la seule qualité mais à la qualité et à l’originalité, ce même article aurait été propulsé en position zéro ou aurait réussi son but à moyen terme : être en première page de Google.

Voilà comment, à trop vouloir bien faire, on suit la mode et les tendances, et que tous les sites se ressemblent…

Et vous,
plutôt originalité à tout prix ou le référencement avant tout ?

Source: Webmarketing & co’m

YouTube ou Vimeo, quelle plateforme adopter ?

Quand il s’agit de partager des vidéos en ligne, YouTube et Vimeo sont les deux plateformes les plus populaires sur le marché. C’est pourquoi les utilisateurs sont souvent confus, YouTube ou Vimeo, lequel choisir ? Ce sont toutes deux d’excellentes plateformes avec leurs avantages et inconvénients respectifs.

 

Pourquoi se lancer sur YouTube ?

1 – C’est gratuit

Sur YouTube tout est gratuit. Effectivement, il n’y a aucun frais à payer pour utiliser YouTube. Si une personne débute sur YouTube et expérimente son utilisation, elle pourra s’entraîner et tester sa propre façon de faire des vidéos et de voir comment le marché réagit. Tout cela, gratuitement !

2 – C’est rémunéré

YouTube est une plateforme qui permet d’associer un compte Google Adsense à celui-ci. Il donne donc la possibilité de gagner de l’argent grâce à des vidéos mises en ligne.

Il est donc réellement possible de vivre aujourd’hui de sa chaîne YouTube et de créer une chaîne YouTube rentable, que ce soit grâce à la publicité ou à la vente de produits à sa communauté.

Si l’utilisateur ne dispose pas d’un compte Google Adsense, YouTube lui offre l’occasion de créer un nouveau compte Google Adsense avec son profil YouTube.

3 – C’est efficace

Utiliser YouTube, c’est atteindre les médias. Étant bon marché et facile à utiliser, il affichera n’importe quelle vidéo. L’utilisateur peut donc rester à jour avec les nouvelles vidéos sur YouTube grâce à un système de notation et de rétroaction facile, des fonctionnalités de confidentialité, de navigation sécurisée et d’accès rapide à diverses vidéos.

4 – Tout est lié

YouTube permet de partager du contenu sur différentes plateformes. Aujourd’hui, un Youtubeur peut partager des vidéos avec ses amis et sa famille sur Twitter, Facebook ou envoyer la vidéo par e-mail.

Il est également possible de joindre des liens d’invitation pour que les spectateurs s’abonnent également. Vous pouvez aussi blogguer sur n’importe quel sujet puis intégrer la vidéo YouTube sur un site Web.

Quels sont les différents points à considérer ?

Les différents coûts à anticiper

Les coûts de maintenance comme les appareils photo numériques, l’embauche d’une personne qualifiée pour le montage vidéo, l’investissement pour acheter des instruments coûteux nécessitent de l’argent. L’utilisateur sera donc amené à dépenser son propre argent jusqu’à ce qu’il obtienne un paiement de YouTube.

Sécurité, droits d’auteur et vie privée

YouTube est une plateforme publique. Tout le monde peut donc voir les vidéos publiées. Tout le monde y a accès et peut aussi les republier. Il pourrait donc y avoir des problèmes de violation du droit d’auteur et des problèmes d’atteinte à la vie privée.

Plusieurs règles à suivre

YouTube a une grande quantité de règles qui doivent être respectées afin que le partenariat avec la plateforme puisse maintenir une bonne réputation. Une quantité de règles restreint donc certains aspects de ce qu’un utilisateur peut faire en terme d’optimisation et de conception sur sa page.

Quelles sont les spécificités de Vimeo ?

1 – Aucune publicité

Vimeo donne accès à des vidéos et évite les publicités ennuyeuses au début d’une vidéo. Au lieu de cela, ils demandent un petit supplément si l’utilisateur compte utiliser plus de 500 Mo d’espace de téléchargement par semaine. Ils n’ont pas non plus d’annonce sur leur site Web.

2 – Aspect plus professionnel

Sur Vimeo, il est désormais possible de personnaliser le lecteur intégré pour avoir une couleur plus créative, pour supprimer les icônes, pour supprimer le logo Vimeo des vidéos intégrées.

Si la personne est prête à payer les 199 $ par an pour un abonnement Pro, elle pourra même remplacer le logo vimeo par son propre logo.

3 – Très simple d’utilisation

Vimeo donne un accès facile et une utilisation plus souple de sa plateforme. Seules les vidéos de l’utilisateur sont suggérées à la fin de chaque vidéo.

Au lieu de suggérer de regarder la vidéo de quelqu’un d’autre sur leur site après la fin d’une vidéo, Vimeo permet à l’utilisateur de choisir ce qui se passera à la fin de chacune de ses vidéos.

Afin de garder les gens sur une page, la personne pourra donc afficher du texte personnalisé ou leur faire un lien vers les vidéos sur sa chaîne vimeo.

4 – Analyses plus détaillées

Vimeo va plus loin que YouTube avec les statistiques en donnant plus d’informations sur qui a regardé une vidéo, qui l’a aimé, commenté, si oui ou non ils ont fini de la regarder, etc..

Ces détails peuvent conduire à beaucoup d’argent quand il s’agit de peaufiner la façon de livrer des messages à un public cible.

Quels éléments sont à revoir ?

Moins de trafic par rapport à YouTube

Vimeo compte un peu plus de 170 millions d’utilisateurs. C’est beaucoup, mais ce n’est rien comparé au puissant YouTube. Effectivement, les vidéos ont donc tendance à être moins «visibles» sur Vimeo. Tandis que sur YouTube, elles pourront toucher plus de personnes.

Une plateforme privée

Pour certains, c’est plus qu’un commerce équitable de ne pas avoir à traiter avec des publicités. C’est quand même plus intéressant de ne pas avoir à payer un centime, quelle que soit la quantité de contenu téléchargé.

Bien que pour un prix raisonnable, il est possible de télécharger beaucoup de contenu sur Vimeo, aucun de leurs packages n’est illimité.

Résultats de recherche Google

La rumeur dit que Google pourrait préférer répertorier les vidéos hébergées sur YouTube puisque Google possède actuellement YouTube.

Cela pourrait être un gros problème pour Vimeo si cette rumeur est confirmée mais vous avez compris que dans tous les cas Vimeo n’est pas fait pour les vidéos publiques.

Que peut-on en conclure ?

YouTube et Vimeo sont tous deux d’excellentes plateformes pour le partage de différents types de vidéos en ligne.

Selon les objectifs d’un utilisateur, une plateforme pourrait être meilleure que l’autre. Pour un blogueur ou une petite entreprise qui souhaite utiliser des vidéos pour créer une base d’abonnés et atteindre un public beaucoup plus large, YouTube est le plus adapté à leurs objectifs.

Si une personne souhaite créer un site Web avec des options d’adhésion ou si elle souhaite vendre, elle aura besoin de plus de confidentialité et d’une expérience de visionnement de premier ordre. C’est là que Vimeo est un meilleur choix.

Source: Webmarketing & co’m

Mesurer la satisfaction de vos clients

Quoi de mieux qu’une nouvelle année pour prendre de bonnes résolutions et revoir sa stratégie. Afin d’en tirer les avantages et les inconvénients, chaque entreprise doit se tourner vers les principaux intéressés, à savoir, leurs clients.

Il est essentiel de bien comprendre l’importance de la satisfaction client car elle représente un enjeu majeur dans la pérennité et le développement de toute activité. Votre client est votre premier prospect.

La satisfaction client, un atout pour votre entreprise ?

Nombreuses sont les entreprises qui se tournent naturellement vers l’étude de la satisfaction de leur client car il ne faut pas oublier qu’un client satisfait sera beaucoup plus disposé à renouveler ses achats mais aussi à développer un bouche-à-oreille positif. Vous l’aurez compris, à l’inverse, un client insatisfait aura tendance à vous créer une réputation ou une e-réputation négative auprès de leurs proches ou sur les réseaux sociaux.

La satisfaction client se définit donc comme le résultat de la comparaison du client entre ses attentes initiales et sa perception de la performance proposée et repose sur quatre dimensions essentielles qui sont indissociables.

1. La dimension cognitive

À ce stade-là, la satisfaction client ne représente rien d’autre qu’un jugement face à la performance d’un produit ou d’un service. Il est alors important de se poser les questions suivantes :

  • Mon produit/service est-il utile ou non ?
  • Mon produit/service est-il adapté à la situation ?
  • Mon produit/service dépasse-t-il les attentes du client ?

Vous l’aurez compris, la dimension cognitive n’est qu’une vision rationnelle de la satisfaction client.

2. La dimension émotionnelle

La satisfaction client est subjective et repose sur les émotions du client. Elle n’est donc pas purement rationnelle. Un client satisfait du produit ou service que vous commercialisez va ressentir des émotions positives pendant et après achat. De ce fait, la satisfaction client devient difficile à mesurer.

Cependant, il ne faut pas s’arrêter là car il ne suffit pas de proposer un produit ou un service de qualité pour satisfaire les clients et générer des ventes, il faut aussi centrer sa stratégie sur le parcours d’achat, qui lui aussi va générer des émotions positives et négatives ; c’est ce que l’on appelle une approche user-centric.

3. La dimension affective et comportementale

Toujours dans une optique d’une mesure précise de la satisfaction client et,en complément, des deux autres dimensions.Il faut prendre en compte la dimension affective et comportementale.

Bien évidemment, même si l’expérience de votre client s’est bien déroulée, vous ne pouvez pas être certain que ce dernier va recommander votre marque autour de lui. C’est pourquoi, lorsque vous établirez votre questionnaire de satisfaction, il faudra le lui demander directement.

Sachez que désormais, 64% des consommateurs jugent que l’expérience client en magasin est plus importante que le prix lors du choix d’une marque ou d’une enseigne.

4. La dimension comportementale

Dans cette partie,il faut prendre en compte l’aspect fidélisation. Satisfaire un client, c’est bien, le fidéliser, c’est mieux.

Un client insatisfait peut tout à fait rester fidèle à votre marque et, à l’inverse, un client satisfait peut aller voir la concurrence pour ses prochains achats. Pour des raisons simples, le besoin de nouveauté, les offres promotionnelles ou la pression liée à son environnement.

De ce fait, pensez à mesurer également l’intention de rachat.

Pourquoi mesurer la satisfaction de ses clients ?

Dans un premier temps, mesurer la satisfaction de ses clients apporte des avantages non négligeables pour une entreprise. Cependant, pour en bénéficier, il faut savoir se montrer à l’écoute et accorder du temps à ses consommateurs pour comprendre leur besoin et les faire se sentir en confiance et priten compte.

