Pourquoi transformer ses influenceurs en ambassadeurs ?

La qualité VS la quantité. Une confrontation qui ne cessera de faire hésiter les marques. Face à cette question qui est d’autant plus d’actualité dans le marketing digital, de plus en plus de marques mettent de côté les campagnes spontanées avec les influenceurs. Elles préfèrent désormais se tourner vers des relations plus approfondies et long terme, en transformant certains de leurs influenceurs en véritables ambassadeurs de marque…


Les meilleurs pratiques de l’influence marketing

Comment identifier les meilleurs influenceurs ? Comment structurer le partenariat ? Quelle rémunération définir ? C’est pour répondre à ces questions que Reech a rédigé un guide de survie dans cette jungle de l’influence qui recense les 12 meilleures pratiques. Reech accompagne ses clients en les aidant à faire émerger des ambassadeurs et générer des conversations et de la visibilité autour des produits ou services d’une marque.


Passer d’une relation ponctuelle à une relation plus durable, quels avantages ?

Le premier point : la lutte contre les influenceurs dénués de sens professionnel et plutôt portés sur la fraude et la poudre aux yeux. On parle donc de la catégorie d’influenceurs qui payent pour des abonnements, des likes, des commentaires, qui en bref achètent clairement leur activité sociale et ainsi sème le trouble sur les comptes réellement pertinents et ceux qui ne le sont absolument pas.

Plus
en détail, ces influenceurs illusoires privilégient fortement les
collaborations spontanées et « one shot » car cela leur apporte la
garantie de ne pas prendre de risque à devoir justifier leur audience et la
qualité de leur communauté sur du long terme. Et notamment le jour où leurs
marques partenaires commencent à se rendre compte de la supercherie et du
manque de ROI de ces collaborations.

A
l’opposé, se concentrer sur des relations durables avec des influenceurs (qui
petit à petit deviennent de véritables ambassadeurs) permet de mettre en place
une stratégie de content marketing plus authentique, légitime, et donc
crédible. Plus concrètement, ces ambassadeurs poussent les marques plus
naturellement et subtilement, les résultats n’en sont donc que plus positifs et
honnêtes auprès de leurs communautés, et donc de la vôtre.

Il ne faut pas l’oublier, en termes de stratégie d’influence, les deux points de travails essentiels sont, et resteront, l’honnêteté et l’authenticité des actions et contenus mis en place.

La question est donc, quels influenceurs font de bons ambassadeurs ?

Ce
n’est jamais évident mais les facteurs et critères à prendre en compte sont
nombreux. La première chose à faire est de prendre du recul et de fixer des
objectifs clairs pour la campagne ou l’opération à mener. Cela consiste
notamment à clairement définir le ciblage précisément, ainsi que les résultats
exacts à atteindre avec une telle stratégie de marketing d’influence.

De
plus, autre élément déterminant, il est important de définir le ton et
l’approche du discours que l’on cible et que l’on souhaiterait voir chez les
ambassadeurs. Mais également les différents KPIs à suivre pour mesurer la
pertinence de chaque collaboration.

En
réfléchissant profondément sur ces points principaux, la sélection n’en sera
que plus aisée. Aussi, pour rejoindre le point évoqué plus haut, pour
chaque influenceur sélectionné il est important que leur communauté et audience
soient en totale adéquation avec l’audience cible.

Et
pour finir, il faut surtout rester attentif à la fraude. Si jamais on assiste à
une croissance considérable du nombre d’abonnés d’un influenceur dans un laps
de temps réduit, à un taux d’engagement relativement faible en comparaison de
la taille de la communauté, ou encore à des interactions sociales monotones,
vides, et sans aucune personnalisation, alors on sait clairement à quoi
s’attendre !

Source: Webmarketing & co’m

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>