Digital : 20 chiffres qui vous permettront de briller en 2020

Nous vivons dans un monde cosmopolite, digitalisé et ultra connecté. Cela n’est pas une information nouvelle. Ce qui est nouveau, c’est qu’en 2020 plus que dans les années précédentes, vous n’aurez plus le droit de faire l’impasse sur le sujet.

Que vous soyez décisionnaire dans une grosse entreprise, une start-up, une PME ou une TPE, vous êtes désormais dans l’obligation d’inclure sérieusement le digital dans votre stratégie et votre plan d’actions.

Les décisionnaires qui ont mis en place des actions digitales pour développer leur activité auront à terme une longueur d’avance. Les décisionnaires qui restent hésitants, en mettant en avant des arguments tels que le manque de moyens, de temps ou de compétences, risqueront d’avoir un train de retard.

Car le digital permet justement d’obtenir des retours sur investissement importants, qui plus est avec des investissements marketing et commerciaux de départ bien moins élevés que les outils traditionnels.

Le digital vous permet également de gagner du temps.

Et le digital vous permet enfin d’étoffer la palette vos compétences.

Le digital est désormais devenu un sujet à part entière, et quel que soit votre activité professionnelle, vous devrez à un moment ou un autre être à même de synthétiser votre vision, votre stratégie, votre action et votre pensée en 2020 : lorsque vous devrez énoncer votre pitch sur le sujet, lors d’une réunion avec des collaborateurs, lorsque vous devrez préparer un nouveau projet d’envergure, etc.

La vocation de cet article est de vous présenter un florilège de 20 chiffres qui pourront vous aiguiller en 2020.

20 chiffres pour briller en 2020

Google, Bing, Yahoo!, etc., restent le point de départ de l’immense majorité des navigations sur Internet, puisque près de 93% du trafic sur la toile commence par un moteur de recherche. La part de marché de Google est tout simplement écrasante sur le marché du search, loin devant d’autres moteurs de recherche tels que Bing ou Yahoo!. Il faut noter que cette part de marché est même plus importante en France que dans d’autres pays tels que les États-Unis.

L’influence de Google sur les résultats financiers d’une société peut être considérable. 90% des gens ayant effectué une recherche sur un moteur de recherche ne s’étaient pas fait une opinion définitive au préalable. Le référencement local est plus que jamais stratégique : 50% des recherches locales effectuées via un smartphone aboutissent à une visite dans un magasin en l’espace d’une journée ; 18% des recherches locales débouchent sur un achat dans la journée ; 72% des internautes ayant effectué un achat suite à une recherche locale ont rendu visite à un magasin dans les 8 kilomètres.

Ajoutons à cela que dans le domaine du BtoB, la grande majorité des décideurs choisissent leur prestataire après avoir consulté dans le détail des articles de référence, articles qu’ils trouveront très souvent à la suite d’une recherche dans un moteur de recherche. 77% d’entre eux se renseignent sur Internet avant de contacter quelque représentant commercial.

Il ne suffit pas pour autant de rédiger et publier des articles référencés pour développer son activité grâce à Google. Dans ce moteur de recherche, la première page capte l’essentiel de l’audience, les internautes ne paginent guère au-delà, et uniquement 7% iront jusqu’à la troisième page de résultats. Dans l’imaginaire des internautes, ce qui apparaît en 1ère page a plus de valeur que ce qui apparaît en 2ème page, et ce qui apparaît en 3ème page a moins de valeur que ce qui apparaît en 1ère ou 2ème page, quand bien même cette représentation mentale est arbitraire.

L’art de la première page de Google est plus que jamais d’actualité. Ceux qui pensent que l’âge d’or du référencement naturel (SEO) est derrière nous, en arguant du fait qu’uniquement la moitié des résultats sont cliqués, se trompent – car ils omettent de mentionner le fait que les recherches sur Google augmentent drastiquement d’année en année. À taux de clic égal, avec des requêtes de plus en plus importantes sur Google, le volume de clics augmente sans cesse. Et il y aurait plus de 63 000 requêtes par seconde sur Google, d’où le rôle capital du référencement Google.