En lui demandant son avis sur votre produit ou service, vous l’impliquerez à la vie de votre marque et lui donnerez ainsi un moyen d’expression. Les remarques positives ou négatives que vous récupérerez ne pourront qu’être bénéfiques à l’évolution de votre activité. Gardez également à l’esprit,qu’avec l’accès facile et rapide aux informations sur les marques, le client devient versatile et sans solution de votre part suite à une mauvaise expérience client, ce dernier ne se fera pas prier pour se rendre chez vos concurrents.

Par ailleurs, la satisfaction client vous permet de fidéliser vos clients. Avec une bonne écoute active, vous pourrez les engager plus facilement envers votre marque et ainsi les fidéliser. Il est plus facile de garder ses clients que d’en acquérir de nouveaux.

Ensuite, il faut veiller à se montrer rassurant vis-à-vis de ses clients. C’est en cela que la mesure de la satisfaction client est essentielle. Elle se traduit via les avis clients auxquels ont accès vos prospects. 88% des consommateurs consultent des avis avant un achat car ils suppriment la peur de l’inconnu et rassurent sur la qualité de vos produits ou services et 68% des consommateurs ont plus confiance dans une marque quand ils voient des avis positifs et négatifsd’après une étude de l’IFOP.

Mesurer la satisfaction de vos clients a également pour but de vous faire améliorer,de manière continue,votre activité en changeant radicalement les points négatifs et en mettant en avant les points positifs réceptionnés lors des avis de vos consommateurs. Vous aurez ainsi un avantage concurrentiel par rapport à vos concurrents. Cela vous permettra également de lutter contre l’insatisfaction et ainsi éviter de voir votre chiffre d’affaires diminuer.

Comment la mesure-t-on ?

Les enquêtes de satisfaction

Elles correspondent à l’approche « standard » pour collecter des données sur la satisfaction de vos clients envers votre entreprise. Il suffit de demander à vos clients s’ils sont satisfaits, avec ou sans question de suivi. Vous pouvez ainsi retrouver :

  • Les enquêtes In-App : il s’agit d’intégrer une barre de feedback discrète sur votre site internet avec plusieurs questions ;
  • Les sondages post-service : il s’agit d’un sondage envoyé soit par mail soit via un chat en ligne juste après que le client ait acheté votre produit ou service ;
  • Les sondages par mail : il permet d’obtenir des réponses plus approfondies sur l’expérience de vos clients. Ce très bon outil présente malgré tout, le plus faible taux de réponse.

Le score de satisfaction client (CSAT)

Cet indicateur de satisfaction client est le plus courant. Il demande à votre client d’estimer son niveau de satisfaction par rapport à votre marque, produit ou service. Vous obtenez ainsi une note moyenne. L’échelle se situe le plus souvent de 1 à 3, 1 à 5 ou encore 1 à 10.

Le Net Promoter Score (NPS)

Cette méthode mesure la probabilité qu’un client vous réfère à quelqu’un et mesure parfaitement la fidélité de vos clients. Demandez à vos clients de vous recommander sur une échelle de 1 à 10. Pour calculer votre score NPS, prenez le pourcentage des répondants faisant partie de la catégorie « promoteurs » (10-9) et soustrayez le taux de « détracteurs » (0-6).

Le Customer Effort Score (CES)

Cette méthode interroge le client sur l’effort que la résolution de leur problème a coûté, le plus souvent sur une échelle de 1 (pour très peu d’effort) à 7 (pour un grand effort).

Le but principal est de réduire cette valeur en moyenne. D’après le CEB , 96 % des clients ayant choisi une valeur élevée pour leurs efforts ont montré une baisse de fidélité, contre 9 % seulement pour ceux ayant déclaré un faible niveau.

Le social media Monitoring

Vous le savez sûrement mais les réseaux sociaux ont un impact conséquent sur la qualité des relations entre votre entreprise et vos clients. C’est le lieu idéal pour partir à la recherche d’informations et regarder ce qui se dit de votre société. Pour bien comprendre et analyser ces commentaires,vous pouvez faire appel à de nombreux outils comme Google AlertsMention ou encore Social Mention.

« La raison d’être d’une entreprise est de créer et garder un client » – Théodore Levitt

Source: Webmarketing & co’m

Le choix des mots-clés pour un bon SEO

Dans un univers où les internautes formulent leur requête sur Google avec un ensemble de mots-clés, choisir les bons mots-clés à intégrer sur sa page web est plus qu’essentiel. Mais pour obtenir un taux de conversion élevé et espérer booster le niveau de référencement naturel de son site, faudrait-il encore comprendre le fonctionnement des algorithmes de Google. Comment Google classe-t-il les sites web ? Et surtout, comment choisir les bons mots-clés SEO ? Découvrons-le.

Comprendre le fonctionnement de l’algorithme de Google

Le fondement du SEO repose bien sur le fonctionnement de l’algorithme de Google. Pour classer les différents sites web à l’issue d’une recherche effectuée par un internaute, Google se base sur les mots-clés que ce dernier a tapés dans la barre de recherche. Le moteur de recherche identifie tous les sites les plus pertinents pouvant répondre à sa requête.

Dans cette optique, pour pouvoir
augmenter la notoriété, le niveau de visibilité de son site et rendre son taux
de conversion élevé, le choix des
mots-clés
représente une stratégie
webmarketing
à part entière.

Mais comment donc choisir les bons mots-clés incluant un trafic avantageux ?

Réaliser une étude minutieuse de mots-clés SEO

Bien avant de choisir vos mots-clés, une étude minutieuse doit se faire. En effet, il serait bien avantageux pour son site de dresser une liste de mots-clés SEO principaux et secondaires en rapport avec ses produits ou activités.

Pour faire simple, commencez par identifier l’activité principale de votre site. Si par exemple vous proposez surtout des services axés sur le web, le mot-clé principal peut-être : « agence webmarketing ». Les mots-clés secondaires quant à eux définissent l’ensemble des mots-clés SEO en rapport étroit à votre mot-clé principal. Pour agence webmarketing, on pourra noter comme mots clés secondaires : stratégie marketing, SEO marketing, prestations sur internet, référencement payant…

Utiliser un générateur de mots-clés

Pour vous aider dans le choix des mots-clés les plus pertinents et obtenir un taux de conversion élevé, des générateurs de mots-clés existent sur la toile. Ils peuvent être gratuits ou payants en fonction des cas. Jusqu’à ce jour, Google Ads se positionne comme l’un des meilleurs générateurs de mots-clés en ligne étant mis au point par Google, le numéro 1 des moteurs de recherche.

Toutefois, on pourra aussi
améliorer le référencement naturel de son site grâce à :

  • UberSuggest ;
  • Keyword Tool ;
  • Semrush ;
  • Google Keyword Planner.

Identifier les mots-clés SEO qui convertissent : comment faire ?

Le fondement du SEO donne de l’importance à l’identification des mots-clés SEO qui convertissent.
Certains sites web font même appel au référencement payant pour atteindre le
même objectif que ces mots-clés. La pertinence
des mots-clés
se définit par rapport :

  • Au trafic qu’ils génèrent ;
  • À la qualité des visites obtenues ;
  • À l’intérêt qu’ils suscitent.

Trafic généré

Le choix des mots-clés à utiliser pour la rédaction de ses articles a surtout pour principal objectif de générer un trafic important. De ce fait, on pourra bien se baser sur ce critère essentiel pour choisir les bons mots-clés.

Qualité des visites pourvues

Si dans un premier temps le mot-clé SEO cible un trafic élevé, il devra par la suite vous permettre d’obtenir un taux de conversion élevé. Ce taux de conversion se traduit généralement par un achat effectué, un abonnement à la newsletter ou tout simplement un temps de visite important.

Intérêt suscité

En troisième point, on devra considérer l’intérêt suscité par le mot-clé en question. A priori, plus le nombre de pages web et sites web positionnés sur le mot ou l’expression SEO est important, plus il suscite de l’intérêt. Toutefois, pour espérer un bon positionnement sur Google, on devra encore connaitre les bonnes natures de mots-clés SEO à utiliser.

Quels groupes de mots-clés SEO choisir ?

En fonction des résultats et des éléments qui les entourent, Google a classé les mots-clés SEO en 4 grands groupes :

  • Mots-clés concurrentiels ;
  • Mots-clés parasités ;
  • Mots-clés délaissés ;
  • Mots-clés de niche.

Mots-clés concurrentiels, des mots-clés SEO à fort trafic

Un mot-clé est dit « concurrentiel » si le résultat qu’il génère sur Google dépasse les 60 000 000 résultats. Et bien qu’il génère un fort trafic, il est bien assez difficile d’espérer un bon positionnement sur ce genre de mots-clés. Décoration Noël, newsletter, rédaction web et Google sont des exemples de ce type de mots-clés.

Mots-clés parasités, des mots-clés SEO sans effort

Les mots-clés parasités sont pour la plupart du temps des expressions généralistes qui peuvent mener les internautes sur notre site sans trop fournir d’efforts. Ce type de mots-clés SEO génère un trafic peu qualitatif.

Les mots-clés parasités présentent environ près de 20 000 000 résultats et l’on aura donc peu de chance de s’en servir pour obtenir un taux de conversion élevé. Voici quelques exemples de mots-clés parasités : naturel, conseils, astuces, la France…

Mots-clés délaissés, un bon positionnement à faible trafic

Contrairement aux mots-clés parasités, les mots-clés délaissés renvoient les internautes sur des sujets précis, mais à faible trafic. Un mot-clé délaissé propose généralement 10 000 résultats tout au plus, un bon moyen pour vous d’acquérir une petite communauté sans trop d’effort.

Mots-clés de niche, un excellent levier du référencement naturel

S’il est assez difficile de se positionner sur des mots-clés concurrentiels, il est bien plus facile d’atteindre un taux de conversion élevé avec de mots-clés de niche. Ces mots-clés SEO produisent un trafic de qualité et précis sur près de 100 000 résultats.

A priori, les mots-clés de niche sont plus longs par
rapport aux mots-clés concurrentiels.

Source: Webmarketing & co’m

Communication à 360° : l’importance d’une communication globale

Avec la multiplication des canaux de communication, les entreprises doivent veiller à communiquer leurs messages de manière uniforme et cohérente, et cela sur tous les différents supports de communications (print, digitaux…). C’est ce qu’on appelle la communication à 360°. Plus concrètement, il s’agit de mettre en place une stratégie de communication afin de cibler tous les clients et clients potentiels. Cette stratégie s’est développée surtout depuis l’essor d’Internet et du numérique et d’autant plus avec les smartphones, tablettes et montres connectés.

Pourquoi opter pour une stratégie de communication à 360° ?

Mettre en place une communication à 360°, c’est créer de la cohérence sur l’ensemble des points de contact et des différents supports utilisés par une marque. Toutes les entreprises souhaitent mettre en avant leurs atouts, que ce soit leurs savoir-faire, leurs produits ou services, les valeurs internes de la marque… et pour chaque objectif, la stratégie de communication sera bien évidemment différente et n’utilisera pas nécessairement les mêmes canaux de communication.

En effet, on ne peut pas communiquer de la même manière si l’on souhaite faire connaître un nouveau produit ou service, fidéliser ses clients, construire sa notoriété, fédérer et motiver ses collaborateurs, convaincre des investisseurs, retrouver la confiance après une crise, changer les pratiques de consommation…

Les messages, mais également la manière dont ils seront communiqués et les supports varient nécessairement. Mais, il ne faut pas perdre de vue que la communication d’une marque et les messages qu’elle souhaite transmettre doivent être harmonisés et homogènes tout en étant adaptés afin d’être totalement pertinents, reconnaissables et donc plus impactants.

Chaque action individuelle doit être pensée collectivement, c’est-à-dire comme étant une partie du plan de communication. Cela permet aux entreprises d’avoir un discours cohérent et de créer une identité et un storytelling de marque qui vous feront marquer des points auprès des prospects et clients.

Pourquoi faire appel à une agence pour votre communication à
360° ?

Pour construire une image de marque et une stratégie de communication, une phase d’analyse préliminaire est nécessaire avant de passer à l’action. Il faut éviter de se jeter à corps perdu dans la gueule du loup, car en prenant le temps de la réflexion, cela vous permettra d’optimiser votre temps, d’être plus efficace et votre retour sur investissement sera meilleur.

Le consultant en communication est comme un capitaine de navire lorsqu’il s’agit d’établir une communication à 360° : il est chargé de donner du sens et un cap à la communication de l’entreprise en question. Et pour cela il doit agir de manière réfléchie et calme, c’est-à-dire prendre le temps nécessaire à la réflexion.

Cette vision globale qui donnera le sens et le cap approprié à l’entreprise, que ce soit en interne (auprès de vos collaborateurs) ou en externe (auprès de vos clients et prospects), est le meilleur moyen de mettre en place une campagne de communication cross-canal réussie.

En réalité, les actions de communication à 360° multicanales n’ont d’intérêt que si elles s’inscrivent dans une stratégie de communication réfléchie et définie. Les différents outils phygitaux doivent permettre d’adresser un message spécifique et cohérent à chacune de ses cibles, au moment où cette cible en aura besoin.

Or, pour cela il faut bien évidemment connaître ses cibles, mais également les tendances du marché et de vos concurrents. Pour cela, vous aurez donc besoin de faire appel à des professionnels de la communication à 360°.

In fine, en confiant votre stratégie de communication à un
professionnel, vous vous assurez tout simplement une communication à la fois
cohérente, harmonisée et cross-canal. Vos messages, aussi variés soient-ils,
seront transmis aux bonnes cibles au bon moment, le tout ancré dans un
storytelling de marque homogénéisé.

À propos de l’auteur

Diplômé d’un Master en Communication à l’Université Autonome de Barcelone, Didier Lagae a été directeur général adjoint d’Edelman Iberia, Responsable de la gestion de la réputation EMEA chez Weber Shandwick et Directeur de Weber Shandwick Iberia, Directeur de la communication externe EMEA chez Levi Strauss & Co et Responsable Communication Internationale chez The Body Shop.

Didier, fondateur et PDG de MARCO, l’agence la mieux notée
et la plus récompensée en Espagne, a remporté le prix Best PR Professional –
Continental Europe lors du prestigieux PRWeek Global Awards en mai 2019. Il est
également l’auteur du livre ‘Marca País, un País como Marca’ (Marque Nationale,
un pays comme marque).

En 2018, il est devient un leader du climat grâce au projet
“Climate Reality”, une initiative mondiale créée par Al Gore, ancien
vice-président des États-Unis et lauréat du prix Nobel de la paix.

Source: Webmarketing & co’m

Google marche sur les plates-bandes de Pinterest qui redevient le troisième réseau social aux Etats-Unis

En 2018, Snapchat était passé devant Pinterest en termes d’usages aux Etats-Unis. Mais, entre temps, le réseau social Pinterest est revenu en force en 2019 et a repris sa troisième place ! Parmi les raisons du succès : un modèle qui touche des tranches d’âges plus diverses et qui sait attirer les marques…

Pinterest revendique ainsi 82,4 millions d’usagers versus 80,2 pour Snapchat. Facebook et Instagram restant les deux réseaux sociaux au top du classement !

banniere atelier google loves me

Au niveau mondial, Pinterest c’est désormais 250 millions d’abonnés et 13 millions en France.

Et ce succès, aurait-il donné des idées à Google ?

Depuis 2019, le moteur propose une fonctionnalité « collections » pour classer les résultats de recherche dans des dossiers à la manières des tableaux et des pins sur Pinterest.

Google vient d’améliorer cette fonctionnalité en ajoutant une couche d’intelligence artificielle suggérant vos dernières recherches en rapport avec la thématique lorsque vous créez une collection. Le moteur a également donné beaucoup plus de visibilité à cette fonctionnalité !

Au-delà des tableaux et des pins, Pinterest est également un formidable outil d’inspiration et de suivi des tendances. D’ailleurs Pinterest se présente, lui-même, comme un moteur de découverte plus qu’un réseau social.

Parmi les tendances sur Pinterest en 2019 (classement top 100), on note les habitudes « healthy » et toutes les tendances naturelles, le fait maison, la défense de l’environnement…

Si vous avez envie de vous lancer sur Pinterest cette année, lisez cet article pour créer de belles épingles !

Sources : Lesechos, emarketer, Presse Citron, Pinterest

Source: Webmarketing & co’m

10 bonnes résolutions pour une stratégie d’email marketing réussie en 2020

Les bonnes résolutions pour la nouvelle année appartiennent à la Saint-Sylvestre comme les feux d’artifice, mais la plupart du temps elles restent ce qu’elles sont, juste des résolutions  et ne sont jamais systématiquement mises en pratique. La Certified Senders Alliance (CSA) a résumé 10 bonnes résolutions pour l’année 2020, auxquelles vous devriez absolument vous tenir, au moins si vous voulez mener des campagnes d’email marketing réussies dans l’année à venir et compter sur une relation de confiance avec vos clients actuels et futurs.

Un atout précieux : des adresses de qualité

N’incluez dans votre liste de diffusion que les adresses de personnes que vous avez générées légalement, dont vous savez que vous voulez leurs informations et dont vous pouvez toujours prouver le consentement. Cela vous donne non seulement une sécurité juridique, mais protège également votre réputation et établit la confiance avec vos clients.

Une petite liste de diffusion avec des adresses de haute qualité est préférable à une grande liste de diffusion avec des adresses provenant de sources au moins douteuses. Dans tous les cas, utilisez la procédure de Double-Opt-In. En cas de doute, vous devez pouvoir prouver clairement à tout moment que vous avez le consentement de chaque personne à qui vous avez envoyé un e-mail. Et avec Double-Opt-In (DOI), vous êtes du bon côté.

Parlez clairement

Soyez honnête, même lorsqu’il s’agit d’attirer de nouveaux abonnés à votre newsletter. Dites ce que vous voulez avec des mots clairs et compréhensibles, ne « cachez » pas votre demande de consentement à la publicité. Le destinataire remarquera toujours lorsqu’il reçoit une newsletter qu’il n’a pas demandé consciemment. Il se désabonnera, gêné – ou pire encore – il la marquera comme spam dans sa boîte de réception.

Faites attention aux pièges

Ne tombez pas dans le piège. Si vous envoyez un mail à un Spam-Trap (piège à spam), votre réputation d’expéditeur sérieux en souffre et vous vous retrouvez rapidement sur une liste noire. Maintenez vos listes de diffusion propres et soignez-les régulièrement. Supprimez immédiatement les adresses inactives de vos listes et n’envoyez pas à d’anciennes adresses que vous n’avez pas utilisées depuis des années.

Maintenez les listes de diffusion propres

Si votre fournisseur de services de messagerie électronique propose le feedback loop (boucle de rétroaction de plainte spam), utilisez cette option. Vous recevrez alors un retour d’information de votre fournisseur sur les destinataires qui classent votre courrier comme spam ou courrier indésirable. Cela vous aide également à maintenir une liste propre, mais bien sûr seulement si vous supprimez immédiatement les adresses concernées.

Attention aux loteries

Si vous participez
en tant que co-sponsor à un concours pour générer des adresses, veillez à ce
que le nombre de sponsors soit réduit (max. 8) et que vous ayez accès à tout
moment à la déclaration de consentement du destinataire.

Tenez votre parole

Respectez les accords. Si vous avez un accord pour envoyer une newsletter sur la mode, n’envoyez pas de publicité pour les voitures. S’il existe déjà une relation client avec le destinataire pour un produit spécifique, veillez à ne lui envoyer que des informations sur des produits identiques ou similaires.

Dans les autres cas, n’envoyez de la publicité que pour les produits ou services mentionnés dans la déclaration de consentement. Évitez d’utiliser dans la déclaration des termes  » vagues  » de l’industrie tels que  » finance et assurance  » ou  » vente par correspondance « .

La loi est la loi

Respectez toujours
le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Non seulement parce
que vous êtes menacés de lourdes sanctions en cas de non-conformité, mais aussi
parce qu’une infraction à la loi met en danger votre bonne réputation et la
confiance de vos clients. Si vous répondez aux critères de la Certified Senders
Alliance (CSA)
et que vous en obtenez la certification, vous êtes toujours du bon côté,
également en ce qui concerne le RGPD.

Défendez-vous du phishing

Protégez-vous et protégez votre marque contre l’hameçonnage. Utilisez les normes SPF, DKIM et DMARC lors de l’envoi de vos e-mails. Avec l’aide de DMARC, Sender Policy Framework (SPF) et Domain Keys Identified Mail (DKIM), vous avez la possibilité de rendre vos emails clairement reconnaissables pour un fournisseur de messagerie et en même temps de déterminer comment il doit traiter les emails qui semblent provenir de vous. Ainsi, les emails de phishing peuvent être détectés et filtrés de manière fiable avant qu’ils n’atteignent le destinataire et ne causent des dommages éventuels à votre client.

Le contenu compte

Si vous connaissez
les attentes de vos clients et que vous leur fournissez exactement le contenu qu’ils
veulent lire, vous avez déjà fait un grand pas vers la conversion. À quel
moment du parcours client se trouve le destinataire de ma
newsletter, comment faut-il s’adresser à lui, quelles sont les informations pertinentes
et intéressantes ? La pertinence crée un intérêt, lie les clients existants et
en génère de nouveaux.