Ajoutons à cela que le taux de clic issu des résultats apparaissant en naturel via le SEO est largement supérieur à celui enregistré par les résultats sponsorisés de type Google Ads, qui est de l’ordre de 4% selon les secteurs d’activité. Et les résultats naturels non cliqués sont souvent le fait de questions très génériques qui ne seront pas vecteur de business : « quelle est la capitale de la Finlande », « en quelle année est né Mbappé », « quel est l’âge de Griezmann », etc.

Le comportement des internautes sur les moteurs de recherche a fortement évolué. 2020 devrait confirmer la consécration de la recherche vocale, dont de nombreux spécialistes estiment qu’elle devrait représenter 50% de l’ensemble des recherches. Étant donné que rédiger prend beaucoup plus de temps que de dicter, la résultante en est que les requêtes seront désormais plus spécifiques, plus détaillées et plus précises via la recherche vocale – les phrases construites devraient donc prendre l’ascendant sur des bribes de phrase rudimentaires. 50% des requêtes contiennent désormais 4 termes ou plus, ce qui ne devrait en aucun cas vous amener à négliger les requêtes très simples égales ou inférieures à 3 termes – qui représentent de facto toujours la moitié des recherches sur un moteur de recherche.

Au final, le référencement naturel (SEO) fait partie des méthodes modernes dites d’inbound marketing qui permettent d’obtenir des taux de conversion bien plus élevés que les méthodes traditionnelles outbound telles que la prospection ou les emails directs : 14,6% pour le SEO contre 1,7% pour l’outbound. Quant à l’inbound marketing, il coûte 62% moins cher que les outils marketing et commerciaux classiques, tout en générant 3 fois plus de leads, de prospects et de clients potentiels.

Lorsque vos internautes arrivent sur votre site internet suite à une requête sur Google, les effets positifs de la transformation numérique ne s’arrêtent pas là. À titre d’illustration, les témoignages clients publiés sur votre site internet pourront prouver votre fiabilité, votre crédibilité, votre notoriété et la qualité de vos produits ou services. Les gens ont 12 fois plus confiance en des avis clients qu’en des descriptifs produits ou des discours commerciaux. 70% des acheteurs en ligne lisent ces avis clients avant d’effectuer leur achat.

Si beaucoup de gens font une visite dans un magasin avant d’effectuer un achat en ligne (le showrooming), beaucoup effectuent une navigation Internet avant quelque achat dans un magasin (le webrooming). Le web n’est pas le rival du retail, en termes de réseau de distribution. 51% des utilisateurs de smartphone ont d’ailleurs découvert une nouvelle marque ou un nouveau produit suite à une navigation Internet. Et 82% vont utiliser leur smartphone avant de se décider au cours d’un achat en magasin.

Conclusion

Si cet article met l’accent sur le rôle du référencement dans toute stratégie digitale – puisque les moteurs de recherche représentent le point de départ de la grande majorité des navigations Internet – vous devrez le compléter avec d’autres chiffres dans des domaines tels que les stratégies social media, les campagnes d’emailing, les technologies numériques, etc.

Bien évidemment, il ne faudra pas calquer ces chiffres à votre modèle économique, il faudra éviter tout discours passe-partout, ainsi que toute manœuvre de décalcomanie, et un travail d’adaptation sera nécessaire en fonction de votre société, de votre secteur d’activité, de vos responsabilités et de vos impératifs.

Les chiffres ne sont pas une fin en soi, tous les chiffres sont d’ailleurs par essence interprétables à l’infini, et l’on peut avec un seul chiffre arriver à des résultats diamétralement opposés, en fonction des mentalités et des raisonnements des gens qui vont les manipuler.

Vous ne pouvez pas vous permettre également d’utiliser ces chiffres pour construire de toute pièce la démonstration vous permettant d’aboutir à la conclusion que vous souhaitiez dès le départ. Une conclusion doit être l’aboutissement d’une démonstration. Et une démonstration ne peut être la résultante d’un souhait de conclusion – dans ce cas-là, il suffira de détricoter la méthode déployée.

Winston Churchill disait en substance : «Je ne crois à aucune statistique que je n’ai pas falsifiée moi-même» (citation apocryphe).

De mon point de vue, les chiffres sont avant tout très utiles dans la mesure où ils permettent d’émailler, ponctuer, façonner, appuyer et désigner un raisonnement.

Source: Webmarketing & co’m