Si vous vous en tenez aux intentions mentionnées ci-dessus (presque) rien ne s’oppose à une stratégie d’email marketing réussie. Mais il y a encore une dixième bonne résolution :

Dernier point, mais non des moindres : le Sommet de la CSA sur le courrier électronique

Visitez le Sommet 2020 de la CSA du 22 au 24 avril à Cologne, en Allemagne. Pendant trois jours, des experts en marketing, des formateurs en informatique et des cadres de plus de 15 pays discuteront des nouveaux développements dans l’industrie de l’email. Vous apprendrez ici ce qui fait un bon courriel, comment vous protéger et protéger votre marque contre les abus et comment maintenir la confiance de vos destinataires. Pour plus d’informations sur le sommet, cliquez ici.

Source: Webmarketing & co’m

Comment réussir une stratégie d’email marketing efficace ?

L’emailing marketing est un canal d’acquisition privilégié par les entreprises de tout secteur. En B2B comme en B2C, le ROI d’une stratégie emailing bien ficelée est souvent positif. Simple par son aspect, un email marketing nécessite cependant un véritable travail stratégique et opérationnel. Objet, ton à adopter, call-to-action, ciblage sont autant d’éléments à considérer avant de lancer une campagne…

Qu’est-ce que l’email marketing ?

Avec la transition digitale, les techniques de communication ont profondément changé. Si l’emailing marketing prenait, il y a quelques années, l’aspect d’un outil utilisé pour s’adresser massivement à des contacts plus ou moins ciblés, c’est aujourd’hui tout autre chose.

En effet, avec le RGPD, envoyer un email répond à de nouvelles contraintes, dont notamment celles du consentement et du libre désabonnement. Cela a logiquement fait naître de nouveaux enjeux, comme celui de mieux cibler ses destinataires et d’apporter un soin tout particulier au contenu que l’on diffuse.

Les objectifs ont évolué, se sont précisés. Aujourd’hui, une
campagne emailing peut répondre à plusieurs problématiques :

  • Achat d’un produit ;
  • Téléchargement de brochure ;
  • Notoriété ;
  • Veille ;
  • Positionnement de sa marque ;
  • Etc.

Comprendre vos leads

Pour réussir efficacement le ciblage de vos destinataires, il faut commencer par les comprendre. Gardons à l’esprit que nous sommes tous soumis à une multiplicité d’informations et de sollicitations en tout genre. Pourquoi votre email serait-il susceptible d’intéresser vos leads plus qu’un autre ? C’est en connaissant leurs intérêts, leurs comportements, comment ils vous ont connu que vous pourrez y répondre. Comme le posait le modèle de Lasswell : qui, dit quoi, à qui, avec quels effets et par quel canal ?

Pour avoir un modèle type, il est possible de mettre en place des personas. En marketing cela permet souvent de guider les actions de communication afin d’avoir toujours à l’esprit les caractéristiques principales de la cible à laquelle on s’adresse. On peut inclure tout un panel d’informations : type d’entreprise, secteur d’activité, leurs besoins, leurs habitudes de consommation, leurs préférences pour naviguer sur internet, etc.

Il est ensuite possible de mettre en place un processus de lead scoring afin de hiérarchiser les conversions potentielles, en fonction des objectifs préalablement déterminés. Enfin, une fois les leads bien identifiés, vous pouvez définir une stratégie de lead nurturing, permettant d’apporter les bons contenus à vos différents segments. De la sorte, une campagne emailing s’intègre pleinement à une stratégie de content management plus globale.

A/B test : une méthode indispensable

stratégie emailing

Il existe plusieurs façons de mettre en place un A/B testing. En comparant plusieurs envois pour un même emailing, vous allez pouvoir confronter plusieurs ROI afin d’optimiser vos prochaines campagnes. L’A/B test peut s’effectuer sur :

  • L’heure d’envoi ;
  • Le format de l’emaling ;
  • Les call-to-action ;
  • Les couleurs ;
  • L’objet ;
  • Les accroches ;
  • Etc.

Libre à vous de configurer vos envois en fonction des données qui vous semblent les plus pertinentes à acquérir en priorité. Par exemple, envoyer le même emailing tôt le matin et tard le soir vous permettre de comparer les taux d’ouverture, modifier l’emplacement et le texte des call-to-action de comparer le taux de clic, rédiger différents objets d’analyser si votre cible est plus sensible à une interrogation, une invitation, une accroche longue ou courte, etc.

Évidement, mieux vaut définir, en amont, des objectifs pour suivre l’évolution de ces tests. Il s’agira ensuite à l’équipe marketing d’analyser l’ensemble des résultats pour mettre au point des rapports et des recommandations d’action. C’est notamment une tâche qui peut revenir à un data scientist, spécialiste de la donnée.

Segmenter vos envois de façon stratégique

Afin de réussir votre stratégie d’email marketing, la segmentation de votre base de données est une clé non négligeable. L’objectif étant d’apporter un contenu ciblé à vos leads pour maximiser votre taux de conversion.

Les critères de segmentation fluctuent selon la nature de votre business : B2B ou B2C. Dans le premier cas, il peut être intéressant de vous intéresser aux types d’entreprises dans lesquelles travaillent vos prospects et leur secteur d’activité, ainsi qu’à leur fonction. En effet, un directeur des ressources humaines et un directeur marketing ne sera pas nécessairement sensible au même type d’informations.

Dans la même logique, la typologie des contenus peut également devenir un segment. Par exemple, si vous êtes une agence de communication globale, pourquoi ne pas cibler vos envois en fonction de vos différentes spécialités (search marketing, design thinking, marque employeur, etc.) ?

Quel outil choisir pour réussir son emailing marketing ?

Sur le marché de l’emailing marketing, il existe plusieurs
outils professionnels de qualité. Il est difficile de distinguer le meilleur
parmi les leaders, mieux vaut identifier les solutions et les tester pour définir
celle qui correspond le mieux à vos besoins. À noter que les tarifs peuvent
varier en fonction du nombre d’emails envoyés ou du nombre de contacts présents
au sein de vos listes.

On peut néanmoins citer plusieurs outils qui ont fait leurs preuves :

  • MailChimp ;
  • Sendinblue ;
  • Mailjet ;
  • Sarbacane.

Et si vous alliez encore plus loin pour bâtir vos stratégies
d’emailing ?

Source: Webmarketing & co’m

WhatsApp : une autre tendance marketing pour les mois à venir

L’année dernière a été l’occasion pour de nombreuses marques et marketers de travailler leur communication sur WhatsApp. L’application en plein boom vient de passer le cap des 5 milliards de téléchargements sur le Play Store devant TikTok que nous évoquions précédemment.

WhatsApp rejoint le club fermé des 12 applications ayant
passé les 5 milliards d’installations
. Club dans lequel on retrouve entre
autres : Youtube, Google Maps, Gmail, Facebook

Alors que l’application ne s’embarrasse plus des téléphones trop anciens (WhatsApp avait annoncé fin 2019 ne plus mettre à jour l’application sur les anciens modèles de téléphones Android ou IOS), Facebook, propriétaire de WhatsApp, après avoir envisagé la publicité pour monétiser l’application revient en arrière et abandonne ce projet.

Le marketing sur WhatsApp ne passera pas par les
bannières publicitaires
, et heureusement !

Il passera plus par la communication en one to one avec ses prospects et clients ou encore via les groupes qui peuvent servir
également d’après-vente ou de nurturing pour les prospects.

Nul doute que Facebook continuera de chercher de nouvelles façons de monétiser l’application, notamment via de nouveaux services destinés aux entreprises. Il faudra donc surveiller de près les annonces faites à ce sujet dans les prochains mois.

En attendant, WhatsApp reste un canal de communication à
envisager pour votre stratégie marketing.

Certains lui préféreront Telegram qui propose des options
intéressantes pour la gestion de groupes / communautés d’utilisateurs.

Mais, les chiffres étant ce qu’ils sont, WhatsApp est l’application où se trouve le plus d’utilisateurs, il est donc logique pour les marques de privilégier ce levier pour leur stratégie de communication.

Surtout qu’il y-a de fortes chances pour que WhatsApp propose prochainement des équivalences aux outils proposés par Telegram. Sans compter les projets d’unification des messageries Facebook / Instagram / WhatsApp qui, s’ils se réalisent donneront aux annonceurs un outil de communication ultra puissant !

Et vous, utilisez-vous WhatsApp pour votre stratégie
marketing ? Si oui quelles sont vos actions ?

Sources : Phonandroid, 20minutes

Source: Webmarketing & co’m

Comment utiliser le storytelling pour améliorer sa communication sur Instagram

Il était une fois un réseau social basé sur les images. Elles devaient être inspirantes, plus belles les unes que les autres, devaient capter des instants de vie, puis des promotions de marque. Ce réseau social, c’est Instagram. Vous le connaissez, vous l’utilisez même peut-être… Mais appliquez-vous réellement les techniques du storytelling dans votre communication sur ce réseau ?

Par où commencer pour faire du storytelling sur Instagram ?

C’est une très bonne question. Il faut toujours qu’il y ait un début à tout. C’est même l’une des bases du storytelling. En résumé, pour en faire, vous devez raconter une histoire qui :

  • Aura un début, une fin, et des péripéties ;
  • Saura susciter l’émotion.

Là, vous commencez à paniquer, la sueur coule jusque sur votre clavier d’ordinateur, et vous vous demandez comment vous allez pouvoir réussir tout cela en une seule photo.

Pas de souci. N’oubliez pas : il faut toujours commencer par un début. Et, le vôtre, c’est de savoir quelle histoire raconter. Pour cela, vous allez vous poser quelques questions :

  • Quel est le branding de votre marque ?
    Sa personnalité, ses valeurs, ce à quoi elle est associée…
  • Quel public voulez-vous toucher avec vos histoires ?
    On ne raconte pas la même chose à un enfant de 10 ans qu’à un hipster de 45 ans.

C’est par là que vous devez débuter, pour un storytelling réussi. Mais ce n’est évidemment pas là que vous vous arrêterez.

debut storytelling instagram

Quelles histoires raconter ?

Une bonne histoire va susciter une émotion. À vous de choisir laquelle, en fonction de votre image de marque, du moment de l’année… Cela peut être la tendresse, le rire, la surprise, voire la peur, ou le sentiment d’urgence (par exemple pendant les soldes, pourquoi pas ?).

Dans un souci d’harmonie, vous n’explorerez sans doute pas toutes les gammes des émotions. Personne n’a envie que sa marque doudou et rassurante commence d’un coup à l’effrayer ! Vous devez toujours être en accord avec votre univers.

À partir du moment où vous tiendrez votre émotion, vous posséderez aussi l’intrigue principale de votre histoire. Vous allez donc chercher des images qui véhiculent cette émotion.

Comment raconter une histoire en une image ?

Vous êtes sur Instagram, pas en train de préparer un roman photo. Dans la plupart des cas (nous reviendrons plus tard sur les exceptions), il vous faudra conter votre histoire en un seul cliché.

Celui-ci doit donc contenir suffisamment d’éléments pour que tout un imaginaire se déploie rien qu’en le voyant. Pensez à certaines photos de presse vues récemment : un pompier qui tient un koala dans ses bras, par exemple. En une seule image, vous avez déjà toute une narration qui se dessine.

une seule image storytelling Instagram

Vous pourrez faire de même en montrant un gâteau entamé, une personne en pleine action, un objet en situation (et pas isolé comme sur une photo de catalogue sur fond blanc). L’idée, c’est de capter un extrait de vie. Ou, du moins, de donner cette impression.

Vous la confirmerez ensuite en ajoutant un texte et des hashtags qui dévoilent un peu plus de cette histoire. N’oubliez pas : sur Instagram aussi, les textes ont leur importance. Les internautes les lisent et les marques n’hésitent plus à accompagner leurs clichés de longues descriptions. Elles participeront à votre storytelling, comme des coulisses que vous ouvririez à ceux qui passent les portes de votre image.

On a aussi parlé de plusieurs photos, non ?

C’est bien, je vois que vous suivez. En effet, Instagram, c’est d’abord une photo à la fois. Mais cela ne se limite pas à cette première rencontre.

Sur votre mur, les images vont se suivre, et vous pouvez tout à fait créer un storytelling sur plusieurs jours d’affilée, en créant un effet d’annonce. Rien de plus facile alors de décomposer votre histoire.

La story participe aussi bien sûr à cet aspect. Les influenceurs en sont d’ailleurs friands, et vous pourrez en profiter pour générer plus d’interactions avec vos followers (les histoires interactives, c’est moderne !

C’est bien joli tout cela, mais vous vous demandez à quoi peut vous servir le storytelling sur Instagram ? Tout simplement à mieux communiquer, à créer un lien avec vos prospects et clients. On se sent toujours plus proche de celui ou celle qui nous a raconté une belle histoire. Si vous parvenez à créer ce sentiment de proximité, vous serez prêt à écrire de belles pages pour la suite du récit de votre entreprise…

Source: Webmarketing & co’m

TikTok : nouvel eldorado pour les stratégies social media ?

TikTok, qui vient de passer les 1,65 milliard de téléchargements sur l’Apple Store et le Play Store ne cesse de faire parler de lui. Le réseau social, autant plébiscité que décrié, a été la deuxième application, hors gaming, la plus téléchargée dans le monde en 2019 juste derrière WhatsApp…

L’année 2019 a été une année forte pour TikTok avec 44% de ses téléchargements réalisés durant cette année dont 219 millions rien que sur le dernier trimestre.

Qui dit audience croissante dit également revenus en hausse. Le réseau a multiplié par 5 ses gains par rapport à l’année 2018.

TikTok, qui vient d’ouvrir une antenne à Dublin pour poursuivre
sa conquête de l’Europe, devra pour continuer de s’imposer plus largement, régler
ses failles de sécurité et autres mauvaises gestions des données pour faire
face aux critiques qui se répandent de plus en plus à ce sujet.

Une étape importante que le réseau doit franchir pour
continuer à séduire les annonceurs. A ce sujet, la plateforme a également lancé
sa rubrique Discover dédiée aux annonceurs. Celle-ci propose un espace sécurisé
pour diffuser sereinement les contenus de marques.

Et vous, comptez-vous communiquer sur TikTok en 2020 ?

Sources : SensorTower, FrenchWeb, lapresse.ca, Influenth

Source: Webmarketing & co’m

Être premier sur Google : pourquoi est-ce si important ?

Chaque jour, des milliards de gens des quatre coins du globe
effectuent des recherches sur le web.
Que ce soit pour rechercher des
informations sur un professionnel ou une entreprise, une fiche descriptive d’un
produit, un article à acheter ou encore un tutoriel, ces requêtes sont
généralement opérées via le grand moteur de recherche Google. Être présent
sur Google se révèle alors primordial.

Pour être visible sur ce moteur de recherche et y avoir un bon
emplacement, un site doit bénéficier d’un référencement naturel efficace. Celui-ci
englobe les différentes méthodes utilisées afin d’optimiser le positionnement
des pages d’un site web sur les résultats retournés par les moteurs de recherche.

Les objectifs de cette technique sont multiples. Elle permet aux
internautes de retrouver plus facilement et plus rapidement l’objet de leurs
recherches. Quant aux sites Internet, elle aide à accroître le trafic et à
augmenter leur taux de clic.

Bref, il est fondamental pour un site d’être positionné sur les
premières pages de Google selon le mot-clé ciblé.

Être premier, ça change quoi au juste ?

Le référencement n’a qu’un seul véritable objectif : être
premier sur Google
. Les agences spécialisées en SEO et webmarketing ne
cessent de nous le répéter. Et ce n’est pas uniquement par pur intérêt
professionnel, car une étude menée sur 5 millions de requêtes sur Google a
montré à quel point cette première place est déterminante pour la vie (et
peut-être la survie) d’un site web et de l’entreprise qui se cache derrière.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon le site Backlinko, sur les 10 résultats organiques retournés par Google, le taux de clics du premier avoisine les 31,7 %. Cela signifie que près d’un tiers des internautes cliquent sur ce « premier » résultat.

Le deuxième résultat a un taux de clics de 24,71 %
seulement
, ce qui fait une grosse différence, rien qu’entre ces deux
premières lignes. C’est dû au fait que la majorité des gens cliquent
instinctivement sur le premier résultat. Et bien entendu, si un site arrive en
tête lors d’une requête, c’est parce qu’il est le plus susceptible de répondre
aux attentes des internautes. La première page réunit 10 sites, mais le premier résultat a 10 fois plus de
chances d’être cliqué par rapport au dernier de la page
.

Par ailleurs, selon la même étude, les trois premiers
résultats rassemblent 75,1 % des clics.
Cela signifie que peu de lecteurs
prennent le temps d’explorer le bas de la page. Et si votre site a le malheur
d’être positionné en page 2 ou au-delà, il y a vraiment très peu de chances que
les gens le consultent.

En moyenne, remonter d’une position fera augmenter le taux de clics d’environ 30,8 %. Mais ceci reste une moyenne, car l’impact est très différent selon la position à partir de laquelle vous remontez. Par exemple, en passant de la 9e position à la 8e, votre taux de clics augmentera de +5 %, contre +53 % en passant de la 6e à la 5e position. Les montées les plus importantes se situent à la 5e et vers la 3e position. Cela pourrait s’expliquer en partie par la taille de l’écran, où l’on voit généralement s’afficher trois à cinq résultats.

À partir de la 6e position, vous risquez déjà d’être invisible aux yeux d’un grand nombre d’internautes !

D’ailleurs, les résultats de la 7e à la 10e position ont à peu près le même taux de clics, soit environ 3 %. N’oublions pas que le web est utilisé par beaucoup de gens pressés et paresseux. Ils représentent un trafic très important que vous risquez de perdre si vous êtes mal positionné.

De surcroît, les moteurs de recherche, dont Google, permettent de générer jusqu’à 300 % de trafic de plus sur un site que les réseaux sociaux.

Comment faire pour remonter dans le positionnement ?

Il n’existe pas de recettes miracles pour atterrir en
première position de la première page des résultats de recherche. Google
explique déjà les règles du jeu dans ses documents destinés aux administrateurs
de site web, mais l’étude que nous venons de citer montre également quelques
pistes intéressantes.

Utiliser des titres sous forme de question

Un intitulé qui comporte un mot interrogatif (comment,
pourquoi, quoi…) ou un point d’interrogation est plus plébiscité qu’un intitulé
simple. Concrètement, cela représente 14 % de clics en plus, ce qui est
déjà très appréciable.

Choisir la bonne longueur des titres

Les titres comportant entre 15 et 40 caractères vous
feront gagner plus de 8 % de clics en plus
. Il est donc indispensable de
peaufiner vos intitulés pour qu’ils ne soient ni trop longs ni trop courts. Il
faut résister à la tentation de tout expliciter dans le titre, qui risque de
finir en pointillés et de vous faire perdre du trafic.

Opter pour des titres évoquant des émotions

Un titre qui suscite de l’émotion (négative ou positive) a
7 % de chances en plus d’être cliqué
par les internautes. Ainsi, pensez à
reformuler vos intitulés de manière à susciter un sentiment assez fort pour que
les gens cliquent dessus.

Rédiger une meta description pertinente et incitative

Une meta description utile et attrayante peut générer près de 6 % de clics en plus. Bien qu’elle ne soit pas un critère déterminant pour le SEO, il ne faut pas faire l’impasse sur cet élément. Il s’agit de votre arme pour séduire l’attention et susciter l’intérêt des internautes.

Optimiser les URLs

Il est important d’insérer votre mot-clé dans l’URL de votre page. Ces liens optimisés présentent un taux de clics de 45 % fois supérieur aux URL classiques.

Ne pas abuser des superlatifs dans les titres

Pour attirer les internautes, on est tenté d’insérer des mots flatteurs comme : parfait, incroyable, le/la meilleur(e), ultime, etc. dans les titres. Si cette pratique fonctionne sur les réseaux sociaux, ce n’est pas le cas sur Google.

En effet, ces termes peuvent être considérés comme des clickbait ou pièges à clics d’où leurs utilisations peuvent diminuer le taux de clics de 13,9 %.

Et les titres simples, mais pertinents sont alors à privilégier pour gagner du trafic. Bref, pour être premier sur Google, il est important de soigner l’ensemble des éléments présents sur le résultat : titre, meta description et URL.

Conclusion

Il est primordial de se trouver en première position de la première page. Toutefois, cet objectif nécessite du temps et beaucoup de travail, notamment en matière de SEO. Heureusement, lorsqu’on a amélioré son classement dans les résultats organiques, il est possible d’y rester en opérant une veille active et en adaptant sa stratégie selon la montée de la concurrence.

Source: Webmarketing & co’m

Développer sa Business Internet avec Instagram

Vous possédez une activité sur Internet et vous aimeriez la développer ? Vous recherchez différents canaux pour acquérir de nouveaux clients ? Utilisez-vous Instagram pour communiquer et vous faire connaitre ? Facebook est de plus en plus difficile à utiliser pour développer un business internet, car le reach tend à diminuer de plus en plus, pour laisser place à la publicité. En gros, si vous ne payez pas, vous n’avez que très peu de visibilité.

A contrario, Instagram reste un réseau social encore abordable… mais jusqu’à quand ? Car il ne faut pas oublier qu’Instagram appartient à Facebook, il se peut donc que le réseau suive le même sort.


Le glossaire de l’influence marketing

Glossaire influence marketingVous envisagez de lancer une campagne d’influence marketing ? Comment créer les conditions de confiance et de succès entre la marque, son partenaire, et les influenceurs ? En parlant le même langage ! C’est exactement pour cette raison que nous nous sommes lancés dans la création de ce Glossaire de l’Influence Marketing. De la « collection capsule d’influenceur » aux « KPI » en passant par le « fit influenceur », découvrez plus de 50 définitions autour de ce puissant levier de communication.


Tirer profit d’Instagram

Instagram est encore très largement exploitable pour attirer de nouveaux prospects ou clients pour votre activité.

Voyons comment mettre cela en pratique.

Lorsque l’on se lancer sur Instagram, on se doit tout d’abord d’avoir un compte parfaitement optimisé. Cela commence par une belle photo de profil accompagné d’une Bio intéressante, captivante, qui donne envie d’en savoir plus. C’est aussi dans cette partie que vous pouvez y mettre le lien de votre site ou page de capture.

Ajouter quelques Hashtags

Vous n’êtes pas sans savoir que les hashtags sont très importants sur Instagram. Ce sont les mots clés qui illustrent vos dires. C’est notamment grâce à cela que de potentiels followers peuvent retrouver vos publications au travers du moteur de recherche d’Instagram.

Dès lors que vous avez optimisé votre profil, vous devrez poster régulièrement du contenu. Et là, je vous dirai d’être attentif à ce que vous publiez.

Instagram est un réseau social ou l’apparence joue énormément. Un compte harmonisé avec des photos qui présentent le même ton général, sera plus apprécié qu’un compte Instagram un peu tout décousu avec des photos ou les filtres sont différents des uns des autres.

Une Bio captivante

Votre profil Instagram est en quelque sorte votre carte de visite. Misez tout sur cette section qui permet non seulement de vous présenter mais également de connecter le futur follower à vous.

Vous avez également la possibilité d’inclure un verbe d’action pour inciter vos visiteurs à cliquer votre le lien de votre Bio.

N’hésitez pas à linker votre plus belle page de capture pour maximiser les chances d’obtenir l’email de votre prospect.

Fédérer une communauté

Pour développer son business Internet avec Instagram, vous allez devoir attirer les gens qui aiment ce que vous faites. Mais pour cela, vous devrez être aux petits soins avec vos Followers, c’est-à-dire leur apporter du contenu pertinent régulièrement via des posts images, vidéos ou des stories.

Spontanément, votre audience va s’épurer au fil du temps et vous ne garderez que les personnes intéressées par votre contenu.

Ces personnes-là peuvent aisément devenir vos prochains clients.

Des publications régulières

Il faut savoir qu’Instagram est un réseau social qui permet de trouver vos clients mais avant de transformer un visiteur en follower, puis en client, vous allez devoir apporter de la valeur.

Cette valeur se communique au travers de posts réguliers que vous ajouterez à votre compte Instagram par le biais d’images, de vidéos ou de stories. Ce dernier fonctionne très bien et permet par le biais de courtes vidéos, d’apporter de la valeur.

Les personnes qui vous suivent veulent en savoir plus sur vous, mais aussi découvrir de nouvelles choses que vous partagez. L’idée est que ces personnes s’identifient à vous.

Et pour cela, il n’y a pas de mystères, vous devez publier régulièrement et veiller à offrir des choses pertinentes pour votre audience.

En suivant cette ligne de conduite, vous n’aurez aucun mal à séduire vos followers et les attirer sur votre site ou vos produits.

Un réseau social tendance

Avant de vous lancer corps et âme sur Instagram, cherchez à savoir quels réseaux sociaux utilise votre avatar client.

Instagram c’est plus de 17 millions d’utilisateurs actifs tous les mois ce qui potentiellement signifie que votre client idéal s’y trouve forcément.

Attention également à ne pas croire que c’est simple et facile de se lancer sur ce réseau pour trouver vos clients.

Instagram demande de la régularité, de la pertinence dans vos contenus, de l’interaction avec vos followers. C’est un véritable outil de travail qui demande d’y consacrer un peu de temps tous les jours.

Les bots Instagram à proscrire

Il vous viendrait certainement à l’esprit de déléguer ces tâches notamment avec un Bot Instagram.

Ce genre de robots qui permettent d’automatiser vos tâches comme poster, aller follow ou unfollow des utilisateurs afin de faire grossir votre communauté.

Je vous le déconseille fortement pour la simple et bonne raison qu’Instagram fait la chasse aux sorcières depuis quelque temps contre ce genre de pratiques.

Le risque est que vous ayez votre compte banni ou alors que vos publications subissent une grosse perte de reach.

Priorisez l’humain en effectuant vous-même le travail sur votre compte et vous verrez que sur le long terme, cela portera ses fruits.

Un Business qui se développe grâce à Instagram

Vous l’aurez compris, Instagram est le réseau social qui offre de belles opportunités d’atteindre votre cible. Cependant il faut véritablement travailler son image de marque en développant un compte qui se veut attirant, intéressant et captivant.

Si vous commencer à publier des photos qui n’ont pas de sens ou que votre compte ne soit pas harmonieux, il se peut que vous n’ayez pas l’impact espéré et ne pourrez tirer vraiment profil de votre compte.

En revanche, si vous prenez le temps d’adopter une véritable ligne éditoriale, avec des contenus travaillés et soignés, vous ressentirez rapidement les bénéfices.

Vous pouvez retrouver un atelier en vidéo qui vous apprendra que vendre avec instagram est possible.

Source: Webmarketing & co’m

Comment créer une audience et susciter de l’engagement quand on part de zéro

Quand on lance un blog, on passe généralement beaucoup de temps à créer du contenu. Et en retour, on espère se constituer une audience de lecteurs fidèles et pouvoir, à terme, leur vendre des produits.

Un webentrepreneur espère donc monétiser son blog afin que celui-ci lui rapporte. Mais quand un blog n’en est qu’à ses débuts, il est généralement difficile de le monétiser faute d’un trafic suffisant. Tous les débutants sont confrontés à ce problème. Et malheureusement, il n’est pas possible de connaître le succès dans son business en ligne sans trafic.

Créer une audience : définir ses objectifs

Tout d’abord, demande-toi pour quelles raisons tu veux créer cette audience, même si cela te parait évident. Car évidemment, tu dois avoir un objectif qui te motive derrière. Créer une communauté fidèle à partir de zéro n’est pas quelque chose de facile, mais avec les bonnes techniques, tu vas y arriver.

Ce que tu dois rechercher, ce n’est pas d’avoir une communauté de lecteurs la plus large possible, car forcément, ce serait un public très peu qualifié, qui n’achètera pas quand tu auras des offres payantes à leur proposer. Au contraire, tu dois t’adresser à des personnes qui s’intéressent véritablement à ce que tu proposes. Des gens qui sont prêts à dépenser de l’argent dans ce domaine.

Exemple : si tu es dans le domaine du tuning, tu peux être certain que les passionnés de tuning vont dépenser de l’argent pour customiser leurs véhicules motos, camions ou voitures.

Quelles sont les raisons profondes qui te poussent à créer cette audience ? Quels sont les tenants et les aboutissants qui te poussent à te lancer et à vouloir avoir une communauté qui te suive ?

  • Est-ce que tu veux simplement devenir un influenceur et développer ta visibilité et ton autorité sur internet ?
  • Est-ce que tu veux créer une mailing list d’abonnés pour leur vendre tes produits ou services?
  • Augmenter ton trafic pour ton site e-commerce ?
  • Te former à la gestion des réseaux sociaux et devenir Community Manager ? Etc.

Définir l’audience que l’on veut attirer

Quand on cherche à créer une audience, il est important de définir les profils de personnes que l’on souhaite attirer, c’est-à-dire définir son persona : leur sexe, leur catégorie socio-professionnelle, leurs habitudes, leurs craintes, leurs centres d’intérêt, leur localisation sur le net.

Pour ce faire, tu peux aller sur Google et chercher les mots-clés qui sont tapés par les gens pour faire une recherche dans ta thématique. Quand tu entres une requête, Google te suggère d’autres expressions de recherche tapées par les internautes. En bas de page, tu trouveras également d’autres expressions recherchées par les internautes.

Choisir sa stratégie d’acquisition de trafic

Après ce travail de ciblage et de définition de ton client idéal, il va falloir passer à l’action et créer du contenu qui s’adresse spécifiquement à ce public. A partir de là, 2 choix s’offrent à toi :

1) Miser sur la publicité pour avoir du trafic immédiatement, mais qui est précaire dans la mesure où dès que tu arrêtes de payer tes campagnes, le trafic se tarit aussitôt.

2) Opter pour le trafic organique ou référencement naturel, gratuit, mais qui prendra un certain temps. Cependant, c’est la stratégie que je te recommande, car elle est beaucoup plus efficace sur le long terme.

La traversée du désert

Sur internet, beaucoup d’influenceurs te font croire qu’il suffit d’avoir un blog avec une connexion internet pour voyager et travailler d’où tu veux. En théorie, c’est faisable, mais la réalité est bien différente. Il y a toujours une phase au départ qu’on appelle « la traversée du désert », où ton blog n’a ni commentaires, ni inscriptions sur ta mailing-list, ni partages de tes articles…

Bref, cette période de traversée du désert est assez démotivante, et il faut tenir bon pour ne pas se décourager et franchir le cap. Car tu sais quoi ? Après avoir franchi la dernière dune de sable, on débouche généralement sur une vallée luxuriante où coule le lait et le miel… et là, tu es récompensé de tous tes efforts !

Audience : faire des articles invités

Il faut savoir déjà que Google va mettre au moins 6 mois avant de référencer tes articles et donc de pouvoir les trouver en faisant une requête sur Google. Une bonne stratégie au départ pour contourner ce problème de trafic qui manque cruellement à votre blog, c’est d’aller chercher le trafic là où il est : chez les gros blogueurs de ta thématique !

Au départ, tu vas donc chercher à créer 2/3 d’articles que tu vas publier chez d’autres blogs de ta thématique, et 1/3 sur ton propre blog. Tu vas placer quelques liens qui redirigent vers d’autres contenus sur ton blog. Ainsi, si tu as des offres payantes sur une page de vente, tu peux faire un lien vers cette page…

Créer une page de capture avec un lead magnet

Autre stratégie à mener : faire en sorte que les visiteurs aient un intérêt à s’inscrire sur ta mailing-list. Pour cela, tu dois apporter une réponse à un problème ou un besoin de l’audience que tu vises. Pour cela, tu peux interroger directement tes lecteurs. C’est ce que je fais moi-même avec cette enquête lecteurs.

Tu peux aussi observer les questions que les gens posent dans ta thématique sur les groupes Facebook, sur Quora, etc.

Si tu es dans le domaine du stress par exemple, tu peux proposer comme lead magnet (aimant à prospect en français) des fiches qui donnent des techniques de relaxation. Ainsi, tu devrais avoir de nombreuses inscriptions sur ta mailing-list !

Il faut bien entendu que les visiteurs sachent exactement à quoi s’attendre lorsqu’ils visitent ton blog. Le message doit être explicite. Pour cela, rien de tel que de mettre dans le header un slogan qui résume ta promesse de résultat. Par exemple : « vaincre le stress et trouver la paix intérieure » pour reprendre le thème du stress.

Engagement : organiser un événement inter-blogueurs

Les événements inter-blogueurs (ou « carnaval d’articles ») sont un outil puissant pour se faire connaître et créer de l’engagement chez votre audience ! C’est pourquoi j’aime personnellement les utiliser. J’ai découvert cette technique dès 2011 car des blogs comme copywritting-pratique.com ou virtuose-marketing.com en organisaient à l’époque. Et je t’encourage à en proposer de temps en temps sur ton blog, les résultats pourraient te surprendre.

D’ailleurs, je vais en organiser un nouveau prochainement. Si tu veux y participer, je t’invite à lire l’article de présentation ici. Tout est expliqué en détail. 🔥

Proposer du coaching

L’un des moyens les plus efficaces de créer de l’engagement avec ta communauté, c’est de leur proposer une « séance stratégique » en coaching. Quoi qu’en disent certains, qui critiquent le fait que ce ne soit pas un revenu passif, mais qu’on échange son temps contre de l’argent, faire du coaching est très efficace pour engager tes prospects et les convertir en clients.

Tu sais, les gens en ont un peu marre des formations en ligne, ce n’est pas tant qu’ils sont lassés, mais surtout qu’ils se retrouvent livrés à eux-mêmes devant leur écran d’ordinateur et n’ont personne a qui demander de l’aide si des points de la formation achetée leur semblent peu clairs…

Proposer du coaching permet de répondre à cette problématique. Tu peux créer une formule mixant formation en vidéo ou audio et séance de coaching individuel ou en groupe. Ainsi le client, peut résoudre ses blocages et avoir un plan d’action pour mettre en pratique la formation.

Pour se lancer en coaching, il n’est pas forcément nécessaire d’être un expert pointu, il suffit d’avoir plus de connaissances dans un domaine que 90% des gens. Le coaching a comme avantage de te faire gagner immédiatement de l’argent. Le coaching va aussi te permettre de récolter tes premiers témoignages clients et donc de construire ton autorité sur le web!

Et surtout… tu vas réellement connaître ton marché: les problématiques de tes clients, ce qui les bloque. Donc tu vas pouvoir construire à partir de ce constat un produit sur mesure pour eux.

Pour proposer des rendez-vous stratégiques sur ton blog, je te recommande l’outil Calendly

Voilà quelques méthodes que tu peux utiliser pour créer ton audience fidèle et générer de l’engagement. J’espère que ces conseils vont t’être utiles et te permettre de faire décoller ton business. Si cela t’a plu, n’hésite pas à partager cet article et à me laisser un commentaire pour me raconter ton expérience !

Source: Webmarketing & co’m

Digital : 20 chiffres qui vous permettront de briller en 2020

Nous vivons dans un monde cosmopolite, digitalisé et ultra connecté. Cela n’est pas une information nouvelle. Ce qui est nouveau, c’est qu’en 2020 plus que dans les années précédentes, vous n’aurez plus le droit de faire l’impasse sur le sujet.

Que vous soyez décisionnaire dans une grosse entreprise, une start-up, une PME ou une TPE, vous êtes désormais dans l’obligation d’inclure sérieusement le digital dans votre stratégie et votre plan d’actions.

Les décisionnaires qui ont mis en place des actions digitales pour développer leur activité auront à terme une longueur d’avance. Les décisionnaires qui restent hésitants, en mettant en avant des arguments tels que le manque de moyens, de temps ou de compétences, risqueront d’avoir un train de retard.

Car le digital permet justement d’obtenir des retours sur investissement importants, qui plus est avec des investissements marketing et commerciaux de départ bien moins élevés que les outils traditionnels.

Le digital vous permet également de gagner du temps.

Et le digital vous permet enfin d’étoffer la palette vos compétences.

Le digital est désormais devenu un sujet à part entière, et quel que soit votre activité professionnelle, vous devrez à un moment ou un autre être à même de synthétiser votre vision, votre stratégie, votre action et votre pensée en 2020 : lorsque vous devrez énoncer votre pitch sur le sujet, lors d’une réunion avec des collaborateurs, lorsque vous devrez préparer un nouveau projet d’envergure, etc.

La vocation de cet article est de vous présenter un florilège de 20 chiffres qui pourront vous aiguiller en 2020.

20 chiffres pour briller en 2020

Google, Bing, Yahoo!, etc., restent le point de départ de l’immense majorité des navigations sur Internet, puisque près de 93% du trafic sur la toile commence par un moteur de recherche. La part de marché de Google est tout simplement écrasante sur le marché du search, loin devant d’autres moteurs de recherche tels que Bing ou Yahoo!. Il faut noter que cette part de marché est même plus importante en France que dans d’autres pays tels que les États-Unis.

L’influence de Google sur les résultats financiers d’une société peut être considérable. 90% des gens ayant effectué une recherche sur un moteur de recherche ne s’étaient pas fait une opinion définitive au préalable. Le référencement local est plus que jamais stratégique : 50% des recherches locales effectuées via un smartphone aboutissent à une visite dans un magasin en l’espace d’une journée ; 18% des recherches locales débouchent sur un achat dans la journée ; 72% des internautes ayant effectué un achat suite à une recherche locale ont rendu visite à un magasin dans les 8 kilomètres.

Ajoutons à cela que dans le domaine du BtoB, la grande majorité des décideurs choisissent leur prestataire après avoir consulté dans le détail des articles de référence, articles qu’ils trouveront très souvent à la suite d’une recherche dans un moteur de recherche. 77% d’entre eux se renseignent sur Internet avant de contacter quelque représentant commercial.

Il ne suffit pas pour autant de rédiger et publier des articles référencés pour développer son activité grâce à Google. Dans ce moteur de recherche, la première page capte l’essentiel de l’audience, les internautes ne paginent guère au-delà, et uniquement 7% iront jusqu’à la troisième page de résultats. Dans l’imaginaire des internautes, ce qui apparaît en 1ère page a plus de valeur que ce qui apparaît en 2ème page, et ce qui apparaît en 3ème page a moins de valeur que ce qui apparaît en 1ère ou 2ème page, quand bien même cette représentation mentale est arbitraire.

L’art de la première page de Google est plus que jamais d’actualité. Ceux qui pensent que l’âge d’or du référencement naturel (SEO) est derrière nous, en arguant du fait qu’uniquement la moitié des résultats sont cliqués, se trompent – car ils omettent de mentionner le fait que les recherches sur Google augmentent drastiquement d’année en année. À taux de clic égal, avec des requêtes de plus en plus importantes sur Google, le volume de clics augmente sans cesse. Et il y aurait plus de 63 000 requêtes par seconde sur Google, d’où le rôle capital du référencement Google.

Ajoutons à cela que le taux de clic issu des résultats apparaissant en naturel via le SEO est largement supérieur à celui enregistré par les résultats sponsorisés de type Google Ads, qui est de l’ordre de 4% selon les secteurs d’activité. Et les résultats naturels non cliqués sont souvent le fait de questions très génériques qui ne seront pas vecteur de business : « quelle est la capitale de la Finlande », « en quelle année est né Mbappé », « quel est l’âge de Griezmann », etc.

Le comportement des internautes sur les moteurs de recherche a fortement évolué. 2020 devrait confirmer la consécration de la recherche vocale, dont de nombreux spécialistes estiment qu’elle devrait représenter 50% de l’ensemble des recherches. Étant donné que rédiger prend beaucoup plus de temps que de dicter, la résultante en est que les requêtes seront désormais plus spécifiques, plus détaillées et plus précises via la recherche vocale – les phrases construites devraient donc prendre l’ascendant sur des bribes de phrase rudimentaires. 50% des requêtes contiennent désormais 4 termes ou plus, ce qui ne devrait en aucun cas vous amener à négliger les requêtes très simples égales ou inférieures à 3 termes – qui représentent de facto toujours la moitié des recherches sur un moteur de recherche.

Au final, le référencement naturel (SEO) fait partie des méthodes modernes dites d’inbound marketing qui permettent d’obtenir des taux de conversion bien plus élevés que les méthodes traditionnelles outbound telles que la prospection ou les emails directs : 14,6% pour le SEO contre 1,7% pour l’outbound. Quant à l’inbound marketing, il coûte 62% moins cher que les outils marketing et commerciaux classiques, tout en générant 3 fois plus de leads, de prospects et de clients potentiels.

Lorsque vos internautes arrivent sur votre site internet suite à une requête sur Google, les effets positifs de la transformation numérique ne s’arrêtent pas là. À titre d’illustration, les témoignages clients publiés sur votre site internet pourront prouver votre fiabilité, votre crédibilité, votre notoriété et la qualité de vos produits ou services. Les gens ont 12 fois plus confiance en des avis clients qu’en des descriptifs produits ou des discours commerciaux. 70% des acheteurs en ligne lisent ces avis clients avant d’effectuer leur achat.

Si beaucoup de gens font une visite dans un magasin avant d’effectuer un achat en ligne (le showrooming), beaucoup effectuent une navigation Internet avant quelque achat dans un magasin (le webrooming). Le web n’est pas le rival du retail, en termes de réseau de distribution. 51% des utilisateurs de smartphone ont d’ailleurs découvert une nouvelle marque ou un nouveau produit suite à une navigation Internet. Et 82% vont utiliser leur smartphone avant de se décider au cours d’un achat en magasin.

Conclusion

Si cet article met l’accent sur le rôle du référencement dans toute stratégie digitale – puisque les moteurs de recherche représentent le point de départ de la grande majorité des navigations Internet – vous devrez le compléter avec d’autres chiffres dans des domaines tels que les stratégies social media, les campagnes d’emailing, les technologies numériques, etc.

Bien évidemment, il ne faudra pas calquer ces chiffres à votre modèle économique, il faudra éviter tout discours passe-partout, ainsi que toute manœuvre de décalcomanie, et un travail d’adaptation sera nécessaire en fonction de votre société, de votre secteur d’activité, de vos responsabilités et de vos impératifs.

Les chiffres ne sont pas une fin en soi, tous les chiffres sont d’ailleurs par essence interprétables à l’infini, et l’on peut avec un seul chiffre arriver à des résultats diamétralement opposés, en fonction des mentalités et des raisonnements des gens qui vont les manipuler.

Vous ne pouvez pas vous permettre également d’utiliser ces chiffres pour construire de toute pièce la démonstration vous permettant d’aboutir à la conclusion que vous souhaitiez dès le départ. Une conclusion doit être l’aboutissement d’une démonstration. Et une démonstration ne peut être la résultante d’un souhait de conclusion – dans ce cas-là, il suffira de détricoter la méthode déployée.

Winston Churchill disait en substance : «Je ne crois à aucune statistique que je n’ai pas falsifiée moi-même» (citation apocryphe).

De mon point de vue, les chiffres sont avant tout très utiles dans la mesure où ils permettent d’émailler, ponctuer, façonner, appuyer et désigner un raisonnement.

Source: Webmarketing & co’m

Peut-on encore ranker sur Google en 2020 ?

Mise à jour de l’algorithme de Google (BERT), omniprésence des réseaux sociaux (Instagram et plus récemment Tik Tok) et la soi-disant « mort du blogging » par-dessus le marché. Autant de grains de sable dans l’engrenage qui peuvent en faire hésiter plus d’un(e) à lancer son site ou continuer à l’entretenir son blog. C’est peut-être ton cas !

Google devient-il surdoué ?

Penguin, Panda, Fred et maintenant BERT… On sent une réelle intention de Google à améliorer sans cesse son algorithme pour coller au plus près des attentes des internautes.

Notamment en leur proposant un contenu pertinent, de qualité et répondant à leurs recherches.

En tant que créateur de contenu, il n’est vraiment pas rassurant de savoir qu’il est possible de se voir déclasser à tout moment.

Encore plus lorsque notre principale (voir unique) source de trafic provient du trafic organique.

Surtout que BERT (Bidirectional Encoder Representations from Transformers. C) est à ce jour l’une des plus grosses mises à jour en 5 ans… et qu’elle risque de faire du « dégât ».

La chose qu’il est important de retenir, c’est que si ces mises à jour déclassent des sites peu qualitatifs des premiers résultats de Google… Il faudra bien que Google remplace les places vacantes par d’autres sites…

Et si vous vous appliquez à créer du contenu qualitatif avec un champ lexical riche et bien optimisé (plus de bons backlinks), vous avez toutes vos chances d’être sélectionné par Google et vous voir propulsé en 1ère page.

Les Googles Killers

Facebook, YouTube, Instagram et maintenant Tik Tok, les réseaux sociaux ont la côte et Google n’a qu’à bien se tenir.

Avec cette recrudescence de nouvelles plateformes certain(e)s y ont vu la mort programmée de Google. Et intrinsèquement celle du blogging.

Alors? Opportuniste ou visionnaire ?

L’argument majeur soulevé par ces adeptes de l’apocalypse est la baisse des recherches sur Google.

Or, une simple consultation sur Google Trends nous indique que certains mots-clés sont inversement de plus en plus recherchés au fil des mois.

On peut prendre pour exemple le mot-clé « tronçonneuse » :

Hormis la saisonnalité, on constate que depuis les 5 dernières années, les recherches sont stables. Et c’est vérifiable sur la plupart des thématiques, dont la tienne avec un peu de chance (à toi d’aller vérifier) !

Il y a donc bien toujours autant d’internautes qui consultent Google. La mort du blogging sera pour une prochaine fois.

Le contre argument serait de dire que, contrairement aux réseaux sociaux, le comportement des internautes qui se rendent sur Google ne sont pas liés exclusivement à du divertissement mais à des recherches sur un sujet très précis.

Le gros avantage à cela c’est qu’en tant que créateur de contenu il nous est tout à fait possible de nous positionner sur une recherche très spécifique.

Par exemple « achat tronçonneuse en ligne ».

Si vous avez un site qui vend des tronçonneuses en ligne, vous allez pouvoir cibler une audience extrêmement qualifiée. Ce qui n’est actuellement pas possible sur Instagram…

Et tout l’intérêt de Google est là.

Que vous soyez blogueurs, créateurs de sites et même e-commerçant. Vous avez tous intérêt à apparaître sur Google.

Mais encore faut-il le faire de la bonne manière. Pour ça, vous allez devoir vous focaliser sur 3 axes.

Les 3 axes du référencement

Il n’y a pas de mystère pour percer sur Google. Seulement des règles à respecter:

  • Le contenu (et l’optimisation SEO On Site) ;
  • Les Backlink ;
  • L’expérience utilisateur.

Le contenu

C’est sur cette première parti que beaucoup de choses se jouent en ce moment (notamment avec BERT).

Il ne s’agit plus aujourd’hui de créer un article moyen en cherchant à ranker sur un mot-clé spécifique.

Il faut maintenant rédiger un contenu original et qualitatif dans l’optique de ranker sur une thématique plutôt qu’un seul mot-clé.

Ne cherchez pas à créer plein de petits articles insipides. Si vous souhaitez vraiment vous démarquer dans la durée, que ce soit vis-à-vis des internautes et de Google, vous allez devoir fournir un contenu complet et détaillé.

Pour ce faire, je vous conseille de commencer par réaliser un premier plan de votre article. Puis d’essayer de l’étayer en rajoutant des parties répondant à des questions secondaires.

Le but est d’avoir un coup d’avance sur les questions que va soulever votre article.

Par exemple, pour reprendre la thématique de la tronçonneuse je pourrais parler de :

  • Comment entretenir sa tronçonneuse ?
  • Comment changer la chaine de sa tronçonneuse ?
  • Comment passer son permis de tronçonneuse ?
  • Dois-je opter pour une tronçonneuse ?
  • Etc.

Le but, en plus d’apporter une grande valeur ajoutée, c’est de spontanément faire rester l’internaute plus longtemps sur ton site et faire augmenter ton temps de visites sur ton site.

Le tout dans l’objectif d’envoyer un message positif à Google sur la pertinence de ton contenu et donc… la manière dont va te positionner sur ce dernier.

Cerise sur le gâteau, vous augmentez également vos chances que votre article soit partagé tout en récupérant des backlinks au passage…

Et les logiciels d’analyse de mot-clé dans tout ça ?

Ils serviront toujours, ne serait-ce que pour valider qu’il y a bien un intérêt pour la thématique (voici un article complémentaire rédigé par Sylvain Lembert) ou encore d’analyser la concurrence pour savoir s’il sera « facile » de se positionner dans les premiers résultats de Google.

D’ailleurs pour ma part j’utilise toujours des logiciels comme KWFinder (article où je te présente l’outil) ou encore Secockpit pour analyser avec minutie la thématique sur laquelle je souhaite me lancer.

Logiciel que je recommande à tout créateur de sites.

Les backlinks

Le nerf de la guerre.

Un site dans backlink c’est un peu comme un repas sans fromage.

Ça ne sert presque à rien.

Vous aurez beau avoir le meilleur contenu, si vous n’obtenez pas de backlink sur votre site c’est peine perdue.

A l’inverse, tous les liens retours ne sont pas bons à prendre.

D’ailleurs, dans une vision long terme, je conseillerais de créer des liens sur de « vrais » sites.

Qu’est-ce qu’un vrai site ?

Voici quelques éléments en prendre en compte :

  • Site avec du trafic ;
  • Site pas uniquement composé d’articles avec des liens externes (ferme à liens) ;
  • Site thématique ;
  • Site avec des métrics intéréssantes (TF et CF d’au moins 20 et un minimum de 50 RD). Tu peux analyser ça gratuitement avec l’extension Majestic SEO.

Où trouver ces sites ?

Le plus « simple » étant de réaliser des articles invités, des interviews sur de gros sites de ta thématique (typiquement ce que je suis en train de faire en rédigeant cet article).

Pour les trouver, il vous suffit de faire les recherches suivantes :

  • Thématique + « article invité »
  • Thématique + « articles invités »
  • Thématique + « devenir rédacteur »
  • Etc.

Dans notre exemple des tronçonneuses : jardinage + « article invité »

Recherche qui me renvoie sur ce site : « http://insidea.fr/proposer-un-article/ »

Si vous débutez, et parce qu’on aime les chiffres… je vous invite à vous donner un objectif de 15 liens de qualité sur les 3 premiers mois. Question de faire décoller votre site dès le quatrième mois…

L’avantage d’avoir réalisé des articles invités c’est que vous allez déjà obtenir du trafic de ces sites avant même d’être positionné sur Google.

Si en plus le contenu sur lequel les internautes sont redirigés est bon, vous allez donner un bon indicateur à Google dès le début.

Ce qui va favoriser votre placement dans les SERPs.

L’expérience utilisateur

L’expérience utilisateur se définit généralement au travers de ces 2 données principales (bien qu’il en existe d’autres) :

  • Le taux de rebond ;
  • Le temps de visite.

Le premier se rapporte aux nombres de pages visitées.

Est-ce que l’internaute poursuit sa recherche sur votre site en consultant une deuxième page ou pas.

Plus l’internaute se « promène » sur votre site, en visitant plusieurs pages, et plus votre taux de rebond baisse. Ce qui est un très bon indicateur pour Google.

Le deuxième, comme vous l’aurez compris, est le temps passé sur votre site.

Est-ce que l’internaute repart aussitôt (ce qui traduirait un faible intérêt pour votre contenu) ?

Ou reste-t-il plus longtemps, car l’article que vous lui proposez correspond parfaitement à ses attentes ?

Pour obtenir ces données, il vous faudra créer un compte Google Analytics et ajouter votre site (quelques minutes suffisent).

Voici quelques pistes pour améliorer l’expérience utilisateur :

  • Un contenu de qualité (cf. paragraphe plus haut) ;
  • Un texte aéré et agréable à lire ;
  • L’utilisation de gras, italique, etc. ;
  • Un thème design ;
  • Un code couleur qui facilite la lecture ;
  • Etc.

En conclusion, il est tout à fait possible de ranker sur Google en 2020. Il suffit de s’adapter aux nouvelles exigences et de produire avant tout du contenu de qualité répondant aux interrogations de ses internautes.

Ah oui, je serais curieux d’avoir vos avis, vos réactions (vos critiques) sur ce sujet. N’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires.

Source: Webmarketing & co’m